LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

A l'heure du sauve qui peut, qu'est ce qu'un risque ?

6 min

par Cécile de Kervasdoué

Parfois il suffit d'une conversation pour changer votre mode de penser... c'est précisément ce qui m'est arrivé il y a plus de 20 ans lors d'une rencontre avec un assureur de la Lloyd Bank... " la menace vis à vis d'un marché... me disait il ... ne vient jamais d'un tremblement de terre au Japon... car nous savons tous que ce tremblement de terre va se produire... le vrai problème, les vrais risques viennent toujours de ce que n'avons jamais su imaginer..."

Ainsi continue ce journaliste du Financial Times ... aujourd’hui la catastrophe japonaise avec toutes ses tragédies personnelles ... son impact catastrophique sur l'économie du pays et par extension sur toute l'industrie mondiale de l'assurance... ce drame dit le FT rappelle la « théorie du cygne noir »...

cad la distinction indispensable entre les choses que nous avons conscience d'ignorer et les choses que ne savons même pas que nous ignorons

c'est ainsi dit cet éditorialiste britannique qu'il y a une vraie différence entre la catastrophe japonaise et ce qui a presque disparu de nos Unes... à savoir les révolution arabes...

Dans le premier cas nous savions que cela pouvait arriver... dans le second cas, notre ignorance était telle, que nous ne l'avions même pas imaginé...

cela vous parait compliqué ou fumeux ? et vous avez sans doute raison dit l'article britannique... car l'actualité du moment prouve plus que jamais combien les mathématiques de probabilité ne peuvent pas s'appliquer à la pensée des hommes... tout simplement parce que la pensée des hommes est comme l'avait si bien noté Scott Fitzgerald: fait de contradictions permanentes...

c'est ainsi qu'il y a tant de risque que l'on ne peut pas prévoir dans le monde... mais les catastrophes naturelles ou les accidents eux, sont prévisibles...

Pour le reste termine le FT...le monde est une roulette russe il faut s'y habituer et il ne sert à rien de vouloir lui donner du sens.

Après une telle explication...je pourrais m'arrêter là... sur cette vision d'un monde absurde auquel il faut se résigner

Sauf, sauf, que ce qui m'interpelle ce matin c'est que s'il est question d'incertitude effectivement partout dans la presse étrangère... ce n'est pas à propos des révolutions arabes, mais à propos du Japon.

c'est le Japon qui cristallise toutes les inquiétudes, les incertitudes, les frayeurs du monde entier face au chaos, au désastre, à l'inimaginable !

Inimaginable vraiment?

sans doute pas considère le Star en Malaisie dans un article qui résume combien tout d'un coup à cause de cette catastrophe le monde entier se met à repenser sa dépendance au nucléaire ... il serait trop facile de dire... le risque fait partie de la vie... et de blâmer la main de Dieu sur tout futur accident... la vraie culpabilité écrit le quotidien malaisien vient sans doute beaucoup plus de la main des hommes... de leur attentisme … de ces population qui ne réclament pas assez de transparence et d'analyse sur les questions épineuses comme celle du nucléaire, ces population qui contrairement aux egyptiens et aux tunisiens toujours mobilisés ne sont pas assez vigileantes ... et qui se sont satisfaites trop rapidement de la magie nucléaire

Une magie qui est en train d 'être remise en cause un peu partout dans le monde considère Hospodarske Noviny en République Tchèque qui explique que la peur du nucléaire se répand aussi vite qu'un nuage radioactif... et ce revirement est spectaculaire dit l'article tchèque parce que la psychologie des sociétés qui utilisent l'atome est aussi instable que celui ci

et c'est ainsi raconte l'Iran Daily à Téhéran... qu'alors que le Japon se prépare à une nouvelle catastrophe nucléaire... alors que ses voisins asiatiques et américains s'inquiètent de la direction que prendra le nuage radioactif... et bien l'instabilité continue de se répandre... les soulèvements du monde arabe ne faiblissent pas malgré la réaction des régimes dictatoriaux en Lybie mais aussi à Bahreïn... et le plus intéressant écrit le quotidien iranien ... c'est qu'alors que les politiques n'y prennent pas gare... ces mouvements incertains de masse sont en train de s'emparer des populations européennes et américaines... car le nucléaire est un prétexte à la contestation c'est toute l'arrogance du pouvoir qui est en train d'être remise en cause

