LE DIRECT

L'europe: assez d'introspection stérile!

5 min

Bonjour Ali bonjour à tous, La presse européenne gémit encore ce matin... Elle s'alarme et s'inquiète et s'interroge encore sur ce non irlandais au traité de Lisbonne Mais ça suffit! clament en choeur le Guardian et le Financial Times en Grande Bretagne Assez parler de Lisbonne! dit le quotidien d'affaires... mettons nous au boulot! Parce que l'Europe a de quoi faire... rajoute le Guardian ... elle a devant elle, La mission de ce siècle ... elle doit prendre en main la destinée globale du monde en terme de sécurité, de commerce et de changement climatique... et oui continue le German Times... il y a une chose à ne surtout pas perdre de vue... c'est que le monde unipolaire est mort... Il y a à peu près 20 ans lorsque le mur de Berlin est tombé... le président Bush père se plaisait à rêver d'un nouvel ordre mondial mené par l'Amérique... nombreux sont ceux qui ont cru que ce monde uniforme allait durer pour toujours.... avec ses principes d'économie de marché et de démocratie à l'occidentale qui se répandraient inexorablement autour du globe.... vaste illusion bien sûr ! dit le journal allemand... car aujourd'hui, si les Etats Unis sont toujours la première puissance mondiale dans de nombreux endroits de cette terre... l'aura américaine est en déshérence... comme son économie... ses grands principes moraux n'ont pas tenus devant le bourbier irakien, Abou Graïb, Guantanamo et la « guerre contre le terrorisme ». en revanche considère le German Times, l'Europe elle, n'a pas encore atteint son zénith... du haut de ses 50 ans elle continue d'être une idée, un système, un casse tête diront certains, en construction qui certes, ne sait pas encore laisser une empreinte nette de ce qu'elle est et de ce qu'elle propose, mais qui est certainement un contrepoids puissant face au capitalisme autoritaire brandi par la Chine ou la Russie.... et face à la réémergence des grandes puissances autocratiques plus ou moins liées au radicalisme islamiste. alors ne croyez pas que le monde ne nous regarde pas !... prévient le Financial Times dans une tribune écrite depuis la Chine... parce que vue de Pékin l'introspection coupable à laquelle se livre l'Union Européenne n'est que plus agaçante... et oui, saviez vous que l'onde de choc du non irlandais ... ce scrutin qui n'a occupé que 4 millions de personnes, a atteint les confins de l'Asie avec son milliards d'habitants ? écrit le FT... et vous savez quoi, ce qui revient sans cesse c'est ... mais pourquoi l'Europe s'intéresse t elle tant à ses institutions ?... vous vous rendez compte de l'énergie politique déployée depuis 10 ans dans ce projet constitutionnel? c'est complètement disproportionné... car enfin... le vote irlandais et avant le français et le néerlandais n'ont rien d'une catastrophe vus d'un peu plus loin... ils ne sont que des petit grincements, des sursauts d'identité nationale dans une entreprise européenne dont l'essence même est que ses états membres sont de plus en plus insignifiants dans ce monde multipolaire s'ils ne savent pas parler d'une seule voix... que ces états membres font bien mieux avancer leurs intérêts via la coopération que via une compétition trop forte pour eux... alors conclut le FT... il serait temps que les européens cessent de se regarder le nombril et de se bercer d'illusions nationalistes.... pour s'emparer des vrais enjeux... en clair termine l'article, Bruxelles doit arrêter de parler de Lisbonne pour s'intéresser à Pékin il faut surtout que les européens cessent de croire que mondialisation signifie occidentalisation du monde... ça n'est plus vrai du tout... écrit le Guardian... le monde globalisé ne cesse de construire des barrières des conflits... or aujourd'hui l'Union Européenne apparait pour beaucoup comme une alternative ... un modèle... justement parce que sa construction même est multiforme et qu'à l'image des relations internationales, le compromis est son essence... aujourd'hui les Etats Unis la Chine et l'UE sont certainement les « policiers du monde » dont rêvait Roosevelt... les acteurs les plus influents... et l'UE a dans ce groupe le plus de crédibilité... elle doit donc en assumer la responsabilité conclut le Guardian, pour éviter que les deux autres ne fassent passer notre monde du 21ème au 19ème siècle Oui d'accord, relevons tous ces grands défis... mais concrètement comment faire ?... de quoi a besoin l'Europe s'interroge la presse européenne? De psychanalyse... dit la presse suisse... ou plus simplement de lunettes... écrit la Tribune de Genève... car notre cerveau reste adapté aujourd'hui encore aux interactions courtes, nous souffrons d'une forme de myopie congénitale qui risque de nous coûter cher car nous tardons trop à embrasser les vrais défis de notre temps... les changements climatiques, la fin de l'ère du pétrole... l'ascension de la chine et surtout rajoute le temps toujours en Suisse l'Europe a besoin de faire le point sur ses principes et notamment sur la démocratie directe et la démocratie représentative.... écrit le Temps... car pour l'instant le traité Maastricht ne propose qu'une demi mesure... oui, le peuple peut s'exprimer directement mais pas trop... enfin pas tous en même temps le même jour... ce qui revient à frustrer les citoyens et à ouvrir ce faux débat... quelle est la vraie démocratie, la directe ou la représentative ?... Bref on ne peut pas mieux rater la démocratisation tant souhaitée des processus européens... continue le Temps, d'autant que les élections européennes sont boudées au grand soulagement des gouvernements pour qui c'est une concurrence en moins... alors cette contradiction, cette schizophrénie, ce paradoxe européen est il la cause de tous les maux ?...s'interroge le journal qui revient sur cette position de plusieurs intellectuels dont Hubert Védrine pour qui le problème de l'Europe est qu'elle ressemble de plus en plus à une grande Suisse... vision péjorative qui sous entend qu'elle resterait une union douanière plutôt prospère, mais sans l'ambition de tenir un rôle dans la politique mondiale conforme à son poids... ce qui découle justement aux yeux de ces personnalités termine l'article de l'exercice de la démocratie directe... Mais non l'Europe n'est pas une grande Suisse... répond la Vanguardia ... ne nous laissons pas troubler par cette crise du non... l'Europe est traversée d'un courant culturel spirituel massif et fondamental de cohabitation et de coopération et cela les réalités politiques et économiques variables ne doivent pas le faire oublier En clair dit el pais l'Europe a besoin de se rappeler Erasme ce grand européen du 16ème siècle, grand pacifiste premier grand défenseur d'un idéal humanitaire social et spirituel... le danger c'est que notre monde multipolaire nous fasse en effet oublier l'essentiel... à force pragmatisme face à une réalité multiple nous oublions que l'Europe s'est unie dans une volonté de paix et de civilisation qui a terme vise le rêve d'Erasme de voir un monde entier transformé en une patrie pour tous... Y pensons lorsque nous sommes sur le point de voter cette directive de la Honte... titre le Soir... qui vise à harmoniser l'immigration européenne et qui va condamner à une mort certaine des milliers de gens venus chercher asile chez nous et rapatriés de force au delà de nos frontières ? Non, nous n'y pensons malheureusement pas... conclut el Pais... lorsque nous exploitons ces immigrés qui nous sont utiles parfois en leur niant leur droits élémentaires d'être humains et lorsque selon notre bon vouloir nous les renvoyons chez eux comme du vulgaire bétail de notre économie mondialisée... alors là, termine el Pais, nous redevenons des barbares et malgré nos grands débats sur la démocratie le fait est que nous nous éloignons bien trop loin d'Erasme Bonne journée

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......