LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les cafards géants

6 min

par Cécile de Kervasdoué

C’est l'histoire d'un tout petit cafard... mais avec des poils roux si monstrueux ...des moustaches si énormes... des yeux si féroces et surtout une assurance si forte qu'il est devenu en un rien de temps, aux yeux du monde, un terrible géant! Capable de soumettre tout le règne animal avec ce coup de bluff: exiger de tous les animaux qu’ils lui donnent leurs petits afin qu'il puisse les déguster pour diner

C’est ainsi qu'à sa vue, à la simple évocation de son nom les loups se dévorent de peur entre eux un éléphant se met à trembler tellement qu'il trébuche et s'assoit en hurlant sur un hérisson bref tout l'ordre du monde se trouve chamboulé et durablement

Parce que l'autorité du cafard géant se maintient longtemps; tellement longtemps qu'on a fini par oublier comment il a pris ce pouvoir... jusqu'à ce qu'un kangourou rieur arrive et clame qu'il n'a rien d'un géant voyons !

c'est un tout petit cafard !

mais tais toi donc!!! Lui disent les hippopotames... tu vas nous faire avoir des ennuis... tu vas rendre les choses encore plus difficiles... nous précipiter dans le chaos peut être ?

et c'est là que le moineau intervient..... L’air de rien comme ça, sans même s'en rendre compte ... l’oiseau avale goulument l'insecte qui se disait géant... le règne animal peut enfin se réjouir

vous l'aimez mon histoire ? Elle vous évoque quelque chose peut être?

je vous le dis tout de suite elle n'est pas de moi ... elle est de Kornei Chukosvky... poète russe du 20ème siècle connu pour ses contes poétiques à destination des enfants… celui ci "le cafard géant" date des années 20... Alors avait il ou non en tête Staline en racontant l'histoire de ce cafard ?... et bien rien n'est moins sûr... écrit Newsweek cette semaine... mais toujours est il que l'histoire est devenu aujourd’hui une métaphore souriante des dictatures en tout genre...

une métaphore qui ne cesse de m'inspirer ces jours ci confie le journaliste américain... surtout lorsque je considère l'actualité du monde arabe

car l'Egypte est encore ce matin sur toutes les unes de la presse internationale... l'Egypte et son pendant tunisien... ne cessent d'inspirer la presse et de nourrir des réflexions tant sur les dictatures que sur les transitions

car il ne suffit pas de mener une révolution si j'ai pu regarder avec enthousiasme et admiration ce qui s'est passé ce mois ci en Tunisie et en Egypte ; je sais qu'il faut tempérer l'orgueil par du pragmatisme... et je le sais plus que toute autre moi qui ai mené la révolution orange en Ukraine... écrit Youlia Timoshenko, l'ancienne premier ministre d'Ukraine dans les colonne de le Moscow Times en Russie ce matin

Le changement de régime n'est que la première étape... après la violence et l'euphorie ... le retour à la normale est souvent à la fois amer et difficile parce qu'il faut beaucoup de d'efforts et de volonté pour passer d'une dictature à la démocratie... et la meilleure leçon à tirer de l'Ukraine c'est que les élections ne suffisent pas pour instaurer la démocratie... parce que les ennemis de la liberté savent très bien utiliser les scrutins pour imposer leurs desseins antidémocratiques

c'est précisément ce que nous risquons de voir arriver en Egypte... écrit l'ancien candidat américain à la présidentielle John Mac Caïn... il ne faut pas laisser les frères musulmans prendre le pouvoir en Egypte... car ils vont confisquer la démocratie tant désirée par le peuple égyptien

et si les efforts né de la révolution de jasmin en Tunisie et de la révolte populaire en Egypte s'avéraient factices?... renchérit l'orient le jour au Liban

et si les tentatives de récupération... sournois du côté des islamistes... affichées du côté de l'armée.... réussissaient à dévier la contestation... si l'effet domino s'avérait un effet boomerang ?... pris au piège de concessions circonstancielle... de promesses trompeuses... d'une instabilité contrôlée... arme absolue contre les vents réformateurs... voilà le risque que nous courrons dans le moyen orient ! Celui de donner raison à tous ceux qui en occident prétendent que la démocratie est totalement étrangère aux structures mentales du monde arabe...

