LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les catastrophes oubliées!

5 min

Bonjour à tous, N'oublions pas... C'est le titre qu'affiche ce matin le quotidien la Croix à propos de la Birmanie parce qu'un mois après les grandes manifestations en Birmanie il ne faut pas laisser retomber le pays dans l'oubli ... lance le dossier du journal... il faut surtout maintenir la pression sur la chine pour qu'elle soutienne des sanctions contre la junte birmane... c'est le sens de l'appel des organisations des droits de l'Homme et de 10 anciens prix Nobel de la paix qui ont voulu lancer une mobilisation mondiale hier. un appel dans le vide... commente la Libre Belgique ce matin qui note la très faible mobilisation hier de la communauté internationale... des manifestations étaient prévues devant les ambassades ou les consulats de Chine à londres Paris Berlin Dublin Vienne Sydney Washington Toronto New York Brasilia Bangkok ou le Cap... mais elle n'ont pas attiré grand monde... le plus grand nombre de manifestants a été recensé à Londres: 80 personnes seulement... à Berlin et Vienne les rassemblements ont été annulés faute de participants... à Paris ils n'étaient que 30 devant le siège de Total... Un fiasco dit l'Independent en Grande Bretagne... et pourtant les ONG le rappellent "ça n'est pas parce que les images ont cessé de passer la frontière birmane ... que les media ont tourné le dos à cette crise... qu'elle n'existe plus... bien au contraire... la torture s'est même amplifiée depuis un mois, tout comme les arrestations et les tueries... alors les citoyens de la communauté internationale doivent continuer de se sentir concernés et l'ONU doit faire plus qu'une simple condamnation discursive!... il s'agit écrit l'Independent de faire pression sur la Chine et sur l'Inde... par le biais d'accords économiques... une recommandation qui ne cesse pourtant d'être répétée... mais toujours dans le vide et pourtant le pire qu'il puisse arriver aux Birmans c'est justement l'isolement continue La Croix en citant des expatriés européens à Rangoun qui se désolent... en 88 les manifestations avaient été bien plus violentes mais personne à l'étranger n'avait bougé ... là le mois dernier le monde a vu... grâce à internet grâce à des touristes qui ont fait ressortir des images et des témoignage... mais il ne faut pas maintenant qu'internet est coupé et que les touristes désertent le pays que la Birmanie retombe dans l'oubli... surtout quand les birmans ont malgré les tueries de moins en moins peur devant les militaires... parce qu'il ne peuvent plus respecter un régime qui a tué des moines et brûlé des monastères... cette révolte a donc plus que jamais besoin de soutien car la junte bimane a fermement repris le contrôle du pays.... rajoute le Spiegel qui consacre lui aussi sur son site ce matin un dossier à la crise birmane... le simple fait d'écouter une radio étrangère vous envoie directement en prison... les arrestations de tous les opposants se poursuivent ... un moine ne doit pas être vu en compagnie d'un étranger... nombreux sont les monastères transformés en camps militaires... et dans le village de Pakokku d'où est partie la protestation les militaires ont voulu faire un exemple.... la population assiégée et affamée a assisté médusée à cette scène horrible... les moines en robe safran attachés à chaque lampadaire et battus jusqu'à ce qu'ils soient couverts de sang... une horreur... un sacrilège en Birmanie! mais s'interroge le journal comment le régime a t il pu franchir cette limite?... ne sait il pas combien les moines sont sacrés en Birmanie?... pour le comprendre dit l'article il faudrait interroger les généraux ce qui est impossible ou bien leur conseiller ce qui est normalement impossible sauf pour l'un d'entre eux qui a accepté de nous parler sous couvert d'anonymat et ses paroles sont très éclairantes... en fait dit il c'est la construction de Naypyidaw le camps retranché de la junte qui marque le début de la fin de ce régime ...car il a couté plusieurs budgets annuels... le pays est complètement ruiné et qui plus est, il est géré par des généraux un peu idiots ou en tout cas ignorants pour qui les concepts de gestion financière de politique fiscale de stratégie économique sont du chinois! Aucun birman ne serait d'ailleurs véritablement capable aujourd'hui de gérer la Birmanie de façon moderne sil elle était libérée... rajoute il avant de lancer... c'est ainsi que près de 2 millions de chinois se sont récemment installés chez nous... Il faudra donc sans doute