LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les primaires américaines: du rêve à la réalité

5 min

Bonjour Thomas bonjour à tous Quand faut-il s'arrêter de rêver et se résoudre à la réalité ?... la question est au centre des pages la presse européenne ce matin... qui regarde une fois encore les primaires démocrates américaines avec une once de cruauté et surtout un grand désenchantement C'est fini Hilary !... le titre du Times résume assez bien l'humeur des éditos est elle donc la dernière à croire à ses chances ?... lance la Une du Temps en Suisse la fin de l'ère Clinton... préfère celle du Spiegel en Allemagne et c'est son ambition irrationnelle qui la conduit à cette catastrophe.... commente le Telegraph Obama se rapproche... écrit el Pais Obama ressuscite... rajoute ABC toujours en Espagne... il a le futur des démocrates dans les mains... dit the Economist et pourtant... l'autre s'accroche... considère le Diario de Noticias au Portugal et c'est bien ce qui ulcère la presse américaine les options de Clinton s'amenuisent ... titre ce matin le New York Times qui rajoute... et il faut que ses partisans la quittent... Car l'Amérique ne la comprend plus... lance le Washington post... Après les huées de la foule... Clinton doit se résoudre à cette réalité... elle a perdu... préfère l'International Herald Tribune quant aux démocrates il est temps qu'ils se recentrent sur cette fameuse réalité... clament tous les articles, le New York Times en première ligne parce que comme de nombreux américains explique son éditorialiste... nous avons été intrigués puis très vite exaspérés par cette trop longue primaire démocrate et ce combat de bas fond entre Clinton et Obama... à tel point que nous sommes presque reconnaissants au Républicain Mac Cain pour avoir recentrer le débat mardi... en rappelant l'objectif réel de cette course à la présidence... la Maison Blanche et les décisions concrètes qui en découlent... car alors que Clinton et Obama continuent leur disputes de coure de récrée... Mac Cain lui s''est emparé d'un vrai débat... en exposant sa philosophie judiciaire... sa volonté de réformer une coure suprême trop conservatrice et trop active à son goût... un moment nous avons failli l'applaudir lorsqu'il a lancé que « la présidence américaine avait d'abord pour objectif de servir la constitution et de protéger les citoyens et leurs libertés »... allait il s'engager sur le terrain de la critique des années Bush ?... qui durant des années a violé cette constitution et nos libertés civiles... non... pas un mot bien sûr... ce qui nous ramène aux primaires démocrates... voilà notre opposition embourbée dans des questions de caucus de super-délégués... dans des débats artificiels et des petites phrases assassines... à tel point qu'elle en a oublié l'essentiel... il n'y a pas de différence de fond entre Clinton et Obama... mais il y en a une énorme entre les deux démocrates et Mac Cain et bien trop peu entre Mac Cain et Georges Bush... alors il est temps que les démocrates s'occupent du vrai débat dont l'Amérique a besoin... comment comptent ils restaurer l'équilibre des pouvoirs, protéger les libertés civiles... résoudre la crise immobilière... rappeler nos troupes d'Irak... voilà les questions qui intéressent les électeurs... le reste n'est que du spectacle... Alors il est temps de se rallier à Obama renchérit toute la presse européenne.... c'est d'ailleurs le titre de l'Independent en Grande Bretagne... parce que d'épique la bataille démocrate en est devenue lassante puis affligeante... Madame Clinton doit savoir perdre au profit de son rival et vite... et nous le disons avec regret... parce qu'elle s'est très bien battue il faut l'admettre... le spectacle a été haletant jusqu'à ce dénuement... car l'ère post bush avait tant besoin d'air frais... sauf qu'avec cette primaire qui n'en finit plus... l'air devient vicié pour les partisans démocrates... il faut absolument que Clinton et Obama enterrent leurs différences et