LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

A quoi sert la justice internationale!

5 min

Il a les cheveux blancs la peau tannée... il fixe la caméra de la chaine Al Jazeera qui comme de très nombreux sites d'information ce matin reprend ce portrait de l'un des survivants de l'horrible prison des Khmers rouges... S21 ou Tuol Sleng " je n'ai jamais su pourquoi ils m'avaient emprisonné... je suis le seul de mes compagnons qui aie survécu et aujourd'hui encore je ne sais pas pourquoi je suis vivant... vous me demandez ce que j'attend de ce procès des anciens khmers rouges ... et bien je ne sais pas si c'est une bonne chose" à quoi va servir ce procès qui s'est véritablement ouvert hier pour juger 5 anciens tortionnaires du régime de Pol Pot responsable de la mort de plus d'un million et demi de personnes au Cambodge dans les années 70 ? c'est l'une des questions qui hante aujourd'hui la presse internationale et au Cambodge le Phnom Pen Post raconte ....des dizaines de journalistes de juristes de témoins de curieux se pressaient hier pour assister à l'ouverture de ce procès de Kaing Guek Eav, alias Duch... tout le monde attendait d'abord l'audition des témoins... ensuite peut être la confession du tortionnaire Mais ils ont été déçus écrit le site d'information cambodgienne Ka Set qui titre « l'ouverture du procès Duch... un démarrage en douceur... un accusé impassible... » Duch s'était mis sur son 31 ...peut on lire... chemise blanche immaculée et visage impassible à la lecture des sévices qu'il a imposé à ses anciens prisonniers... sa voix est claire et articulée... on devine derrière ses sages lunettes le professeur de mathématique qu'il fut dans une autre vie... il semble étonnement serein... tout au plus une grimace venant parfois altérer les rides de ce sexagénaire... à la lecture des chefs d'accusation et pourtant ils sont lourds ces chefs d'accusation reprend toute la presse... les victimes de Duch était lentement vidées de leur sang... écrit le Los Angeles Times... qui se plait comme nombre de ses confrères à raconter par le menu les actes de torture perpétrés dans cette prison sur plus de 12000 personnes entre 1975 et 1979... des hommes femmes et enfants qui seraient ensuite exécutés dans des champs de la banlieue de Phnom Pen... des vietnamiens et 4 occidentaux brûlés vifs sous ses ordres Cet homme de 66 ans dit le journal... est accusé de crime contre l'humanité de crimes de guerre... de torture de meurtre prémédité "je voulais être un bon communiste" a lâché ce chef tortionnaire khmer rouges... rajoute le Temps en Suisse... qui s'interroge qui est donc cet homme... qui d'après les témoins a torturé sans sillé nombre de détenus... parfois pendant des heures pour leur soutirer une "confession"... Duch est avant tout un homme méticuleux... il prend des notes consulte des documents... lève la tête pour observer respectueusement le juge... un bon élève... très bonne élève de la machine de mort khmer rouge dont il sera un exécutant zélé et aveugle pour tenter de le comprendre ... rajoute le Temps il faut lire « le Portail »... l'ouvrage de François Bizot ce français qu'il retient prisonnier en 1971 et qu'il va finalement faire libérer... un semblant d'humanité qui va s'éroder en 1975 lorsque de Duch prend la direction de S21... mais conclut le Temps... ce qui distingue Duch des quatre autres accusés ... c'est qu'il reconnait ses crimes... converti au christianisme il semble vouloir faire amende honorable... ce qui comporte un risque dit le journal... il risque de devenir le bouc émissaire de tout un régime dont le gouvernement cambodgien n'est pas prêt à enterrer et pour cause explique tous les journaux internationaux à l'instar du Los Angeles Times... parce que des très nombreux anciens khmers rouges sont en poste aux plus haute fonction de l'état khmer rouge alors continue le Phnom Pen Post... Duch a trouvé la parade... il n'était qu'un rouage du régime... un victime même lui aussi dans une certaine mesure... et c'est en cela que sa confession est cruciale pour le Cambodge... écrit le journal de Phnom Pen... parce qu'au delà du récit des horreurs que le pays a voulu très vite oublier ... il s'agit d'apporter dans une certaine mesure une forme de réconciliation parmi les survivants de cette époque... aujourd'hui encore de très nombreux témoins ont peur de venir témoigner ... ils craignent d'être emprisonnés... et puis il y a tous les autres... comme cet homme qui confesse anonymement au journal... « Duch n'était qu'un tout petit responsable... moi j'ai eu des responsabilités bien plus grande... j'ai été contraint par le régime à des choses bien pire... alors j'ai peur qu'avec ce procès... l'on me découvre et que l'on vienne me chercher ou que l'on me tue ! » on le voit commente l'éditorial du Phnom Pen Post... la justice est bel et bien mise à l'épreuve avec ce procès... il s'agit cette fois contrairement à ce qui s'était fait lors d'un procès rapide en 1979 de respecter les normes internationales et d'assurer un procès équitable... c'est ainsi que la participation étrangère doit y apporter une sagesse et un savoir faire... mais cette justice conjointe traine et elle n'est pas forcément dénuée de toute influence politique ou de toute corruption... et il n'est pas sûr qu'elle apporte aux cambodgien une meilleure compréhension de ce qui s'est passé et oui rajoute encore l'agence inter presse comme l'éditorial du Guardian... parce qu'il y a l'interférence politique cambodgienne... mais aussi celle des Etats Unis et de la Chine qui pendant trois décennies ont saboté sciemment toutes les tentatives de justice... empêchant ainsi le Cambodge d'enterrer le passé Pourquoi écrit le Guardian... parce que les Etats Unis ont soutenu les khmers rouges dans leur lutte contre l'envahisseur vietnamien... et que la Chine a même reconnu le régime de Pol Pot et craint d'être tenu pour responsable du génocide l'irresponsabilité partagée... voilà bien le mal de notre monde termine la Vanguardia en Espagne... c'est ainsi que nous laissons tous faire des atrocités... ainsi par exemple que l'ONU peut s'assoir sans rougir au côté du dirigeant soudanais qui ...tiens... lui aussi est poursuivi pour crime contre l'humanité... alors là sans doute oui la justice internationale ne sert plus à rien... conclut l'article... à trop vouloir faire dans le pragmatisme, dans la Realpolitik ...on finit tous par faire de la monstruosité politique !

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......