et, c'est ainsi que l'occident se tire une balle dans le pied

Gouvernements fossilisés et indignation populaire... c'est sous titre qu'el Pais à Madrid choisit aussi de parler de cette révolution qui couve notamment en Europe

c'est toujours comme ça dans l'histoire... la tranquillité a l'air absolue... les grandes puissances et la diplomatie internationale contemplent le bon ordre qu'ils ont su mettre en place ... et puis tout d'un coup de l'endroit où l'on l'imaginait le moins, arrive la contestation, la révolte... c'est exactement ce qui s'est passé dans le monde arabe... et 'est exactement ce qui se passe aussi, toujours dans le monde arabe, avec la contre révolte actuelle... celle de Kadhafi qui récupère du terrain sur les insurgés à coup de bombes aériennes et de mercenaires africains... celle de l'Arabie saoudite qui, en toute impunité, tente de récupérer le Bahreïn des mains de la majorité chiite

le hic, dit el Pais, c'est que cette révolte généralisée n'a rien à voir avec les analyses logiques de nos experts... cette protestation n'est pas le fruit d'une minorité d'agitateurs qui instrumentalisent les frustrations matérielles de la population... c'est plus profond... et c'est pour cela que cette rébellion ne peut être ni achetée ni contenue... c'est aussi pour cela que l'occident ne sait pas quoi faire: il tergiverse, palabre mais laisse faire... humiliant une nouvelle fois les principes de la démocratie qu'il a lui même inventés...

c'est que l'intervention militaire ne cesse de diviser... écrit le Guardian...

tout simplement parce qu'on se trompe de solution... écrit le Teheran Times en Iran

on ne parle que d'intervention violente en Libye par exemple mais sans avoir considéré d'autres options plus neuves... les options non violentes … et le quotidien en fait une liste en 10 propositions qui vont du gel des avoirs financier des dictateurs ... aux poursuites internationales de tous leurs collaborateurs fonctionnaires mais aussi partenaires commerciaux... une vraie mise en place de l'embargo militaire... ou encore le blocage électronique de toutes les communications des dictateurs

Autant d'options et il y en a bien d'autres qui ne sont curieusement pas considérées dans le cas par exemple de la Libye

et malgré tout...la mobilisation ne faiblit pas rappelle l'Orient le Jour au Liban qui fait le point ce matin

au Yémen la contestation s'étend et les tribus lâchent le président Saleh

à Damas en Syrie quelques centaines de manifestants sont descendus dans la rue hier contre le régime

au Maroc et en Algérie il n'y a pas d'exception non plus

et Haaretz en Israël résume ainsi ... comme un génie sorti de sa bouteille dans le monde arabe... et bien le génie est également sorti de son réacteur au Japon...

et si les dirigeants feignent de l'ignorer parce qu'ils sont trop affaiblis dans leur propre pays écrit la Pravda en Russie... pour pouvoir imaginer les risques de ces deux révolutions... et bien la population elle, en a bien conscience...

C’est ce que la Repubblica italienne appelle « le devoir de la peur »...

mais pas la peur qui paralyse et dont se servent les dictateurs... non écrit le quotidien italien... la peur heuristique... celle d'Eschyle... celle qui tente de comprendre et de découvrir... celle qui tente de trouver des alternatives... en terme de solutions énergétiques ou politiques

c'est ainsi concluent tant la Repubblica que le New York Times, qu'il est bien possible que la catastrophe japonaise soit finalement une chance pour le Japon dont l'économie est exsangue... comme lors de la bombe d'Hiroshima ou lors du tremblement de terre de 1923... L’histoire de ce pays nous montre finalement combien l'insécurité peut générer des trésors d'imagination indispensables à toute reconstruction...

et la Repubblica conclut... la différence avec nous autres européens, c'est sans doute que les Japonais ont déjà profondément conscience que le mal est sur la terre… le risque aussi… et que la seule façon de le sublimer c'est cette peur qui découvre et qui invente...

Bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......