LE DIRECT

les droits de l'homme : les indigènes isolés et les bombes à sous munition

5 min

Bonjour Ali bonjour à tous Il ne faut pas se réjouir trop vite... titre ce matin la tribune quotidienne de Lluis Basset dans les colonnes d'el pais en Espagne... attention à l'autosatisfaction... il n'y a pas motif à réjouissance si l'on regarde l'évolution des droits de l'homme à travers la planète mais aussi tout près de chez nous dans cette riche et civilisée Union Européenne... pourtant il y a matière à émerveillement ce matin... semble vouloir lui répondre les Unes de ses confrères européens... des unes, où revient la même série de photos en couleur ... des photos aériennes que l'article de l'Independent en Grande Bretagne décrit ainsi... trois corps orangés presque nus au milieux de la forêt verte d'Amazonie.... deux d'entre eux sont des hommes ... des guerriers qui pointent leur arcs et leur flèches vers le ciel précisément là d'où vient le cliché la troisième forme semble être une femme qui se tient à côté d'une hutte... Cette photo extraordinaire explique le quotidien britannique est la première preuve de l'existence d'une des dernières tribus indigènes d'Amazonie restée vierge de tout contact avec le reste du monde... Incroyable... remarquable et émouvant commente ABC en Espagne c'est la preuve que des indigènes vivent encore aujourd'hui à leur manière dans des endroits les plus retirés du monde à la frontière entre le Brésil et le Pérou... c'est la preuve très importante que les peuples indigènes isolés existent et qu'avec leur flèche et leurs arcs il ne veulent pas de contact avec l'étranger... alors il s'agit de les respecter ... d'ailleurs le droit international reconnait que les peuples isolés aussi vulnérables soient ils, ont ce droit le plus élémentaire et c'est même pour faire reconnaitre ce droit à l'isolement que ces photos ont été prises... parce que conclut ABC... si les gouvernement d'Amérique Latine où vit la dernière centaine de tribus indigènes, ne protège pas ces communautés, alors elles disparaitront victimes de la violence et des maladies qui accompagnent l'invasion de leur terre....et avec elles disparaitra aussi l'incroyable diversité humaine et ce serait un crime monumental ... s'insurge l'association Survival à l'origine de cette campagne et qui s'exprime dans les pages du Times de Londres... nous avons voulu montrer que ces tribus existent encore et qu'il faut les protéger notamment de la déforestation illégale parce que ce qui se passe dans cette région est monstrueux... c'est un crime contre la nature et la faune mais aussi les populations qui vivent en Amazonie ...c'est un nouvel exemple de l'irrationalité avec laquelle les « civilisés » traitent le monde qui les entoure. Alors ne nous arrêtons pas à la vision romantique de ces photos... prévient l'irish examiner... car derrière l'extraordinaire découverte il y a une réalité beaucoup plus cynique... car déjà révèle le journal... la survie de ces hommes et de ces femmes est compromise... et compromise par qui? et bien par une compagnie pétrolière française... Perenco qui avec le soutien du gouvernement péruvien fait face à la justice aujourd'hui contre des groupes indigènes... l'objectif de l'entreprise française ...obtenir la permission d'exploiter le pétrole sur cette frontière péruvo brésilienne où vivent encore au moins deux tribus indigènes isolées... ce qui signifie chasser les indiens et donc rentrer en contact avec eux... et signer ainsi leur arrêt de mort...alors conclut le quotidien irlandais... ne nous réjouissons pas trop vite d'une telle découverte après l'émerveillement doit venir l'heure de l'inquiétude... c'est urgent! et il ne faut pas se réjouir trop vite non plus de cette décision prise en Irlande cette semaine à propos des bombes à sous munition...continue l'éditorial d'el Pais ce matin... bien sûr c'est un pas de plus vers le désarmement parce que 109 pays ont approuvé un texte d'une convention internationale qui interdit l'usage la fabrication le développement et le stockage de ces bombes... un texte qui suit celui signé il y a dix ans pour les mines antipersonnel... et el Pais rappelle... dans les deux cas ces engins de morts sont responsables de grandes souffrances... Imaginez... raconte la Tribune de Genève...des projectiles libérant des bombelettes qui tombent en pluie sur de vastes étendues et tuent indifféremment militaires et civils. Pire encore: trois fois sur dix, ces bombelettes pas plus grandes qu'une canette restent activées à terre et se comportent alors comme des mines antipersonnel. Mutilant la population. Et rendant impraticables les terres agricoles... il est vrai nuance l'article que les grands pays producteurs refusent l'interdiction: Etats-Unis, Chine, Russie, Inde, Pakistan, Israël... Mais les mêmes s'étaient déjà opposés au Traité d'Ottawa bannissant les mines antipersonnel. Et force est de constater qu'aujourd'hui, ces armes ne sont pratiquement plus utilisées. L'espoir, donc, est de mise.... et la presse allemande va dans le même sens... c'est une décision inespérée... écrit le site de la Deutsch Welle... l'Allemagne a décidé contre toute attente de signer le texte et même de détruire tout son arsenal de bombe à sous munition... un revirement surprenant au sein de la coalition qui était divisée sur cette question et c'est sans aucun doute non pas grâce à l'ONU qui piétine sur le sujet depuis des lustres, non c'est grâce à la pression de la société civile écrit le Helsinging Sanomat en Finlande... les militants anti bombe à sous munition ont inondé les boites mails de notre premier ministre avec plus de 50 mille courriels destinés à lui faire signer ce texte....car la Finlande est une cible importante... précise l'article... elle est sur le point de remplacer ses mines par des bombes à sous munition... l'argument du gouvernement étant que le pays a besoin de se protéger sur ses très longues frontières terrestres et oui parce qu'il faut être réaliste... renchérit le Daily Telegraph en Grande Bretagne... la guerre ça n'est pas un passe temps politiquement correct... ... quand il s'agit de défendre les intérêts d'une nation il faut prendre des mesures... et c'est le cas par exemple en Afghanistan... les anti bombes à sous munition nous disent que cette technologie touche principalement des civils et des enfants ... et c'est pourquoi il s'agit dorénavant surtout de les utiliser correctement à savoir dans des situations extrêmes... il ne faut pas croire que l'armée veuille tuer des civils ... bien au contraire en Afghanistan toujours, notre mission est de gagner la confiance des civils contre les talibans... et notre état major sait ce qu'il fait d'où cette interrogation de l'Economist cette semaine... ce texte est un pas supplémentaire c'est vrai... mais le monde est t il vraiment prêt au désarmement? Rien n'est moins sûr, car si les bombes à sous munitions disparaissent ... d'autres engins pratiques pendant la guerre feront certainement leur apparition malgré les morts civils... c'est donc un combat sans fin et qui n'a lui non plus rien de réjouissant rajouterait el Pais...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......