LE DIRECT

Obama Hollande, a love affair...

5 min

Petit tour transatlantique alors que le président de la République François Hollande achève trois jours de visite d'état aux Etats-Unis...

Demain, c'est la Saint Valentin, et c'est d'ailleurs bien ce que s'est dit Time Magazine, en commentant ce sondage, paru cette semaine... Un sondage qui tombe donc à point nommé pour la Saint Valentin... 78 pour cent des sondés américains auraient en effet une opinion favorable de la France... L'histoire d'amour entre la France et l'Amérique est de retour, commente le journal, sous ce titre "US to France : Je t'adore..."

On part de loin, quand même reprend le Time. Il faut se souvenir qu'il y a 10 ans seuls 34 pour cent des américains portaient un œil bienveillant sur notre pays... L'époque de la menace de veto brandie par Jacques Chirac au moment où George Bush allait chercher l'aval des Nations Unies pour la guerre en Irak.

Pour le Wall Street Journal, l'un des nouveaux atouts charme de François Hollande, c'est ce virage économique, ce nouveau penchant pour l'offre qui crée la demande, comme il l'a déclaré le mois dernier avec le pacte de responsabilité. Bref, écrit le Wall Street Journal, François Hollande a tourné sa veste, et il était temps. Pour le quotidien de la finance, les promesses de François Hollande au moment de son élection en 2012 avaient de quoi faire rougir Bill de Blasio, le très gauchiste maire de New York, avec cette taxation à 75% des hauts revenus et les promesses d'emploi dans la fonction publique...Les français ont vite regretté leur choix, assure le Wall Street Journal. Il n'y a qu’à voir la chute dans les investissements étrangers qui a suivi, la pire de tous les pays du G20.

Et le journal de donner quelques conseils de séduction à François Hollande. Commencer par éliminer les 35 heures, le ces 35 heures qui sont à l'origine des 11 pour cent de chômeurs et de l'explosion du travail au noir. Malgré tout, conclut le Wall Street Journal les débuts sont prometteurs, et ce coming out social démocrate réussit plutôt à François Hollande. . Ce ne serait pas mal qu’il montre à Barak Obama comment faire». Fin de citation...

Il faut dire que pendant cette visite d'état, les deux hommes ont multiplié les signes d'amour. Le Washington Post titre d'ailleurs Obama flirte avec les français". Le quotidien le dit, "Il n'y est pas allé de main morte pour les draguer, il a sorti le grand jeu. ""Tout y est passé, la Fayette, Tocqueville, la statue de la liberté"... Une vraie visite d'état ... Ce n'est que la 7e que Barak Obama accueille depuis qu'il est au pouvoir, rappelle le Time, et cela fait longtemps que la France n'avait pas eu droit à un tel traitement. La dernière fois, c'était Jacques Chirac, et c'était en 1996. Autant dire... au siècle dernier...

Ce flirt d'Obama avec la France n'est pas une surprise. C'est la parade à ses problèmes intérieurs, et dans ces cas là, Obama ne fait pas exception à la règle il faut mettre l'accent sur les relations internationales. Le problème, c'est qu'en ce moment, il n'y a pas beaucoup d’option possible. Les relations sont tendues avec la Chine, Elles sont amères avec la Russie. La Syrie est un cauchemar, l'Irak est un désastre. Les écoutes de la NSA ont mis un coup dans l'aile aux relations avec l'Allemagne et la président brésilienne Dilma Rousseff, elle aussi victime d'écoutes, en a même annulé sa visite d'état.

A l'inverse 83% des français ont une bonne opinion d'Obama reprend le Washington post... Il est donc bien plus populaire que François Hollande, et ne peut donc, en comparaison qu'apparaitre meilleur, cingle le journal...

Avec la France, Obama fait des infidélités à sa traditionnelle alliée européenne, la Grande Bretagne.

Il faut dire, rappelle le Time, que c'est la France qui décharge les états unis de leur rôle traditionnel en envoyant ses troupes au Mali et en Centrafrique. C'est elle aussi s'est tenue aux côtés des états unis quand planait la menace d'une intervention en Syrie - rien à voir avec l'époque où elle renâclait à accompagner l'armée américaine pour faire tomber Saddam Hussein. Oui, reprend le Time, François Hollande est peut être bien le meilleur allié des états unis en ce moment, et précisément parce qu'il a su montrer de la magnanimité ... Terme pudique, et bel euphémisme du Time pour commenter le silence français sur les écoutes de la NSA, et le rétropédalage américain sur la Syrie... Pour mieux comprendre cette magnanimité et pourquoi Obama fait le choix de Hollande, CNN a demandé à un français de l'expliquer. C'est Philippe Coste le correspondant de l'Express aux Etats Unis qui commente pour CNN ce rapprochement. La superpuissance américaine n'a jamais autant joué profil bas qu'aujourd'hui. Elle a une énorme part de responsabilité dans le crash financier de 2008 elle est politiquement paralysée depuis trois ans, et son retrait sur la pointe des pieds après deux guerres ratées, l'Irak et l'Afghanistan, ne joue pas en faveur de sa crédibilité internationale. L'Amérique n'est plus ce qu'elle était.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......