et pourtant écrit encore l'Orient le Jour libanais... aucun régime n'est aujourd'hui à l'abris de la contestation populaire... de ce vent de liberté sincère qui courre à travers tous les peuples du monde arabe et d'ailleurs

et il est vrai qu'en lisant la presse... ce qui se passe en Egypte et en Tunisie … ce « printemps arabe » comme le qualifie Mohammed el Baradei dans les colonnes du Spiegel allemand ce matin ....semble vouloir inspirer bien des peuples ... bien au delà du monde arabe

« Cristina devrait se méfier du pouvoir de la rue »... écrit par exemple un analyste argentin dans les colonnes de la Nacion

parce que ce qui nous vient d'Egypte est la preuve qu'ignorer les besoins mais aussi l'évolution d'un peuple ... c'est le meilleure moyen de faire capoter les dictatures mais tous les autres types de pouvoirs même ceux instaurés démocratiquement

et c'est aussi le message que répète ce matin toute la presse italienne qui s'empare de cette révolte de milliers d'italiens qui ont manifesté hier dans toute l'Italie écrit la Stampa pour demander la démission de Berlusconi

assez de grand n'importe quoi... lance la Repubblica… l'Italie n'est pas un bordel

nous avons été trahis en tant que démocrates... en tant que partisans… écrit un plume du journal... le fait que le consensus autour du chef de gouvernement soit toujours aussi fort est la preuve de notre régression démocratique

d'où cette révolte du slip ! par opposition aux sans-culottes français ... qui a envahi hier les rues italiennes... furieux des débordements constants de Berlusconi, les manifestants exigent le changement devant la maison même de Berlusconi raconte le Folha de Sau Paulo au Brésil

et le changement doit arriver par le dialogue... car le dialogue est sur toutes les unes ce matin... avec une image: cette table ronde égyptienne où les frères musulmans sont invités à la négociation pour décider du pouvoir en Egypte...

un "dialogue national"... la presse y met souvent des guillemets comme le Temps en Suisse... car il n'est pas aisé...et il met à mal les Etats Unis qui ne savent plus très bien qui soutenir... écrit Al Ahram en Egypte.

Pour beaucoup d'analystes, Obama cherche un compromis à cause du rôle crucial de l'Egypte dans la région... l'armée égyptienne est d'ailleurs financée par les Etats Unis à hauteur de 1,3 milliards de dollars rien que pour l'année dernière

N'empêche dit le Temps… les dictatures arabes nous ont valu beaucoup de compromissions dans l'espoir qu'elles nous protégeraient de l'intégrisme musulman, ce qui n'a même pas été le cas, et accepteraient de sécuriser notre approvisionnement énergétique... alors il est temps de changer de tactique et de faire confiance à l'universalité de la démocratique sortie grandie par le courage de milliers d'hommes et de femmes en colère

Faire confiance... ce n'est pourtant pas ce qui anime la Grande Bretagne ces jours ci... après Angela Merkel voilà que David Cameron se fend d'une sortie lui aussi sur l'échec du multiculturalisme

L’objectif est de protéger les valeurs de tolérance et d’ouverture qui ont fondées tout notre système dit le Times... le premier ministre a juste voulu rappeler que le communautarisme ne devait pas oublier les valeurs du pays qui l'accueille

mais son analyse est absurde répond le Guardian… qu'est ce que la britannicité au juste? la question est sans fin ! il blâme le communautarisme mais il devrait plutôt blâmer l'individualisme qui provient directement de la consommation capitaliste…

et Haaretz en Israël lui emboite le pas..; le vrai problème effectivement n'est pas le multiculturalisme mais les discriminations et les frustrations... c'est ainsi que les arabes d'israël sont devenus une minorité retranchée sur elle même... alors on blâme leur fondamentalisme mais sans traiter la cause... à savoir notre propre racisme ... notre impossibilité à gérer cette peur primitive de l'arabe

et c'est sans doute pour cette raison que le monde se détourne progressivement de l'occident... termine el Pais espagnol...

La démocratie est devenue hallal… titre l’International Herald Tribune parce que l'occident rongé par une crise qu'il a lui même créé ne se reconnaît plus et ne sait plus générer qu'une multitude de tous petits cafards

Bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......