LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le monde a tant besoin de Derrick!

5 min

Thomas: et comme souvent vous commencez en musique le piège était presque parfait... l'homme qui arnaquait le monde où sont passés les millions non non... vous n'êtes pas dans la série inspecteur derrick dont vous entendez le générique... vous êtes bien sur France Culture et ces titres sont les titres de la presse européenne très inquiète ce matin de cette fraude gigantesque comme le titre el Pais... cette folie Madoff... lui préfère le Financial Times... ce crac incroyable historique.... rajoute la Stampa en Italie... et pourtant prévisible se lamente le Temps en Suisse... parce que des doutes entouraient Madoff depuis 10 ans.... alors cette fraude est un symbole violent en cette période de crise ... affiche le Tagespiegel en Allemagne... d'autant que ce scandale touche durement toute l'Europe ... préfère la Libre Belgique Vous l'entendez ce matin les unes de la presse européenne se ressemblent toutes... Madoff Madoff encore Madoff... quel rapport avec l'inspecteur Derrick vous allez me dire ?... et bien c'est que derrière madoff... il y sur les une Derrick Derrick et encore Derrick... et que certains journaux font même ce parallèle un peu audacieux avec la mort de l'acteur allemand qui avait incarné le personnage pendant 24 ans... Horst Tappert mort à ce week-end à l'âge de 85 ans... et la crise financière dont la fraude Madoff est un nouvel épisode parce que dans les deux cas on a un symbole... considère le Temps comme le Soir en Belgique l'Independent en Grande Bretagne ou le Tagespiegel en Allemagne un symbole culturel européen... écrit le Soir en Belgique à propos de Derrick un symbole de Munich surtout considère die Welt en Allemagne... indissociable de son personnage... il en avait d'ailleurs fait un livre... Derrick et moi: mes deux vies il était connu dans le monde entier raconte le Suddeutsche Zeitung... jusqu'aux télévisions de Hong Kong qui rediffusent encore cette série au succès planétaire... et pourtant .... rajoute l'article... le téléfilm n'a rien de très attrayant aujourd'hui... il est même un peu vieillot... à l'image des grosses lunettes et de l'imper incolore de Derrick ou de la veste en velours côtelé de son acolyte... l'action en image est plus que simple, elle est simpliste... le commissariat... le domicile des suspects... la BMW...encore le commissariat ou la préfecture de police... bref ...conclut l'article allemand... Derrick se regarde toujours de la même manière... tristement... sans éclat Comment expliquer le succès alors? ... c'est la question que se pose la presse européenne ce matin Les férus des séries ayant détourné le regard .... Derrick est devenu un objet pour les sociologues... lance le Temps en Suisse... fascination pour une forme de modèle allemand... ou pour une forme de stabilité sociale...? pas sûr répond le Soir... en fait Derrick incarne un policier psychologique.... élucidant tel un fin thérapeute les affaires ... non par le biais de la violence, de la force ou du spectaculaire ... mais en analysant tout simplement les criminels... et le Soir termine...ce quidam moyen aux yeux globuleux bon fonctionnaire toujours sérieux... est alors devenu un symbole tranquillisant pour des téléspectateurs de plus en plus inquiets face à l'évolution du monde une forme de force tranquille en quelque sorte c'est vrai renchérit la Stampa... comme Colombo ou Maigret finalement et bien loin des justiciers télévisuels actuels qui sont beaucoup plus démonstratifs... derrick était capable de remettre les plus grands tumultes à leur petite place... c'est à dire tout simplement face à leur crimes... une remise à niveau en effet réconfortante particulièrement à l'ère où nous vivons alors nous aurions bien besoin du sang froid d'un Derrick pour comprendre cette machination suprême... qui, paradoxe incroyable, a été portée aux nues par toute notre élite financière... considère l'Independent en Grande Bretagne et le Temps en Suisse raconte... cette fraude pyramidale organisée par le financier Bernard Madoff se répand comme un trainée de poudre dans le monde entier... son mécanisme est pourtant lui aussi très simple simpliste même... rémunérer les anciens clients avec des fonds apportés par les nouveaux... ce renouvellement constant de liquidités est appelé système Ponzi du nom d'un autre grand escroc américain qui l'avait inventée au début du 20ème siècle... depuis 10 ans... maintes voix s'étaient élevées pour douter de la solvabilité de Madoff... rajoute le Temps... mais sans succès car tout le monde est tombé dans le panneau... les plus riches et les plus puissants de la planète lui ont fait confiance... continue la Libre Belgique... les banques du monde entier et des personnalités comme... Elli Wissel ... Steven Spielberg ... Norman Braman... Mortimer Zuckerman propriétaire du New York Daily News... la liste est longue... comment est ce possible ?... interroge alors le Temps comme toute la presse européenne ...comment un seul homme fut il un vieux renard de Wall Streets ... a pu mettre en place cette fraude de 50 milliards de dollars... probablement la pire escroquerie de l'histoire financière?...et bien c'est parce qu'il savait susciter la confiance... répond l'éditorialiste du journal ... il avait l'apparence de la solvabilité ... renchérit la vanguardia en Espagne ... était très bien introduit dans les milieux des riches hommes d'affaires... pavanait dans toutes les mondanités et chacun se battait pour répéter qu'en plus il est sympathique et notre monde aime à suivre des chimères... écrit le Times... depuis 10 ans nous considérons la croissance et l'économie comme une forme de magie qui durerait pour l'éternité... et cette crise vient de nous réveiller C'est sans doute pour cette raison rajoute la BBC que d'après une étude de KPMG, les escroqueries vont se multipliés dans les mois qui viennent ... notamment parce que les chefs d'entreprises vont être tentés de trafiquer leur compte pour les rendre plus attrayant ou au contraire pour exiger une aide de l'état... nous ne sommes donc pas au bout des scandales... et c'est très grave... continuent le Temps comme la Vanguardia et le Financial Times ... parce que toute cette ambiance va saper le fondement de notre économie... à savoir la confiance... il faudrait plus de régulation sans doute... surtout plus de lucidité ... écrit le Temps... car au delà du gendarme état... le vrai roi est toujours le client dans une économie de marché... et c'est donc au client d'agir avec son argent de manière responsable oui mais c'est nier l'autre fondement de notre société... et il est d'ordre psychologique... termine l'Independent... d'ou la référence à derrick... nous avons besoin de dénouer les fils du cerveau des criminels et pour cela une question Que feriez vous si là tout de suite je vous annonce que vous avez gagné des millions a) vous empochez le magot et vous vous retirez pour profiter de votre jardin b) vous placez pour faire des petits? et bien si c'est la deuxième c'est que vous avez l'étoffe des multimillionnaires encensés dans notre sociétés... plus on a d'argent plus on en veut voilà le grand principe à remettre en question aurait derrick bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......