LE DIRECT

Le silence du mime Marceau fait plus de bruit pour la France que les gesticulations de Nicolas Sarkozy!

5 min

Bonjour ali bonjour à tous Quand le roi du silence salue le monde... ça semble faire plus de bruit que les gesticulations d'un Nicolas Sarkozy c'est un peu ce que dit la presse européenne ce matin pour reprendre une phrase du site du Corrierre della serra en Italie Cet ambassadeur silencieux de l'humanité bavarde s'en est allé sur la pointe des pieds titre le Tribune de Genève ce français silencieux s'est éteint préfère le Times il avait su enchanter le monde entier avec un art sans parole tendre et émouvant... écrit el Pais Quand la Vanguardia rajoute... il ne nous parlera plus depuis sa prison de cristal! Et en pleine page de l'Irish Time... le voilà... en Bip brandissant son chapeau mou à fleur rouge ... figure filiforme au tee shirt à rayures ... pierrot blafard à la bouche rouge sang et au geste aérien... Marcel Marceau. C'est une photo qui fait le tour des unes ce matin parce que comme l'explique notamment Libération.... Marceau avait su susciter un engouement planétaire et son personnage avait été l'une des premières stars télévisuelles mondiales... au japon il avait même le rang de "trésor vivant" alors les hommages se multiplient depuis l'annonce de sa mort écrivent la Tribune de Genève... et Le Temps en Suisse ... et c'est un feu d'artifice (vous allez l'entendre) d'images plus poétiques les unes que les autres... parce que le mime Marceau avait fait de son jeu de silence le meilleur argument contre la banalité et la dureté du 20ème siècle!... écrit le Temps... ou plutôt son personnage... ce Bip créé en 1947 par le juif alsacien né Marcel Manguel ... au lendemain d'une guerre affreuse où il fit lui même acte de résistance au côté de son frère alors que leur père pris en otage mourrait à Auschwitz... ce Bip ... Masque blanc, pull rayé, chapeau claque orné d'une fleur rouge aux yeux éternellement étonnés... frêle figure qui, d'un geste ciselé, mimait les incongruités de la vie dans des scénarios épurés... "il entrait chez nous sur ses pieds de voleur avec le terrible sans gêne du clair de lune"... disait de lui Jean Cocteau... une formule qui définit parfaitement le paradoxe Marceau... continue le Temps... une minuscule silhouette silencieuse parvenant à gagner et à garder, au souffle près, l'attention d'une salle bondée. «La pantomime est un art qui hypnotise», répondait l'intéressé qui a découvert sa vocation en éclatant de rire devant les films de Charlot. «C'est un langage universel.» Certes. Mais sans doute la fascination du public venait-elle aussi de l'origine plus douloureuse de cette absence de paroles: «Les gens qui revenaient des camps ne savaient pas comment raconter. Je m'appelle Mangel, j'ai des origines juives. Peut-être cela a-t-il compté dans le choix du silence», confiait le mime au quotidien Le Monde, en 1997. Et cela expliquerait également le sens moral émanant des courtes saynètes de la vie quotidienne qu'il recomposait en scène poursuit le Temps. «Marcel Marceau avait un avis sur le monde moderne», confirmait hier David Dimitri, le fils du clown suisse dont le mime était un grand ami. «Dans ses situations, on trouvait souvent un gentil et un méchant, le parti de la poésie contre celui, par exemple, du profit.... Pas si naïve donc... la pantomime de Marceau conservait toujours un élément insolent.» Il était capable de transmettre l'humour la tendresse la tragédie la beauté l'ingénuité les palpitations de l'amour et de la douleur ... tout cela sans un mot.... renchérit el Pais... à la fois inspiré par Charlie Chaplin Buster Keaton, le théâtre du 17ème siècle... mais aussi par le kabuki japonais et le moudra indien ... il semblait avoir inventé un langage universel capable de transcender les langues et les cultures Le langage du geste ... résume la Vanguardia ... porté jusqu'à une telle virtuosité qu'aujourd'hui encore on ne lui connait pas de véritable relève!... les thèmes de ses saynètes étaient d'une simplicité incroyable et pourtant elles en disaient plus sur le monde que tous les grands discours... En plus c'était un homme assez drôle ... un être humain généreux commente le site de la BBC à partir du témoignage de divers proches... un homme assez modeste sauf lorsqu'il s'agissait de parler de son mime... j'ai l'impression disait il d'avoir fait pour le mime ce que Casals a fait pour le violoncelle ce lauréat du silence, ce clown mélancolique était certainement l'un des plus célèbres ambassadeurs de la France... poursuit le Guardian toujours en Grande Bretagne... son travail a inspiré des artistes divers de Gary Cooper au magicien David Copperfield en passant par Mickael Jackson et sa fameuse moonwalk, directement copiée de la marche contre le vent du mime marceau. Il était peut être le plus aimé, le plus internationalement admiré des français rajoute encore l'Independent... son personnage était immédiatement reconnaissable des Etats Unis à la Chine parce que le langage utilisé connaissait encore moins de frontières que la musique ! Une gloire qui explose plus que jamais aujourd'hui dans les journaux et dans les bouches officielles... écrit la Stampa... dans une immense immortalité médiatique à la fois facile et sinistre... le voilà le grand homme de spectacle ! entend on partout, cette énigme solitaire sur laquelle retombera sans aucun doute après les obsèques un silence salutaire...scénario parfait maintes fois répétés avec tant d'autres disparus avant lui... regrette l'éditorialiste du journal qui rajoute...mais dans ma tête à moi il restera une image dont je ne me défais pas... celle de ce mime enfermé dans une cage de verre ... terrifié à mesure que le cage s'amenuise... jusqu'à la mort... image simple de l'absurdité de notre existence et de notre monde ....aussi parlante que d'autres images muettes que nous croisons chaque jour sans en comprendre l'ampleur... ce mendiant qui tend la main par exemple là au détour d'une rue... et n'a pas besoin de discours ... pas besoin de gesticulation! Que de contraste avec cette Une que l'on trouve en grand dans l'International Herald Tribune ... à qui Nicolas Sarkozy a donné sa première interview de président à la presse anglo-saxonne... il était nerveux... les dents serrées... tenant son fauteuil napoléon trois comme s'il fallait se soutenir à quelque chose... parfois très sec aussi... pas très sympa finalement écrit le journal... qui n'hésite à répéter les contradictions du président français notamment à propos de l'Iran... Sarkozy n'écrivait il pas dans son livre « l'Iran ce hors la loi »... et voilà qu'il nous dit tout autre chose vendredi soir... il ne faut pas dire que l'Iran est hors la loi... de même continue l'article le voilà qui revient sur la visite de son ministre des affaires étrangères à Téhéran... il semble aussi très fier de dire que l'Europe a besoin d'un sauveur et que le sauveur c'est lui par l'intermédiaire de la France... il rajoute ensuite qu'il faut réguler les marchés financiers... bref conclut l'IHT... autant de gesticulations qui bien sûr ont savamment disparu durant la séance de photos qui a suivie... une séance de photo commente en dernier lieu l'IHT... où l'on a accueilli avec grand plaisir un silence salvateur!

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......