LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'Europe déprime.

5 min

par cécile de Kervasdoué

Vous vous en souvenez peut être j'ai commencé cette semaine lundi avec un « tout va très bien... tout va même pour le mieux dans le meilleur des mondes possible »

et bien ce matin il est temps que la semaine se termine parce que la presse écrit tout le contraire

Rien ne va plus c'est l'impasse à tous les étages... bref la déprime!

même le très libéral Financial Times confie son désarroi ce matin et c'est la France qui semble en être la meilleure illustration... la France paradigme de cette déprime croit savoir Jonathan Fenby dans le FT qui s'explique

La classe politique française ne peut plus faire l'innocente... cette semaine, il semble que le tremblement de terre ait encore frappé... un sondage interactif vient de placer Marine Le Pen dans le peloton de tête pour les élections présidentielles françaises dans 14 mois... bien sûr ça n'est qu'un sondage à prendre avec précaution mais tout de même dit le FT... il dit combien la droite au pouvoir et avec elle toute la classe politique française traditionnelle s'enfonce dans l'absurdité...

D’ailleurs la presse étrangère n’est pas tendre avec le président français ce matin… qui a le premier reconnu prématurément les insurgés libyens… il y a quelque chose de frivole et d’absurde dans la reconnaissance soudaine du nouveau pouvoir libyen… écrit l’Independent… à l’origine ce coup d’éclat vise à montrer qu’il a la situation en main mais en vérité considère le journal britannique il fait ainsi la preuve de son manque de culture et de mémoire

Et c’est bien pour cette raison que le phénomène le Pen comme le titrait la Fraternité au Benin ne doit pas être pris à la légère...

mon intime conviction écrit le journaliste béninois c'est que ce sondage vient rappeler au souvenir des deux grands ensembles politiques français que les mêmes causes produisent les mêmes effets lorsque les mêmes circonstances se présentent... aujourd'hui encore ce que les Français reprochent à leurs politiques c'est un manque d'identité politique... Sarkozy chasse sur les terres de l'extrême droite et la gauche ne propose plus rien

et surtout l'extrême droite a appris les règles de nos démocraties... écrit encore la Vanguardia catalane... le nouvelle Le Pen est moins tonitruante que son père même si son programme n'a rien de nouveau...sa technique en revanche est beaucoup plus aboutie en terme de communication et c'est ainsi qu'elle s'invite partout dans les medias

et c'est là qu'il faut s'interroger sur le fonctionnement démocratique...écrit le magazine Times qui titre cette semaine sur ... « et le gagnant est... marine le Pen ! »

ce qui nous ramène à l'article du Financial Times... car ce phénomène Marine Le Pen est finalement bien plus large qu'une question de politique intérieure française

bien sûr il établit l'échec de l'occupant de l'Elysée dont la droite semble avoir perdue la tête... car la droite de Jacques Chirac est maintenant en procès pour corruption alors que celle renouvelée de Sarkozy n'est pas à la hauteur des initiatives promises ... elle va dans tous les sens comme en témoigne l'incessante valse des remaniements gouvernementaux…

mais derrière la surface politique il y a plus grave écrit encore le FT

le président français n'a de cesse de faire de grandes promesses... les attentes sont donc grandes au sein de la population comme parmi ses partenaires européens... et la déception de chacun à la hauteur des illusions perdues

Que ce soit pour réformer l'état ou le système monétaire mondial... le président français ne fait que pousser tout le monde vers la déprime et son pendant : les solutions simplistes et démagogiques

le président français a beau tenter de jouer la carte de la politique étrangère pour rattraper la croissance en berne de son pays prévue à seulement 0,3% ce trimestre ou ces 10% de chômage qui ne diminuent pas... rien n'y fait...s’emporte le journal d’affaires

les révoltes du monde arabe ont pris la France de court et montrent ce que dénonçait un groupe de diplomates le mois dernier... « l'amateurisme de l'Elysée qui ne semble mué que par des préoccupations médiatiques »

Pendant ce temps là termine le FT

le couple franco allemand née de l'alliance entre De Gaulle et Adenauer... qui faisait de la France un repère en tant que leader des principes politiques et de l'Allemagne le payeurs de ces principes politiques... ce couple vacille... car il perd ses valeurs politiques pusque la France n’est plus un repère politique

alors il y a de quoi déprimer si toute l'Europe avec la France plonge vers du nationalisme simpliste

et il n'y a qu'à regarder du côté de la Hongrie pour s'en persuader écrit le Taggespiegel en Allemagne... la Hongrie où, après la guerre contre les media, le gouvernement met à exécution sa haine des intellectuels... sa haine des artistes parce qu'ils sont libéraux et critiques... le premier ministre nationaliste a donc décidé de réduire autant que faire se peut tous les budgets des arts et de la culture

Remarque nous vivons nous aussi nos derniers spectacles... s'inquiète la Repubblica en Italie... dans un long dossier qui montre comment le gouvernement a congelé 77 millions d'euros du budget de la culture

et en France c'est la même chose considère un dossier de Télérama cette semaine... l'idée de la droite au pouvoir c'est que la culture pour tous a échoué alors il ne faut améliorer la manière dont on amène la culture au français mais supprimer tout simplement ces budget sous prétexte qu'ils ne servent à rien

Je vous le disais: rien ne va plus en Europe nous dit la presse étrangère ce matin

en ce jour de sommet européen l'Union ne sait plus du tout où elle en est

la zone euro va vers l'inconnu nous explique le Daily Telegraph britannique

Paralysie politique à Bruxelles, resserrement monétaire imposé à la BCE, hausse des taux sur les obligations portugaises, irlandaises et grecques... le problème c'est que la zone euros reste un assemblage d'états souverains où chacun se soucie surtout de répondre à sont propre électorat

vers un Trafalgar pour Merkel et Sarkozy? interroge la Suddeutsche Zeitung

La bataille va t elle avoir lieu entre le continent de l'euro et les marchés anglo-saxons? ... une chose est certaine: la réponse viendra d'Allemagne dont le pragmatisme et la rigueur budgétaire sont soutenus inconditionnellement par Nicolas Sarkozy qui veut être réélu l'année prochaine et qui croit convaincre plus d'électeurs en suivant le modèle économique allemand que celui des européens du sud engourdi

Alors Maggie Merkel comme l'appelle le Temps en Suisse sera sans doute sacré patronne de l'Europe considère the Economist... et cela à cause d'un principe simple.... qui paye décide!

d'où la conclusion du Times de Londres qui comme le Standaard en Belgique considère pour finir avec une note d'espoir que finalement cette grande déprime européenne pourrait bien accoucher d'un miracle... pas forcément la montée en puissance des extrêmes droites européennes mais peut être la naissance longue et douloureuse d'un Europe politique fédérale avec un ligne politique claire dictée par les intérêts d'un petit noyau avec à l'extérieur une coalition beaucoup plus souple des partenaires commerciaux

et le Standard lance le mot de la fin... à chaque état de savoir dans quelle sphère il veut évoluer : celle de l'Allemagne ou celle des autres.

Bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......