LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Quand les espions américains jouent aux jeux vidéo.

5 min

Par Thomas CLUZEL

A l’évidence, l’agence de renseignement américaine ne recule devant rien pour traquer les terroristes. Déjà accusée d'espionner les conversations téléphoniques et les e-mails, la NSA aurait étendu sa surveillance globale aux jeux vidéo en ligne. Selon des documents fournis par Edward Snowden au GUARDIAN et au NEW YORK TIMES, figurent notamment les plans de surveillance de deux jeux en ligne, comptant des millions d'utilisateurs à travers le monde : World of Warcraft et Second Life.

Craignant que des réseaux terroristes ou criminels n'utilisent ces jeux très populaires pour communiquer secrètement, transférer de l'argent ou planifier des attentats, les documents, note le journal américain, montrent que des agents du renseignement ont pris position dans ces mondes peuplés d'avatars numériques pour surveiller, collecter des informations et recruter des informateurs. Au point d’ailleurs, précise cette fois-ci son confrère britannique, qu’il y aurait eu à une époque tellement d'agents infiltrés dans ces jeux qu'un groupe aurait même été chargé de faire en sorte qu'ils ne s'espionnent pas mutuellement sans le savoir.

Toujours est-il que les agents de la NSA auraient ainsi identifié parmi les joueurs des scientifiques nucléaires iraniens, mais aussi des hackers chinois ou bien encore des membres du Hezbollah et du Hamas. Les documents mentionnent également des comptes liés à des groupes extrémistes islamiques, sans toutefois préciser si ces derniers utilisaient le jeu avec des intentions néfastes.

Pour l’instant, on ignore dans quelle mesure cette surveillance a porté ses fruits. Les documents révélés par Edward Snowden ne citent aucun succès pour cette opération d'antiterrorisme 2.0. En revanche et comme attendu, les utilisateurs, eux, ont aussitôt manifesté leur inquiétude et même leur outrage face à ce qu'ils considèrent comme une nouvelle invasion de leur vie privée. De son côté, Microsoft n’a pas pour l'instant réagi à l’annonce du GUARDIAN. Quant au développeur il a affirmé qu’il n’a jamais été mis au courant de ce genre de surveillance.

Quoi qu'il en soit, il n'en fallait pas davantage pour ébranler un peu plus encore l'agence de renseignement américaine. Et de fait travailler pour la NSA ne serait pas en ce moment un métier facile, au point d'ailleurs, précisait récemment le site BIG BROWSER, que pour ne pas mettre ses salariés dans l'embarras au moment de déguster la dinde de Thanksgiving, la NSA leur a fournit un guide pour répondre points par points aux critiques. Un document de deux pages, envoyé le 22 novembre dernier par l'agence américaine et que s'est procuré l'un des blogs du site d'information FIREDOGLAKE.

Sur cette note, intitulée « protéger la nation et assurer le futur », figuraient cinq recommandations à partager avec la famille et les amis proches. Tout d'abord, l'agence américaine n'hésite pas à encourager ses employés à mentionner les attentats du 11-Septembre pour défendre ses activités de contre-terrorisme. Selon l'agence, la surveillance aurait en effet permis de déjouer 54 attentats depuis cette date, un chiffre contesté, puisque seulement un ou deux complots auraient réellement été empêchés. Toujours dans ce document, les salariés sont priés de répéter à qui voudra bien l'entendre que l'agence ne cible pas les citoyens américains et que ses activités sont contraintes par la loi et la politique. Une affirmation, précise le blog, qui balaie un peu rapidement les opérations d'espionnage menées par la NSA en vertu du « Patriot Act » et de sa fameuse section 215 laquelle permet de surveiller les Américains à leur insu. Toujours dans ce document assez surréaliste, la NSA fournit également les réponses patriotiques toute faites à ses employés embarrassés, du genre : la NSA accomplit des performances exceptionnelles nous faisons notre possible pour être les meilleurs parce que c'est ce que l'Amérique exige dans le cadre de sa défense dans un monde dangereux. Elle encourage également ses employés à rappeler que l'agence emploie des Américains loyaux qui concèdent des sacrifices pour aider à protéger les libertés que nous chérissons tous. L'agence n'hésite pas notamment à inciter ses employés à mentionner les vingt cryptologues morts en Irak et Afghanistan en aidant les soldats sur le front. Enfin la NSA encourage le dialogue public. Un document quoi qu'il en soit largement raillé sur Twitter par les Américains, à l'instar de cet internaute : Vous travaillez pour la NSA et vous ne savez pas quoi dire quand on vous énerve, dit-il. Et bien rassurez-vous, votre employeur assure vos arrières.

De son côté le WALL STREET JOURNAL, remarque que le scandale déclenché par Edward Snowden a tout de même contraint les pouvoirs exécutif et législatif à réévaluer complètement les activités de la NSA. Sans faire de bruit, gouvernement et parlementaires travailleraient à présent à amender ses règles de fonctionnement. Le gouvernement envisagerait pour la première fois la nomination d'un civil pour prendre la suite du général Keith Alexander, après son départ prévu pour le printemps 2014. Des réformes législatives sont aussi à prévoir. Le volet du « Patriot Act », notamment, sur lequel repose le programme controversé qui permet à la NSA de collecter quasiment toutes les archives téléphoniques des Américains arrivera à expiration dans 18 mois.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......