LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les chrétiens d'Orient, un an après

4 min

des réfugiés Yazidis à la frontière syrienne en août 2014
des réfugiés Yazidis à la frontière syrienne en août 2014 Crédits : Reuters

En France, mais aussi en Espagne, au Québec, en Belgique, au Luxembourg ou encore en Suisse, les cloches vont sonner demain en soutien aux chrétiens d'Orient. "L'initiative partie de France, et lancée par des laïcs, touchera la Suisse demain, précise LA TRIBUNE DE GENEVE citant la lettre du cardinal de Paris, André 23."Il me parait bien que nous nous souvenions spécialement ce jour là que les douleurs des chrétiens d'orient ont connu une aggravation il y a un an."Il y a un an, dans la nuit du 6 au 7 août 2014, l'organisation Etat islamique envahissait la plaine de Ninive, provoquant l'exode de milliers d'irakiens. "Ca fait plus d'un an que l'Etat islamique fait régner la terreur dans le Nord de l'Irak, et mène une campagne haineuse pour anéantir les chrétiens, les yazidis et toutes les autres communautés religieuses" souligne THE CHRISTIAN POST . Le quotidien évangélique américain rappelle que des millions de personnes ont du fuir l'Irak mais aussi la Syrie, vers le Kurdistan ou les pays voisins. Et l'exode continue.Le quotidien israélien HAARETZ rapporte comment ces derniers jours des miliers de chrétiens syriens ont du quitter la région de Sadad, menacée dans le centre de la Syrie par l'avancée de l'Etat islamique. Les djihadistes se sont emparés jeudi dernier de la ville d'Al-Qaryatain.Depuis, entre 230 et 250 civils chrétiens ont été arrêtés pour "collusion avec le régime de Bachar Al Assad".

La chute d'Alqaryatain intervient dans un contexte particulièrement difficile pour les chrétiens de Syrie, les persécutions et les enlèvements se multiplient, précise le FIGARO . Le quotidien qui relaie ce matin l'appel de la France pour les minorités d'orient. Le Quai d'Orsay va présider le 8 septembre à Paris une conférence internationale sur les victimes de violences éthniques et religieuses au Moyen Orient.Et les méthodes de l'etat islamique sont détaillées ce matin par l'International New York Times. "L'Etat islamique consacre la théologie du viol" titre le quotidien américain..Son journaliste a recueilli dans un camp de réfugiés du Kurdistan irakien le témoignage de nombreuses femmes victimes de violences. Comme cette adolescente de 15 ans : " A chaque fois qu'il venait pour me violer, il devait prier. raconte la jeune fille, vendue comme esclave sexuelle à un combattant. Il me répétait que ça faisait partie du culte, c'était sa prière à Dieu. " Une autre enfant de 12 ans détaille ce rituel. La prière à genoux de son agresseur avant et après le viol.

Le viol systématique des filles et des femmes de la minorité yazidis qui fait partie intégrante du fonctionnement de l'etat islamique depuis la prise de la région du Mont Sinjar dans le nord de l'Irak il y a un an.." L'offensive dans ces montagnes est aussi bien une conquête sexuelle qu'une avancée territoriale" explique dans les colonnes du journal un spécialiste américain de la communauté yazidis. Le fait de focaliser sur cette minorité s'explique sans doute par la forme de leur religion, polythéiste.

L'INTERNATIONAL NEW YORK TIMES poursuit le récit de la jeune victime. "Je lui disais d'arrêter mais il me répondait que selon l'islam c'était permis de violer un non-croyant. C'est halal. disait il"

Et alors que la Belgique est considérée comme un vivier pour le Djihad, les belges seraient moins tentés par le départ selon le quotidien belge LE SOIR , désormais deux fois moins de Belges partent combattre dans les rangs de l'Etat islamique. Ils ne sont plus que cinq par mois, au maximum, à quitter la Belgique pour l'Irak ou la Syrie. C’est moitié moins que fin 2014. La Belgique a été un des premiers pays à mettre en place des statistiques sur ces départs, dès fin 2012 ..des opérations de prévention ont été mis en place dans des villes comme Anvers ou VilvordeMais le quotidien fait aussi deux constats moins réjouissants : le nombre de Belges présumés actifs sur le théâtre de guerre, reste à un niveau record, plus élevé que jamais. D’autre part, le pays doit aujourd’hui faire face à ceux qui reviennent..ces individus partis combattre et qui ont finalement déposé les armes.

L'Etat Islamique qui émerge aussi en Afghanistan. L'EI tente pour l'instant de s'implanter dans l'est du pays et d'empiéter sur les territoires talibans. Les rebelles talibans qui eux ont décidé de s'en prendre au nord du pays.Grave erreur raconte sur son blog Guillaume DECAMME le correspondant de l'AFP à Kaboul . Le nord de l'Afghanistan est le fief du général DOSTUM. Guillaume Decamme dresse un portrait haut en couleur de ce chef de guerre afghan impitoyale contre les talibans et qui est l'un des derniers survivant du djihad anti soviétique. Vice président du pays, l'homme est aujourd'hui une pièce maitresse du pouvoir. "Je suis le faiseur de rois "lance sans sourciller le général âgé aujourd'hui de 61 ans qui compte bien se rendre sur le champ de bataille."J'encouragerai tout le monde et nous reprendrons les zones aux mains des talibans et de conclure "vous verrez les femmes vont caillasser les talibans."

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......