LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Où passer de bonnes fêtes de Noël ?

4 min

Par Thomas CLUZEL

Qui pour passer ses fêtes de Noël en Corée du Nord ? Après tout, c’est vrai que l’actualité récente nous a prouvé une fois de plus combien ce pays est merveilleux. Rendez vous compte, samedi dernier encore, le petit maître de guerre joufflu, après avoir fait exécuter son oncle a décidé de promouvoir la veuve de celui qu'il venait de faire assassiner, en la nommant au sein du prestigieux comité des funérailles du Parti des travailleurs. C’est donc dans ce beau pays qu’une agence de voyage chinoise, précise le magazine SLATE, vous propose de passer les fêtes de Noël. Pour un peu plus de 800 euros, les voyageurs partiront de Pékin, par train pour passer cinq jours, à Pyongyang. Car la Corée du Nord, qui a longtemps interdit l’entrée dans son pays aux étrangers en hiver, propose en effet cette année une extension de la période touristique. Et il serait dommage de ne pas en profiter, d'autant que vous participerez par la même occasion au renflouement des caisses de la dictature, puisque quasiment tous les frais d’agences des clients sont reversés directement au régime. Reste toutefois qu'avant de signer et si vous faites partie de ceux qui ne ratent jamais la messe de minuit, ayez tout de même à l’esprit que la Corée du Nord est classée aujourd'hui parmi les pays les plus hostiles dans le monde pour les chrétiens. Des milliers d'entre eux sont régulièrement jetés dans des camps de travail, torturés et parfois même assassinés, au nom de l’athéisme d’Etat. En avril dernier, rapporte le NEW YORK TIMES, un Américain a notamment été condamné à 15 ans de travaux forcés, à cause de ses activités de missionnaire.

Si ce point de détail vous fait hésiter, peut-être craquerez-vous en revanche pour Fukushima ? Des intellectuels projettent en effet, comme à Tchernobyl, de transformer la centrale accidentée en complexe touristique. Le J-village, précise l’hebdomadaire nippon AERA cité par le Courrier International, était autrefois un stade de football où venait s’entraîner l’équipe nationale. Sauf que depuis le séisme et le tsunami, le site est devenu la plaque tournante des liquidateurs, c'est ainsi que l'on nomme là-bas tous ceux qui travaillent au démantèlement de la centrale nucléaire. Et c’est précisément, à cet endroit, qu’un essayiste et philosophe japonais, projette désormais de bâtir un vaste complexe pour touristes. Baptisé Fukushima Gate Village, le site devrait être consacré à la sensibilisation au nucléaire tout en proposant, par ailleurs, des divertissements touristiques et notamment des excursions pour observer in situ les travaux en cours. Mais là encore, si vous doutez et surtout si pour vous, associer le mot tourisme à une catastrophe nucléaire peut encore paraître indécent, sachez qu’il vous reste encore un peu de temps pour vous décider, puisque le projet est prévu pour l’horizon 2036.

D’ici là, que restera-t-il de la Syrie ? Difficile évidemment de le savoir. Mais avant que les Syriens en proie à la sauvagerie des bourreaux et abandonnés aujourd’hui par la Communauté des Nations n’aient totalement disparus, que diriez-vous d’aller leur rendre une petite visite ? Envie de vacances ? Venez donc en Syrie. C’était en effet en substance le message qu'adressait il y a encore quelques temps, le ministère du tourisme syrien sur son site Internet, repéré par BIGBROWSER. Le site, depuis inaccessible, allait même jusqu'à oser un onglet intitulé : la Syrie, venez voir vous-même. Alors si le site du ministère n'est plus accessible, en revanche, VISIT SYRIA, continue lui de promouvoir les attraits du pays auprès des touristes, les plages infinies du littoral et notamment ses stations balnéaires, qui s'égrènent le long des côtes où l'eau et le sable sont si purs. La Syrie, un pays précise le site, qui ne connaît pas de criminalité urbaine, ce fléau de l'époque moderne, dit-il, dans la plupart des pays.

Depuis deux jours, la liste de ces destinations de rêve s'est même encore étoffée, puisqu'après la loi d'amnistie adoptée mercredi dernier à la Douma et qui pourrait bénéficier aux membres des Pussy Riot et de Greenpeace, puis l'annonce 24heures plus tard d'une possible grâce accordée à l’ex-oligarque Mikhaïl Khodorkovski, Vladimir Poutine, écrit le journal suisse LIBERTE n'en finit plus de déminer la piste de luge menant aux JO de Sotchi.

Mais plutôt que de vous lancer sur une piste noire a priori encore verglacée ou dans un voyage sans billet retour, le plus simple, c'est peut-être encore d'offrir un cadeau et pourquoi pas cette formidable montre compte à rebours, indiquant sur le cadrans le moment de votre mort. Pour déterminer quand passera la Grande Faucheuse, rien de plus simple, précise ABC en Espagne, remplissez un questionnaire sur votre état de santé, vos antécédents familiaux, votre poids et votre mode de vie. Déduisez votre âge du résultat, réglez la montre et c’est parti. Porter une Tikker, c’est dire au monde entier que votre priorité numéro un dans la vie, c’est justement de vivre, clame la vidéo promotionnelle avant d'ajouter, pensez à chaque instant à l’heure de votre mort, pour mieux profiter de la vie, si toutefois, bien sûr, vous en avez encore l'occasion.

Joyeux Noël.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......