LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Nationalisme et intérêts personnels: les deux écueils du sommet de Bruxelles.

5 min

Bonjour à tous C'est une photo qui fait le tour de la presse ce matin... Une photo truquée où l'on voit les représentants des 27 membres de l'Union Européenne qui posent mais en se bouchant les oreilles... Dans les pages du Soir en Belgique un dessin vient corroborer cette idée... c'est le premier sommet de Nicolas Sarkozy et le président français demande à son homologue belge ...en montrant des oiseaux dans le ciel... " C'est quoi ça ?... réponse: oh on a des vautours en ce moment sur le pays!... Une réponse à prendre à deux niveaux puisque les vautours des Pyrénées ont en effet migrés vers le nord de l'Europe à la recherche de pitance ... mais c'est plutôt le sens figuré qui nous intéresse ce matin parce que c'est l'avenir de l'Europe qui se joue en ce moment à Bruxelles prévient le Soir... et cet avenir est compromis par un trop plein de nationalisme... on peut craindre que le marchandage qui s'annonce à Bruxelles ne fasse sauter le bouchon d'une pléthore de revendications particulières aussi disparates qu'irréconciliables... or il est temps de convenir qu'une autre Europe est possible que celle des mesquineries nationales... pour se concentrer sur un projet commun... Oui mais c'est oublier que ce sommet de Bruxelles est avant tout une plateforme dont se servent les politiques présents pour redorer leur image dans leur pays respectifs... analysent à l'unisson les pages européennes C'est ainsi que Guy Verhofstadt en Belgique se place encore en chantre des « états unis d'Europe » parce que c'est son dernier sommet et qu'il rêve d'une reconversion au sein de l'UE après son mandat de premier ministre ...écrit perfide la Libre Belgique C'est ainsi que Prodi tente de raviver sa bonne réputation européenne parce qu'il est dangereusement mis à mal dans son propre parti... écrit aussi la Stampa... Le gouvernement Prodi est lourdement compromis par le climat d'affairisme et d'immobilisme qui entoure la majorité... rajoute le Corriere della Serra ... et l'heure de vérité a sonné parce que le maire de Rome Walter Veltroni... extrêmement populaire...est en train de rafler tous les soutiens de la majorité... il est porté par l'opinion qui le voit comme la meilleure alternative face à la droite et il risque ainsi de pousser progressivement Prodi vers la sortie et ce dès les primaires d'automne... Une bonne chose écrit il Foglio pourtant proche de Berlusconi... parce qu'il est grand temps que l'Italie change de génération politique ! Poussé vers la sortie également le premier ministre espagnol Rodriguez Zapatero... en tout cas c'est ce que veut croire le journal conservateur ABC... car c'est vrai que depuis hier l'angoisse est revenue dans les foyers espagnols écrit el Pais... en cause, la découverte d'une voiture bourrée d'explosifs avec à l'intérieur de instructions écrites en basque... preuve s'il en fallait une que le mouvement séparatiste basque ETA a bel et bien rompu son cessez le feu comme il l'avait annoncé il ya deux semaines et qu'il se prépare à frapper à nouveau dès cet été L'échec de Zapatero est donc avéré... rajoute ABC... cette politique du dialogue, du consensus, du compromis et des dangereux marchandages dont il s'est gargarisé depuis son arrivée au pouvoir ne pouvait pas fonctionner ... nous l'avons toujours dit... aujourd'hui Monsieur Zapatero semble enfin se ranger à la méthode prônée par l'opposition à savoir: asphyxier l'ETA légalement et économiquement et refuser tout compromis avec les terroristes! le plan B de Zapatero était un pari risqué ...conclut ABC... et aujourd'hui il a contre lui les nationalistes et même les socialistes de son camps... Zapatero ne survivra pas longtemps politiquement prévient ABC... l'heure du changement est venue Alors c'est vrai que Zapatero joue un peu sa crédibilité lors de ce sommet européen écrit la Vanguardia qui nuance... mais pas plus tous les chefs d'état des 27... Car l'échec des négociations à Bruxelles risque de nuire à l'ensemble des représentants présents prévient le quotidien de Barcelone... Il y a bien sûr le cas très préoccupant de la Pologne qui voudrait négocier son poids en Europe au regard de l'histoire... Elle est en ce sens le symptôme même de ce qui ronge l'Europe continue le Financial Times... ce fanatisme tant anti que pro européen qui semble avoir oublié que le mur de Berlin est tombé il y a maintenant longtemps et que la solution est non seulement dans l'union mais surtout dans la lutte contre l'illusion européenne quelle qu'elle soit et la recherche permanente d'un optimisme pragmatique à l'européenne... C'est en ce sens rajoute encore la Vanguardia que la plus féroce préoccupation vient sans doute de la résistance britannique... une résistance traditionnelle dans les affaires européennes mais qui dans le contexte actuel ne s'explique pas... parce que écrit le quotidien espagnol... le nouveau traité porte largement la teinte anglo-saxonne... alors pourquoi cette résistance s'interroge la Vanguardia C'est simple... semble lui répondre le Daily Telegraph en Grande Bretagne ... après dix ans de pouvoir Tony Blair est en train de jouer sa carte sur la scène internationale... alors il veut non seulement se faire entendre mais aussi préserver la souveraineté de la Grande Bretagne parce que c'est finalement sa meilleure carte de visite... et ce même si ça fait au détriment de l'Europe voir au détriment du citoyen britannique ...s'insurge l'Independent qui explique ce matin que le futur ex premier ministre qui commencera sa retraite par une tant attendue conversion au catholicisme... est en train de s'opposer à cette chartre des droits fondamentaux prévu dans le traité européen sous prétexte qu'elle risque de nuire au libre marché britannique !... Ce premier ministre qui n'en fini pas de dire au revoir veut en fait se racheter de la guerre en Irak analyse le journal ... en caressant dans le sens du poil les penchants eurosceptiques et souverainistes des britanniques C'est surtout qu'il prépare sa retraite renchérit le Guardian... oublié le poste promis par Nicolas Sarkozy au sein de l'UE... Tony Blair a reçu une proposition bien plus alléchante de la part de Georges Bush lui même... il sera le nouvel émissaire du Quartette pour le Proche Orient qui doit tenter de sauver le processus de paix israélo-palestinien... Israël semble disposé à l'accepter écrit le Guardian... mais sa nomination ne fait pas pour autant l'unanimité... et la principale opposition vient sans doute de Moscou dont la relation a toujours été houleuse avec le premier ministre D'autant que ça n'est certainement pas la bonne personne pour ce travail titre l'éditorialiste de l'Independent... L'offre du président Bush sonne comme une marque de gratitude pour récompenser Tony Blair de son soutien dans la guerre en Irak....mais n'oublions pas rajoute l'article ; que dans cette affaire Blair est allé non seulement contre l'opinion britannique mais contre l'union européenne et aussi contre les nations unies... alors la réalité aussi inconfortable soit elle c'est que Blair n'est plus perçu comme quelqu'un d'honnête ni au sein de l'UE ni sur la scène internationale D'où cette conclusion sévère du Guardian ce matin... la dernière chose dont a besoin le Proche Orient est certainement d'un homme comme Monsieur Blair parce qu'il est avant tout l'homme des intérêts de sa nation voir l'homme de ses propres intérêts!

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......