LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le vernis craque... partout!

5 min

par cécile de Kervasdoué

Ça y'est le vernis craque ! Peut on lire sur le site du Los Angeles Times

le Moyen Orient s'enflamme ! lance la Gazette de Montréal

et la presse internationale ne parle pas d'autre chose ce matin

Des dizaines de milliers de manifestants se sont affrontés hier aux forces de sécurité à Bahreïn au Yémen et en Iran

Ils demandent tous la même chose : du travail, plus de liberté politique et la fin de la corruption... raconte le los Angeles Times

Au Yémen continue le Temps en Suisse, en dépit des promesses du président Saleh qui le 2 février a tenté d'enrayer la révolution en promettant de ne pas briguer un nouveau mandat et en annonçant des mesures sociales et économiques dans l’urgence ; en dépit aussi des contre-manifestations, les contestataires du régime ne renoncent pas... des milliers d'étudiants, d'avocats, de représentants de la société civile, ont de nouveau défilé hier à Sanaa la capitale, pour demander la démission du président Saleh au pouvoir depuis 32 ans ...

Mobilisés depuis trois semaines... la contestation au Yémen continue raconte aussi al jazzera... hier des heurts avec la police auraient fait plusieurs blessés... et le journaliste confie... si la capitale n'a rien de révolutionnaire l'ambiance est très tendue dans les rues

et elle est encore plus tendue en Iran... où toute la presse occidentale semble le répéter... la révolution égyptienne semble redonner des ailes à l'opposition verte

Très difficile d'obtenir des informations sur ce qui s'est réellement passé hier confesse le Guardian en Grande Bretagne qui comme la Vanguardia fait sa Une sur ces milliers de manifestants qui se sont rassemblés sur la place Enghelab pour se voir bloqué et parfois battus explique le Mail and Guardian en Afrique du Sud, par des forces de police très nombreuses

les photos montrent des scènes d'échauffourées dans les rues... les manifestants qui courent dans tous les sens... des forces de sécurité déployées massivement sur les toits... des voitures en feu

on compte au moins un mort... continue le Guardian …des dizaines de blessés lors de ces mouvements qui se sont déployés dans la capitale mais aussi dans d'autres villes du pays au cri de "mort au dictateur"

un cri qu'applaudit le Jerusalem post qui croit voir le début de la fin d'Ahmadinejad

mais ce n'est pas tout... rajoute le Financial Times... ce qui provoque aussi la colère des iraniens ce sont ces nouveaux riches ... le mois dernier le régime a supprimé des dizaines de milliards de dollars de subventions... le prix du pétrole et des denrées alimentaires est de plus en plus élevé... et les petites gens de plus en plus excités à l'encontre des nouveaux riche qui ont profité de la situation ... aujourd'hui alors que 48 millions d'iranien gagnent moins de 800 dollars par mois... la révolte en iran est plus économique que politique

et la révolte du pain gronde partout en Afrique prévient la Gazette de la Grande Ile à Madagascar qui explique sur sa une que le riz est devenu tellement cher que la population est à bout de souffle, désespérée, sur le point de craquer !

et c'est la même chose à Bahreïn raconte l'International Herald Tribune américain comme la Gazette de Montréal qui raconte :

Des balles en caoutchouc, des gaz lacrymogènes ont été tiré hier sur les manifestants alors qu'ils chantaient pour demander le partage des richesses... au moins l'un d'entre eux s'est effondré en gémissant raconte le reporter qui explique qu'à Bahreïn un pays qui ne compte qu'un million d'habitants...le pouvoir politique comme les fortunes économiques sont détenus par une petite minorité de sunnites alors que 70% de la population est shiite et souffre de discriminations systématiques à l'emploi mais aussi pour le logement ou l'éducation

mais « ça n'a rien à voir avec notre confession religieuse... explique un jeune manifestant... ce nous voulons c'est de vrai réforme... un parlement élu et un vrai pouvoir législatif »

et le National post au Canada rajoute

le problème c'est que Bahreïn est d'une importance stratégique capitale pour les Etats Unis dans la région

et c'est là toute la portée de ces révoltes

alors le Potentiel en République centre africaine se plait à rappeler cette phrase de François Mitterrand

"nous sommes en guerre avec l'Amérique... une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort... parce qu'ils sont très durs les américains... ils sont voraces... ils ne veulent que ce qu'il veulent... un pouvoir sans partage sur le monde..."

sauf que dans cette lutte de pouvoir aujourd'hui l'heure de l'Afrique a bel et bien sonné... applaudit la Fraternité au Bénin

Mon intime conviction écrit le journaliste béninois, c'est que les régimes autoritaires du monde arabe ont des soucis à se faire et ils le savent tous d'ailleurs, eux qui étaient les premiers à dénoncer une "main invisible" derrière le départ de ben Ali... menaces à peine voilées en direction de l'Alliance Atlantique qu'ils considèrent comme un allié qui ne peut pas se permettre de les lâcher. A y voir de près, ils continuent de vivre le rêve éveillé des années où ils pouvaient faire peur à leurs alliés occidentaux en soutenant que les abandonner c'était offrir le monde arabe sur un plateau d'argent aux islamistes... mais cette vieille recette est depuis longtemps rangées dans les placards... parce que la jeune génération ne veut pour rien au monde se faire emprisonner par des mouvements islamistes

Nous sommes donc rentrés dans l'ère post islamiste... titre le Devoir au Canada

Les islamistes sont devenus des acteurs du jeu démocratique et ils l'ont eux aussi bien compris... n'en déplaisent aux clichés tenaces de l'occident.

et le Potentiel centrafricain renchérit... car l'occident semble ne pas vouloir comprendre se qui se passe dans le monde arabe et finalement bien au delà...

Ce vent de protestation n'est pas cantonné au Moyen Orient écrit aussi la Repubblica

c'est un vent de contestation qui cherche à redonner du sens au monde globalisé dans lequel nous vivons... à l'opposé de la majorité silencieuse qui végète, passive, dans les mains d'autrui... les femmes, les travailleurs, les étudiants, le monde de la culture, se meuvent guidés par un sentiment commun, une initiative commune malgré toutes les apparences diverses... et ce sentiment commun s'appelle la dignité

Dignité au travail loin du pouvoir autocratique d'un patron... dignité de la conscience afin de pouvoir construire librement un esprit crique... dignité de la personne, que l'on soit un homme ou une femme...

et c'est ainsi que le manifestations qui enflamment le monde arabe, comme celles des femmes qui descendent par milliers dans la rue en Italie, ne rentrent dans aucun schéma... et il n'est pas anodin que ce soit les femmes qui en Europe saisissent ce vent de révolte parti du monde arabe termine le quotidien italien... c’est la preuve que chez nous aussi, le vernis craque.

Bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......