le cadre de l'ONU une fois que le régime sera tombé dit il encore... car il va tomber nous sommes au bord de l'abysse... il ne reste plus qu'à se saisir de force des armes de la junte!... seulement nous ne pouvons pas le faire seul!... là encore la communauté internationale doit faire quelque chose. Faire quelque chose c'est aussi le sens de cette photo qui fait le tour de la presse européenne ce matin... une femme arborant un tee shirt « code pink » du nom de l'ONG pacifiste... elle entoure Condolezza Rice de ses mains couvertes d'un rouge sang... elle lui crie quelque chose... « vous êtes une criminelle de guerre madame la secrétaire d'état!... vous avez le sang de millions d'irakiens sur vos mains »... Nous sommes à la chambre des représentants aux Etats Unis... l'activiste sera vite arrêté et Condolezza Rice impassible. Alors est ce l'évènement qui fait également écrit l'International Herald Tribune ce matin ... qui titre " vous vous souvenez l'Irak? et il écrit " chers amis je suis bien content l'Amérique est finalement sortie du bourbier irakien... c'est vrai que ça commençait à devenir pénible de se réveiller tous les matins et d'entendre toutes les horreurs qui s'y passe... c'est vraiment plaisant que ce soit enfin derrière nous!... pause.... mais comment ça nous sommes toujours là bas ?... ce n'est pas possible !... plus personne à Washington n'en parle! et c'est vrai... l'Irak n'est plus notre préoccupation... commente le journaliste... est ce l'effet du débat Petraeus... de la dernière grosse intervention militaire ou celui de l'échec des démocrates qui ne sont pas parvenu à obtenir le retrait américain en Irak?... un peu de tout et c'est bien dommage parce que la négligence est la pire des choses qui puisse arriver à l'Irak... ça n'est pas parce que nous n'en parlons plus que nous ne sommes plus pris au piège de ce bourbier... bien au contraire... nous n'avons fait que garantir assez de stabilité en Irak pour permettre à ses politiciens de s'obstiner dans la corruption et la violence avec notre soutien tacite!... alors il faut d'urgence une politique plus intelligente parce que reléguer l'Irak dans les dernières pages ne sert absolument pas nos intérêts! éviter les dernières pages... éviter l'oubli c'est justement ce combat que mènent 6 journalistes irakiennes récompensées hier... raconte le New York Times qui donne la parole à l'une d'elle... être journaliste dans un pays en guerre n'est pas chose aisée dit elle... chaque interview chaque question posée peut être la dernière ... parce que chez nous il n'y a pas de loi... alors pour en rendre compte il faut mentir quotidiennement... avoir une double vie... et partir faire son travail chaque jour en sachant que non seulement vous pouvez y laisser votre peau mais que vos enfants que vous voyez tous les matins partir pour avec le coeur serré, peuvent être victimes de votre plume... alors pourquoi continuer alors...dit elle? et bien c'est justement pour l'avenir de mes enfants... parce que j'en ai assez qu'une vie humaine en moins dans mon pays ne compte aux yeux de personne... une vie est une vie en Irak ou ailleurs et c'est le sens de mon combat ouvrir la fenêtre de l'Irak pour montrer au monde que nous sommes des gens ordinaires avec des aspirations ordinaires comme chacun d'entre vous... et que cette guerre ces morts ne sont pas loin de là une fatalité éviter la fatalité première pierre de l'indifférence... c'est le sens de la réflexion de la Vanguardia... ce matin qui s'intéresse à l'invisible... et l'invisible ce sont justement ces morts ...ces vies quotidiennes bafouées ... ces malades de la faim des guerre de l'Irak de la Birmanie du Darfour ou d'ailleurs qui doivent concerner tous les citoyens... il nous faut apprendre à voir l'invisible dit l'article... nous infiltrer dans les ombres que ne donnent pas forcément les média trop occupés pour la plupart à traiter du sensationnel et de l'extraordinaire... parce que le visible est toujours lié au négoce... et pourtant les vraies victimes et les vrais acteurs sont ceux que l'on ne voit jamais... il urgent de les redécouvrir et de les pousser devant les caméras... c'est le devoir de tout citoyen et de chaque homme... ça n'est qu'à ce prix que nous passerons de démocraties formelles et parfois autoritaires à une démocratie réelle faite de tolérance de conciliation de partage et de paix! et il conclut... au-delà des images turbulentes du monde n'oublions donc surtout pas les invisibles!

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......