LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Répression à tout prix? Scandale fiscal en Allemagne.

5 min

Bonjour Marc Bonjour à tous, Nous voilà plus que jamais au temps des Gendarmes!... de la répression ... de la régulation !... c'est le titre qui revient dans la presse suisse qui commente l'édition du forum de Davos... Dompter la finance... les grands semblent tous d'accord ... écrit le Temps par exemple... après l'impulsion de Barack Obama contre les grandes banques... Nicolas Sarkozy a saisi la balle au bond... et à Davos tout le monde a parlé le même langage... la régulation... le contrôle ... une belle idée qui, si elle est difficile à concrétiser, a surtout le mérite de rallier les opinions publiques du monde entier! Sauf que c'est oublier l'essentiel... rajoute la Neue Zurcher Zeitung toujours en Suisse... car pour que le gendarme puisse agir il faut qu'il soit l'émanation de conceptions morales partagées par la société... l'émanation de valeurs communes... car une communauté où tout serait réglé serait dépourvu d'humanité et ne pourrait pas survivre... les citoyens ne peuvent pas sans cesse être tenus en laisse... et la morale ne peut être imposée par la loi ni encore moins être remplacée par celle ci c'est ainsi continue la Libre Belgique que la cupidité comme l'abus de pouvoir sont le résultat d'un manquement moral... la crise que nous traversons est donc certainement une crise de valeurs qui ne peut pas être résolue par la seule répression... il s'agit de ré introduire une dimension éthique dans tous nos comportements... et cela commence certainement à l'école que dire alors de cette décision du gouvernement allemand dont la chancelière Angela Merkel vient de décider d'acheter une liste volée de 1500 fraudeurs allemands ? L'affaire nous dit le Dagelisjkse Standard aux Pays Bas déclenche un débat politique tonitruant chez nos frères allemands... mais concerne bien des Etats Européens et le journal explique en fin de semaine dernière un informateur de la banque HSBC a demandé à Berlin une somme de 2 millions et demi d'euros en échange de la liste des mauvais payeurs allemands réfugiés en Suisse... seulement cette liste de données a été obtenue illégalement... de quoi déclencher l'ire de certains politiques allemands... qui considèrent que la méthode soulève de graves questions morales... parce que dans un état de droit la fin ne justifie jamais les moyens! Voilà que l'état devient receleur titre la Suddeutsche Zeitung... ce matin Coup de poker en eau trouble préfère le Tagespiegel car le problème c'est que ce fichier qui doit permettre à l'Allemagne de récupérer près de 100 millions d'euros est un vol écrit la Frankfurter Allgemeine Zeitung... même si les allemands semblent favorables à son utilisation et oui rajoute Die Welt... car ce n'est pas la première fois que l'état allemand achète une telle liste... il avait fait de même au Liechtenstein il y a deux ans en versant 5 millions d'euros... et c'est finalement le seul moyen de faire comprendre à la Suisse qu'elle doit coopérer avec les administrations étrangères contre les paradis fiscaux et ce, malgré son fameux « secret bancaire »... et surtout rajoute le Tagezeitung... que dirait le contribuable allemand si Merkel refusait d'utiliser ces données ?... il dirait que le gouvernement tente de protéger des gros chapeaux!... et ce n'est pas le moment à trois mois des élections régionales alors il faut récupérer ce bien même mal acquis... et le Financial Times Deutschland révèle de nouveaux détails ... l'homme du CD de ces fraudeurs allemands serait un franco italien ... qui n'en est pas à son coup d'essai puisqu'il a mené la même opération pour la justice française au mois de décembre dernier... difficile alors de croire à un acte isolé! c'est en tout cas ce qu'écrit la presse suisse ce matin la décision d'Angela Merkel est dans la droite ligne de celle prise dans le cas du Liechtenstein... peut on lire sur la Tribune de Genève... c'est un nouveau coup contre les paradis fiscaux et contre les banques helvétiques... or, depuis la guerre fiscale entre Paris et Berne 80% de la clientèle française est partie, un coup dur pour notre économie... surtout si l'Allemagne se met à faire de même avec ses 175 milliards d'euros déposés en Suisse mais surtout c'est sur un vol que les sanctions vont être prises... écrit le Temps... ce qui soulève de nombreuses questions... éthiques d'abord, puisque le procédé n'est pas condamné mais encouragé par Berlin... et puis il y a la question de la validité des données de cette liste... que l'Allemagne va devoir vérifier sans la coopération de l'administration suisse...et restent surtout des questions sur la protection de nos données bancaires qu'il va nous falloir sécuriser... afin d'éviter que cela ne se reproduise En attendant la crise est ouverte entre l'Allemagne et la Suisse raconte le Globe and Mail au Canada... et l'on peut s'attendre comme lors de l'affaire du Liechtenstein à voir des personnalités mouillées dans ce nouveau scandale... de quoi conforter encore l'opinion publique dans l'idée qu'il lui faut des coupables. est ce bien moral? sans doute pas ... mais la morale l'éthique... sont des perspective bien ennuyeuses... conclut l'International Herald Tribune... surtout dans un pays comme le notre (les Etats-Unis) qui s'est construit sur le risque, l'énergie, l'enthousiasme... mais il faut s'y résoudre car c'est bien de cet ennui là que viendra la sortie de crise... Bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......