LE DIRECT

Prisons secrètes en Europe les suites du feuilleton/ le Vatican relit l'histoire de Judas

5 min

Bonjour, Je vous avais promis les suites du feuilleton prison secrète en Europe en début de semaine et bien les voici... d'abord il faut vous dire que l'affaire fait beaucoup parler en Suisse depuis la révélation ce week-end du journal Sonntagblick... les services secrets suisses auraient intercepté un document diplomatique égyptien qui donne la preuve de l'existence de prisons secrètes américaines sur le sol Européen... Alors comme en témoigne le forum du site internet du journal Le Temps depuis le début de la semaine, les suisses réagissent vivement à l'affaire... écoutez ce courrier d'un des lecteurs " Décidément on a le sens de la démocratie directe dans l'espionnage suisse... ça nous rappelle la deuxième guerre mondiale où la suisse neutre était considérée comme une table d'écoute idéale pour les barbouzes du monde entier... l'espionnage suisse est non seulement nul mais nuisible aux intérêts du pays.... et le lecteur conclut ... qu'en est il de la neutralité officielle de la Suisse?.... il faut absolument informer les services de presse de l'Union européenne afin qu'ils demandent une enquête aux pays concernés" Et c'est déjà fait à en croire le quotidien roumain Ziau ce matin... "la Roumanie sous tension" titre notre confrère... « Le ministre de la défense a été sommé par la commission européenne de produire tous les registres ayant enregistré les vols militaires qui se sont posés dans le pays ou ont croisé l'espace aérien roumain depuis 2002... le rapport de la commission doit être rendu en février, il concerne également la Pologne, l'Ukraine, le Kosovo, la Macédoine et la Bulgarie... et le quotidien rajoute.... pour la Roumanie comme pour la Bulgarie le risque est grand... car une telle affaire pourrait remettre en causse l'adhésion à l'Union en 2007!... et de conclure "la Roumanie a demandé à Berne de produire des preuves de ce qu'elle avance.... le rédacteur chef du Sonntagblick a été poursuivi avec deux collaborateurs pour avoir dévoilé des secrets militaires... ils encourent officiellement 5 ans de prison" Mais le problème c'est qu'en Suisse... Berne reste muette ... ou comme l'écrit notre confrère du Temps " "no comments"ou presque. A la fin de la séance hebdomadaire tant attendue hier, le conseil fédéral a renoncé à faire de ce dossier une affaire d'état. Le gouvernement s'est contenté d'une déclaration... il condamne la fuite et prend acte des enquêtes ouvertes depuis, mais ne semble pas mettre en cause l'authenticité du document... en fait, dit le Temps, il ne prend pas position sur le fond... et dans l'ensemble les politiques suisses approuvent " le conseil fédéral a eu raison d'en dire le moins possible hier... dit l'un d'eux... il fallait faire baisser la tension... l'urgence pour la Suisse maintenant est de régler les relations bilatérales sur le sujet avec les Etats Unis... et de demander au plus vite une discussion sur ces geôles de la CIA devant le conseil de sécurité de l'ONU!" « Profile bas » donc dit l'éditorialiste du journal... qui regrette que « la Suisse n'en profite pas pour renforcer son rôle dans l'affaire de la CIA.... qu'a t elle fait depuis que la crise a éclaté? S'interrroge notre confrère... elle a demandé des explications à Washington et attend toujours des réponses... et de conclure... c'est peut être dans ce sentiment que la Suisse n'en fait pas assez qu'il faut d'ailleurs rechercher l'origine de la fuite ».... Même point de vue chez son confrère de la Tribune de Genève qui lance... "Bien sûr le climat est tendu... mais le tableau n'est pas aussi sombre que le prétend le conseil fédéral ... et de citer un expert proche du dossier s'exprimant sous l'anonymat "finalement cette fuite enlève une très grosse épine du pied du gouvernement suisse"... tomber sur une information qui montre que l'Egypte mène sa propre enquête sur des enlèvements et des interrogatoires d'islamistes par la CIA est déjà en soi une information de poids... un indice utile pour l'enquête européenne conduite de surcroît par un élu suisse... seulement la suisse ne pouvait pas divulguer sa découverte directement rajoute le journal... elle se serait attirée les foudres des pays mis en cause et surtout elle aurait eu maille à partir avec les Etats Unis alors même qu'un accord de libre échange est recherché avec ce pays.... Mieux valait divulguer l'information dans la presse conclut l'article, au risque de jeter le discrédit sur les services secrets helvétiques dont la réputation de toute façon n'est pas au top, et dont la réorganisation est encours d'étude". Et ailleurs en Europe l'affaire fait écrire certain de nos confrères... Dans les colonnes du Prague Post par exemple, Marc Ellenboguen, président de la société tchèque de coopération internationale s'insurge... "en fait les gouvernements européens sont au courrant des opérations de la CIA depuis des décennies... ces prisons et ces interrogatoires secrets n'ont rien de nouveau ... dans l'après guerre et durant la guerre froide ils étaient monnaie courante pour interroger des anciens nazis ou des espions soviétiques... mais ce qui change aujourd'hui c'est justement que ces opérations sont peut être moins communes et surtout que les Etats Unis en discutent moins ouvertement avec les états européens rassemblés... car la donne a changé... l'Europe ne veut plus être au service des américains... reste, conclut l'article que dans ce cas là il serait bon que l'Union face correctement son travail dans la lutte contre le terrorisme" Relance : et dans la presse britannique et Italienne une information revient souvent dans les journaux ce matin Oui le Vatican a décidé de réhabiliter Juda Iscariote... dit le Times... pour les chrétiens Judas est synonyme de trahison ... il est l'homme qui a trahit Jésus pour trente pièces d'argent en l'embrassant, ce qui le désignait pour être fait prisonnier par les romains... or le chef du comité pontifical pour l'histoire et la science a décidé qu'il fallait maintenant relire cette histoire... Interrogé dans la Stampa un écrivain catholique célèbre le signor Messori s'en explique... « Judas a trop souvent été la marque d'un manque de pitié et de pardon de la part de Jésus... même si celui ci lui avait demandé après sa trahison d'aller se purifier dans le désert... or la rédemption prônée par le christ s'applique à tous rajoute l'écrivain... même aux plus impardonnables» Et le Times conclut... « En plus ça va dans la droite ligne des voeux du Vatican qui a fait de l'amélioration des relation entre juifs et chrétiens la priorité du pontificat de Benoît 16 »

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......