LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'héritage Blair: pourquoi tant de haine?

5 min

Bonjour à tous Hasta la Vista Tony...Titre le Financial Times Enfin!... Blair sort de scène... préfère le Daily Telegraph qui rajoute ... et sa sortie est comme toujours savamment chorégraphiée C'est ainsi que le Terminé rencontre le Terminator ... écrit pour sa part le Times qui explique que lors de sa dernière conférence de presse le premier ministre britannique a choisi d'apparaitre avec Arnold Schwarzenegger le gouverneur de Californie et aujourd'hui Monsieur changement climatique...c'est qu'il fallait sauver la face dans ce lala land écrit le Times... et être vert est tellement à la mode de nos jours Car Pincez vous il part la tête haute... titre encore le Guardian... la débâcle irakienne aurait pourtant dû le faire sortir moins dignement... alors son départ comme l'arrivée de son frère ennemi Gordon Brown d'ailleurs a décidément quelque chose de bizarre Puisse Dieu juger Blair plus gentiment que ne le fera l'histoire britannique continue encore le Daily Mail qui commente C'est une sortie qui s'accompagne d'un immense soupir de soulagement que celle de Tony Blair... une sortie qui s'est transformée en un interminable cauchemar... Il faut dire que Blair s'est accroché ! écrit le journal, pendant près de dix ans ce qui est très long... mais c'est grâce à cette prospérité économique qui a accompagné les années Blair pourtant marquées par de trop nombreux faux pas...dont la promesse non tenue d'améliorer le service public... et surtout le fiasco irakien.... alors l'histoire se souviendra sans doute de son rôle positif en Irlande du Nord mais au delà de ce coup de chance pour le reste .... conclut le Daily mail... c'est le vide intégral! Pourquoi tant de haine? s'interroge alors la presse européenne ce matin.... A l'instar de l'International Herald Tribune Après 10 ans de croissance économique... d'améliorations sociales... d'exubérance culturelle... de sécurité financière ...de diminution du chômage et des impôts ....et de dépenses records dans les domaines de l'éducation et de la santé... 10 années durant lesquelles les seuls vrais heurts avec les britanniques ont tournés autour de l'interdiction de la chasse au renard... Blair est tout de même parvenu à se faire grossièrement, fondamentalement panoramiquement haïr dans son propre pays... et le paradoxe rajoute le journal c'est que Tony a déployé moult efforts justement pour se faire aimer... il a échoué au tant le dire... mais attention il est loin d'être le seul... c'est même à croire que tous les premiers ministres britanniques ont quitté la scène entourés du même mépris et de cette même haine... sans parler de Margareth Thatcher ... Winston Churchill lui aussi est parti rejeté par ses concitoyens... c'est que les britanniques détestent leurs politiciens écrit l'IHT... la haine accompagne le politique comme la sauce à la menthe l'agneau! C'est une tradition dans cette démocratie... un principe même qui s'appuie sur la logique libérale qui fonde toute la Grande Bretagne... le gouvernement est par principe mauvais quoi qu'il fasse tout simplement parce qu'il intervient dans la vie du citoyen... là où le citoyen est pourtant démuni! D'où ce commentaire de l'International Herald Tribune... mais il faut rendre hommage à Tony Blair et ne pas le réduire à la guerre en Irak... parce que ce qu'il a fait est un tour de force... il a su digérer l'héritage conservateur de Margareth Thatcher mais en le modernisant et en l'humanisant... il laisse ainsi à son successeur une Grande Bretagne en très bonne santé Car il a donné à la Grande Bretagne le dynamisme de sa jeunesse rajoute la Stampa en Italie avec certains de ses errements aussi... cette peoplisation de la politique par exemple... mais à 54 ans son avenir reste radieux... et nous devrions y réfléchir nous qui souffrons tant en Italie du vieillissement de nos politiques Reste que le bilan de cette fameuse troisième voie... le cheval de bataille de Tony Blair et qui visait à conserver la sécurité du secteur public tout en lui apportant le dynamisme du privé... ce bilan après dix ans de réformes est en demi teinte nuance le Temps ... et particulièrement dans le domaine de la santé où les réformes tout azimut et un fort afflux d'argent ont certes amélioré l'efficacité des hôpitaux publics... c'est vrai que les listes d'attentes ont été réduites... mais pour la population britannique les dépenses ne sont pas à la hauteurs des résultats puisque les soins ne se sont pas améliorés c'est vrai que Blair laisse un pays transformé et plus riche mais également aux inégalités plus accrues ...considère l'Orient le Jour au Liban... croissance forte chômage faible... l'économie britannique est florissante et fait envie... d'autant que côté social il y a eu l'instauration du salaire minimum... la modernisation des écoles un réseau ferroviaire plus sûr... la moitié des 2,7 millions d'emplois créés l'a été dans le secteur public... mais le verdict des britanniques est moins flatteur parce qu'ils crient au gaspillage des finances publiques... parce que le marché de l'immobilier a explosé, le prix moyen d'un logement standard a même triplé et surtout l'endettement des ménages atteint près de 2000 milliards d'euros... alors la City de Londres s'est certes considérablement enrichie avec tout le secteur de l'économie de services, mais c'est au détriment de 1 millions et demi de personnes qui ont perdu leur emploi dans l'industrie... au détriment également de l'investissement dans la recherche et le développement Et c'est justement ces dérèglement que Gordon Brown va tenter de rattraper écrit el Pais en Espagne... et c'est d'ailleurs ce que l'on peut espérer de mieux de la part de cet économiste reconnu... il a promis d'ouvrir la porte à tous les talents ... une méthode moins égocentrique que celle de Blair moins flamboyante aussi mais peut être plus probante..... Car si vous regardez bien rajoute el Périodico toujours en Espagne...il va y avoir du changement en Grande Bretagne... mais ce sera plus un changement de style que de programme ou de contenu.... En Revanche la face cachée de Gordi peut faire peur aux européens ... il est moins sentimental moins passionné mais dotée d'une intelligence hors du commun et d'un pragmatisme décidé à défendre les intérêts de la Grande Bretagne 100% euro sceptique Gordon Brown ? s'interroge alors le site de Café Babel?... peut être, mais il ne faut pas s'en inquiéter... il ne mènera certes pas la Grande Bretagne sur la voie de l'euro mais il n'y a aura pas non plus de révolution sinon dans la style ... car Gordon Brown veut et attend une Europe forte et espère même faire du Royaume Uni un pays leader! Il va surprendre en bien claironnent alors le Diario de Noticias comme la Vanguardia... une 4ème voie s'ouvre en Grande Bretagne moins flamboyante cette fois mais toujours avec les mêmes ambitions et surtout mieux réfléchie mieux administrée En clair exit le funambule et l'illusionniste, la Grande Bretagne se déblairise comme l'Amérique se débush... titre le Tribune de Genève ... c'est que l'ère du pragmatisme est revenue en politique applaudit l'article et les messies n'ont plus qu'à se recycler!

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......