fassent alliance pour contrer Mac Cain... si tel est le cas... si Clinton accepte de mettre son expérience au profit de son ancien rival alors la présidentielle américaine de novembre prochain risque d'être encore plus passionnante Quitte le devant de la scène... met toi dans l'ombre quand il encore temps... c'est le conseil du Times à la candidate... tu maintiens ainsi tes chance de gagner en 2012 ! alors que tu n'aura que 64 ans !... de son côté Obama qui incarne lui aussi le voeux de changement de l'Amérique devra se confronter à une très difficile réalité... celle de Mac Cain et celle ensuite d'une Amérique en crise profonde mais attendez... rien n'est joué... nuance la Vanguardia... les super-délégués vont devoir choisir... mais si ça se trouve le ticket de la présidentielle démocrate aura un double visage! C'est une probabilité... même si elle est mince... dit aussi le Temps en Suisse et c'est pourquoi les démocrates poussent tant la sénatrice à partir! parce que sa victoire aurait pour eux des allures d'agonie! Bien fait pour eux... s'insurge Salon. com à San Francisco... ils n'ont que la monnaie de leurs erreurs ... trop d'orgueil trop de jeunesse trop d'ignorance! mais le pire c'est qu'il n'y a pas que les démocrates qui payent le prix de ce fiasco... car toute cette campagne démocrate révèle les limites de la démocratie... écrit la Stampa en Italie... Socrate et Platon soutenaient d'ailleurs que la démocratie était une erreur... et l'on pourrait s'y résoudre se lamente le quotidien ... au regard du fiasco démocrate américain... car comment ne pas désespérer face au douloureux spectacle d'un Barak Obama docteur en droit issu de Harvard qui pour montrer qu'il n'est pas élitiste... parodie ses concitoyens populaires en buvant de la bière en jouant au bowling ou au basket (mal d'ailleurs)... comment ne pas désespérer, en entendant Hilary Clinton lancer, alors même que le problème numéro un des Etats Unis est l'état désastreux de son économie... " je ne peux pas sentir les économistes parce que je ne suis pas élitiste moi... ce qui m'intéresse c'est ce que pensent les gens" Mais, si vous êtes malade continue le journal... demanderez vous l'avis "des gens" ou bien irez vous consulter un spécialiste ?.. un médecin en l'occurrence ?... bien sûr que vous irez voir un médecin !... alors pourquoi ne pas appliquer ce même bon sens à la chose publique ? .... pourquoi penser qu'en ce domaine l'avis de la multitude vaut toujours mieux que l'expert? C'est que le suffrage universel, conclut la Stampa, n'est que la première moitié de la démocratie... l'autre moitié c'est l'éducation... or ces primaires démocrates ont justement révélé le manque cruel d'éducation civique des électeurs américains et de leur politiques Mais regardons un peu mieux chez nous... nuance la Vanguardia à Barcelone... tout a commencé en 1990 en Grande Bretagne... lorsque Madame Thatcher laisse le pouvoir à John Major... un personnage à la fois gris et de l'aveu des britanniques, pas très éduqué... tout aurait dû porter les travaillistes à la victoire mais c'est Major qui l'emporte en 92... victoire inespéré? s'interroge le quotidien espagnol... pas si sûr... car Major symbolise finalement le renouveau du politique ... finie l'élite sociale ou culturelle... il faut un homme qui partage les valeurs du peuple et qui partage aussi son inculture... c'est ainsi que l'on a abouti à un président Bush à qui tout le monde pardonne ses lapsus parce que la majorité d'entre nous fait des lapsus devant un public...c'est ainsi que nos démocratie se peuplent de plus en plus d'hommes et de femmes incultes... quelle distance sépare en ce sens un Tony Blair d'un Winston Churchill... et l'exemple peut s'appliquer à de très nombreux pays européens... non il n'est plus bon pour un politique de sa voir bien parler... d'avoir beaucoup lu et encore moins car ce serait le pire des vices aujourd'hui, de savoir bien écrire!

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......