LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Parvient-on jamais à percer les mystères ?

6 min

Le mystère...

Parvient-on jamais à percer les mystères ? A comprendre ce qui nous semble obscure... incompréhensible... irrationnel ?

C’est un questionnement qui revient aujourd'hui dans de nombreux journaux étrangers si avides de mystère ! explique par exemple le site d'al jazzera qui rajoute : tout simplement parce que le mystère est un instrument du politique

ainsi la mort d'Oussama Ben Laden continue le site de télévision du Qatar... continue d'alimenter énormément les journaux et les sites d'information du monde entier qui s'emparent tous de ce journal laissé par Ben Laden ou bien des histoires et des témoignages de ses femmes ou de ses enfants...

Objectif officiel... comprendre le monstre...

alors je vous passe les explications psychologiques innombrables... du type : il avait en lui une haine immense doublée d'une fascination profonde, d'un amour passionné pour l'Amérique peut on lire par exemple en Une de la Repubblica italienne

Je passe parce que comme l'explique toujours le site d'al jazzera ... finalement comprendre n'est pas vraiment l'objectif... l'objectif dans le cas de Ben Laden c'est outre de faire vendre du papier ou des pages internet en tenant du même coup les électeurs en haleine... l’objectif principal est d'engranger le maximum de bénéfices politiques... la voilà la stratégie d'Obama !

et il est vrai qu'à lire la une du Times de Londres ce matin... on ne peut que se ranger derrière le président américain : les 200 millions de pages de document d'al quaida saisies par la CIA montrent combien la haine de l'occident est plus que jamais présente dans notre monde et par conséquent combien la guerre contre le terrorisme est loin d'être terminée

alors il s'agit de se défendre et de condamner... il s'agit d'être ferme... telle serait donc la priorité... suggère le Times alors qu'en marge d'autres papiers comme la Vanguardia à Barcelone se demandent encore si la solution à cette menace terroriste n'aurait pas été finalement dans une forme de justice plus traditionnelle : un procès... un procès qui aurait sans doute permis de mieux comprendre les mystères et de tourner la page de la violence... comme avec les crimes nazis? Suggère l’article espagnol

sauf que les procès ne lèvent pas toujours les mystères

la preuve, celui qui vient de se clore à Munich autour d'un autre monstre mystérieux raconte le site de la BBC… laisse un gout amer dans la bouche... continue le Temps en Suisse…parce que vu l'importance du procès... le verdict est plus que douteux titre l'Independent britannique qui raconte

il y avait quelque chose de mystérieux voir de surréaliste dans ce procès d'un homme de 91 ans, John Demanjuk... reconnu coupable de crime contre l'humanité parce qu'il a été complice de la mort de plus de 28 000 juifs au camp nazi de Sobibor durant la seconde guerre mondiale ... condamné à 5 ans de prison mais relâché du fait de son âge avancé

il a passé le procès entier... apparemment abandonné sur une chaise roulante ... la bouche entrouverte et les yeux clos... alors même qu'une vidéosurveillance a montré ce réparateur de voitures américain d'origine ukrainienne, capable de marché seul et sans aide il y a seulement deux ans juste avant son extradition vers l’Allemagne

et tout le procès tourne autour du mystère... était il ou non Ivan le terrible, ce garde sadique de Treblinka? Une cour israélienne avait émis des doutes au cours d’un précédent procès en 1977... Était il celui de Sobibor ?... oui a conclut la justice allemande... sauf que Sobibor n'a laissé aucun témoin aucune preuve tangible !

et puis l'accusé n'a cessé de se présenter comme une victime... continue le Mirror toujours en Grande Bretagne... Demanjuk , prisonnier de guerre ukrainien, avait eu ce choix... être exécuté par les nazis ou bien accepter une mission particulière... mission qui s'avérait être : participer à l'holocauste

le procès et le silence obstiné de l'accusé sont donc devenus insupportables pour les survivants et les descendants des victimes... raconte encore le Temps en Suisse... ils espéraient un geste de repentir, un mot d'explication, une bribe d'information sur le destin de tragique d'un proche... mais rien... Demanjuk et son avocat n'ont fait preuve que d'indifférence voir de mépris à leur égard...

Ce procès n'a donc levé aucun mystère écrit la Deutche welle en Allemagne... mais plutôt des vices de procédure... sauf que malgré sa réputation de clémence, la justice allemande cette fois n'a pas accordé le pardon accordé à d'autres anciens responsables de Sobibor

le rôle de victime n'a pas été retenu même s'il a été entendu... écrit le Spiegel... une évidence finalement... car nul n'est jamais complètement monstrueux

Pourtant conclut le Temps ce procès était essentiel...parce que le message qu'il transmet, c'est que malgré l'âge avancé... tous les criminels de guerre nazis auront un procès... et ils seraient encore une quinzaine à vivre des retraites paisible malgré les crimes dont ils sont soupçonnés précise Slate magazine aux Etats Unis.

ainsi ... au lieu de nous nourrir de mystères, sortons des poncifs et des épouvantails... titre le Libre Belgique... qui comme de nombreux journaux européens s'inquiète...

le problème c'est que l'électeur européen d'aujourd'hui semble avide de solutions simples... il veut des méchants très méchants et des gentils irréprochables... comme dans les mauvais films...

L’Europe semble avoir oublié son histoire et surtout les nuances et les subtilités de son histoire écrit encore le Spiegel en Allemagne... et c'est ainsi que l'on voit émerger ce que le Point en France appelle la vague euro populiste

alors que le Spiegel la qualifie de Virus de la droite qui envahit même l'électorat allemand et qui non content de grignoter Schengen est en train de faire exploser tout le concept européen

Pourquoi ? s'interroge le Spiegel comme el Pais à Madrid... et bien parce que nous n'avons plus grands hommes politiques capables d'oublier leur courtes vues pour s'engager dans des gestes et des décisions de grande ampleur et du long terme... face au scepticisme de leurs électeurs, les chefs d'états ne prennent pas de hauteur... pourtant, l'Europe a grand besoin qu'Angela Merkel répète l'engagement de l'Allemagne pour une europe unie et unifiée... qu'elle réitère ce geste indispensable de la main tendue en Khôl et Mitterrand... qu'elle apprenne des politiques d'après guerre la valeur de la difficile vérité livrée au peuple... comme de dire par exemple que l'immigration est indispensable à nos économies aussi indispensable à l'europe que l'euro ou encore que l'islam n'est pas une menace en soi...

Seulement le paysage politique européen est loin de ce courage politique là... conclut el Pais espagnol... comme au temps de la République de Weimar... nos politiques sont démissionnaires et particulièrement le centre et la gauche... qui ont abandonné à la droite les ressorts essentiels de leur positionnement politique à savoir : la colère populaire contre l'injustice... l'émotion de l'indignation... et surtout la défense des valeurs humaines et républicaines.

Bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......