LE DIRECT

L'encyclique papale/ Nouvelle loi d'autodéfense domestique en Italie.

5 min

Bonjour, "Après neuf mois de réflexion... Benoît XVI aurait pu choisir dans sa première encyclique de s'engager dans un dilemme moderne comme la bio-ethique... mais il a choisi un sujet plus large ... un méditation lyrique et passionnée sur les multiples dimensions de l'amour à la fois érotique et divin... J'avoue avoir pris ce Deus Caritas Est avec circonspection et méfiance... je m'attendais à des conseils chastes et surannés de la part d'un pape de droite... une condamnation de notre société matérialiste, la diabolisation de la contraception, de l'homosexualité ou du mariage des prêtres... un coup de fouet de plus dans le dos des catholiques pour les culpabiliser encore de prendre du plaisir dans l'acte d'amour... et bien non et j'ai été très heureusement surpris... ce texte ostensiblement mystique est aussi assurément un texte de notre temps"... c'est par ces mots que démarre l'éditorial du Times ce matin... Le Times qui consacre toute sa section européenne à l'encyclique papale se justifie... "cette encyclique de 70 pages est très importante parce qu'elle donne le ton de tout le pontificat... certains observateurs au Vatican ont pu être surpris parce que Benoît XVI, qui se disait pourtant le garant de la doctrine très sociale et éthique de Jean Paul Deux, a choisi de parler d'amour... un terme trop galvaudé de nos jours a t il déclaré... et l'article continue... il nous parle d'amour humain, d'amour divin et tire la réflexion vers un entrelacs sophistiqué de ses relations avec la charité l'Eglise et l'Etat"... et c'est cette dernière partie qui semble intéresser le plus le Times "le pape rejette la conception marxiste qui condamne la charité comme une excuse pour garder les pauvres dans leur pauvreté... la marxisme écrit il, a échoué parce qu'il n'a pas voulu reconnaître qu'il y aura toujours des gens plus fragiles ou dans le besoin... et c'est là que tout chrétien doit intervenir... il ne suffit pas de rester assis à l'église... cite le Times... l'amour chrétien doit inspirer les actes et les choix de la vie de tout un chacun... et de rajouter... la mission caritative doit être remise au centre de l'activité de l'Eglise... elle est une part essentielle de sa nature même ... mais cette charité ne doit absolument pas remplacer les responsabilités politiques et sociales de l'Etat!" La surprise de l'éditorialiste du journal réside également dans cette phrase « inattendue écrit il... un homme ne peut être lui même que lorsque son âme et son corps sont intimement liés... l'amour sexuel est précieux car il nous mène vers l'amour divin.... voilà un point de vue tout a fait moderne se réjouit le journal, cette encyclique pourtant ancrée dans la tradition de l'ancienne Eglise n'est pas le travail d'un inquisiteur mais celui d'un amoureux, un véritable amoureux de Dieu » Et ce texte réussit même à satisfaire notre confrère du Guardian... " Enfin une encyclique qui ne martèle pas des 'il ne faut pas'... même si le texte ne remet pas en cause les prises de position sur l'homosexualité ou le contrôle des naissance... il est un émollient utile dans une église radicalisée depuis plusieurs années... et un bon moyen pour ce pape de 78 ans d'améliorer son image de départ!" Le ton n'est pas le même en revanche dans le sud de l'Europe... il est beaucoup plus critique... A lire la déception par exemple de l'éditorialiste de la Repubblica en Italie qui lance « on est finalement toujours en attente... ce texte de dit rien... ça n'est pas un programme »... Même son de cloche dans les colonnes de el Pais "le message du pape est directement dirigé vers les catholiques de la vieille Europe qui souffre d'une crise profonde... il est un peu étrange que compte tenu des graves problèmes dont souffre le monde l'encyclique papale préfère se perdre dans un labyrinthe aussi vaste que l'amour »... Mais l'International Herald Tribune souligne au contraire ce matin « l'habileté du nouveau pape qui a justement évité d'être trop orthodoxe... l'encyclique Dieu est amour a tout fait pour éviter de mentionner des sujets qui pourraient diviser les catholiques, l'homosexualité, la contraception ou le divorce... la tournure poétique du texte permet de satisfaire tout le monde écrit l'article, les conservateurs comme les groupes les plus libéraux qui défendent pourtant des positions, comme le mariage des prêtres, très loin de celles du nouveau pape." d'où ce titre du journal Le Temps en Suisse " la première encyclique du pape Benoît XVI brille par sa prudence... et cette phrase " du temps où il était le grand inquisiteur en tant que préfet de la congrégation de la foi, on le surnommait "Panzerkardinal"... devenu pape Joseph Ratzinger serait aujourd'hui plutôt adepte de la stratégie de l'escargot!... Dans la première partie consacrée au sexe... il réaffirme l'importance de la morale chrétienne... rien donc de très nouveau sous le soleil de l'Eglise de Rome... en revanche lorsqu'il parle de charité, il va plus loin... la fonction de l'église est de participer à la réalisation d'une société plus juste mais en influençant les esprits plutôt que le cours des décisions politiques » D'où l'article du Financial Times ce matin qui s'interroge sur les rapports qu'a entretenu l'Eglise depuis vingt ans avec la politique italienne... " Le Vatican a pu exercer un vrai pouvoir sur les élections italiennes dit l'article... notamment en 1948 lorsqu'il a appelé à voter contre le communisme... mais depuis les années 90 il est beaucoup plus prudent... n'empêche conclut le journal certains analystes politiques constatent que le Vatican avait glissé vers le centre gauche en 96 à l'accession de Monsieur Prodi et qu'il avait glissé vers les centre droit en 2001 lors de la victoire de Berlusconi!" Relance: et dans la presse italienne... ce qui agite également nos confrères c'est cette nouvelle loi votée par le parlement de Rome. oui une nouvelle loi sur l'autodéfense domestique... qui donne le droit à chacun de se défendre si un intrus envahit le lieu d'habitation ou de négoce... ... c'est la ligue du nord populiste qui l'a portée devant les députés... et cette loi devrait être centrale dans la campagne électorale sur le point de démarrer... Jusque là, il était permis de se défendre mais de manière « proportionnelle » cad qu'on ne pouvait tuer que dans le cas de légitime défense... Alors la nouvelle loi élargie, fait hurler la Repubblica qui compare l'Italie au far-west des westerns à l'américaine et de citer l'opposition « ça n'est pas en imitant John Wayne qu'on sera plus en sécurité »

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......