LE DIRECT

Rétrorévolution!

6 min

par Cécile de Kervasdoué

Replis sur soi... régression... en arrière toute..;

C’est le thème cette semaine du dossier de Télérama

Sur les scènes, les disques, les écrans, le compteur de la création, nous dit on, avance à reculons... une plongée voluptueuse et collective dans le passé…des adultes se pâment devant des séries, des jeux vidéo et même des chansons qui datent d'avant le déluge... des jeunes femmes se déguisent avec des vêtements de petites filles, des trentenaires consomment des produits culturels destinés aux adolescent et certains adultes reviennent même au doudou c'est dire !...les politiques embrayent le pas avec des discours maternant ou paternalistes et même le tourisme y joue sa carte avec l'essor de l'ethnotourisme, ou la vogue des céréales naturelles liée au fantasme des sociétés primitives qui auraient soi disant les solutions à tous nos maux... bref, nous sommes entrés non dans l'ère des nouvelle révolution mais dans la « rétrorévolution » analyse l'anthropologue Jean Loup Amselle...

la raison de ce replis tout azimut ? explique Télérama... la peur engendrée par le sentiment d'insécurité généralisée et géopolitique mais pas seulement... notre société est aussi et surtout la proie d'un dictateur nommé marketing qui attise nos pulsions jusqu'à plus soif : la télé trash et le voyeurisme, la délation, l'élimination des plus faibles, la stigmatisation des anciens comme dans les cours d'école... les jeunes sont la cible d'un marketing qui s'aligne sur leurs codes et incite les parents à en faire autant

Résultat... une régression généralisée conclut l'article français qui s'inquiète.... mais jusqu'où régresserons nous ?... une néo barbarie qui nous laisserait céder sans scrupule à nos pulsion?

une dictature qui nous ferait abdiquer nos responsabilités ?

Sous ses airs inoffensifs, la régression serait donc un poison... et les hommes politiques, les artistes, les intellectuels, et les journalistes y ont une énorme responsabilité

Si je vous cite cet article de Télérama en longueur ce matin c'est qu'il traduit une idée ou plutôt une inquiétude qui est palpable un peu partout dans la presse européenne depuis le début de la semaine

car lentement mais sûrement toutes nos valeurs s'effilochent... écrit to Vima en Grèce

et la BBC britannique comme le Berliner Zeitung en Allemagne comme el Mundo en Espagne rajoutent

L’extrême droite n'a jamais été aussi forte aussi unie en Europe... elle est devenue une alternative possible pour de très nombreux électeurs... en France, en suisse aux pays bas en Italie en suède au Danemark et même... même en Finlande

Là où l'on trouve les dernières neiges du printemps... titre le dossier spécial voyage de la Repubblica italienne comme si elle voulait nous faire un clin d'œil

et il faut lire ce commentaire ou plutôt cette confession du Helsinging sanomat en Finlande

« le soir des élections je suis rentré chez moi en vélo dans la banlieue d'Helsinki... c'était la pleine lune... j'écoutais sur mon ipod un groupe de reggae finlandais et j'ai repensé à ce qui venait d'arriver... cette victoire du parti nationaliste des « véritables finlandais »... facebook et tous les sites de journalistes n'en finissaient pas déjà d'écrire sur la cassure le tournant historique depuis la seconde guerre mondiale, la surprise de ce vote mais en pédalant dans cette banlieue je me suis dit surtout que tout cela était palpable depuis bien longtemps... de nombreux finlandais ont choisi d'utiliser leur vote pour dire non à une chose... la réunification des familles des immigrés somaliens sur notre territoire... parce que c'est bien de cela dont il est question de l'immigration et de la peur de perdre nos valeurs finlandaises face à l'arrivée de l'étranger

Alors lorsque ma fille m'a demandé hier ce qui s'était passé aux élections... j'avoue que je n'ai pas su quoi dire.... moi qui ai finalement choisi de voter nationaliste... comment pouvais je dire à ma fille de 7 ans que c'était contre des immigrés qui sont ses copains d'école... c'est stupide m'a t elle répondu...

Comme quoi le débat sur l'intégration est loin d'être clos alors ce vote n'est finalement rien de plus qu'un symbole, historique certes, mais un simple symbole sans véritable conséquences »

D’ailleurs dans la pratique ... rappelle el Mundo en Espagne... l'extrême droite finlandaise est déjà divisée sur l'énergie nucléaire, sur les politiques sociales, et même sur l'immigration !

preuve qu'il ne faut pas mettre toutes les extrêmes droites européennes dans le même sac... tout simplement parce qu'elles sont toutes un agrégat de pensée et de programme

mais tout de même on ne peut pas ne pas faire le lien entre ce qui s'est passé en Finlande et ce qui s'est passé en Hongrie... rajoute Nepszabadsag en Hongrie...

si le Magyar nemzet explique que la constitution hongroise qui met dieu et les magyars cad l'ethnie historiquement hongroise au centre de la constitution... cela s'est fait démocratiquement... en respectant les règles du débat et de la liberté d'expression

Aucune communauté politique ne peut vivre sans des valeurs et une histoire acceptée en commun... poursuit le Magyar Nemzet... avec ce texte, il s'agit de rompre avec les dictatures, de reconquérir notre histoire tant de fois niée et falsifiée. Est ce regarder vers le passé? Pas du tout. L'histoire n'est jamais terminée.

Sauf que c'est un anachronisme dangereux lui répond son confrère hongrois du Nepszabadsag... il suffit de citer Tocqueville pour réaliser que la dictature de la majorité est un danger vivant pour la communauté... cette majorité confond peuple et nation et place ce Peuple, celui de l'intérêt particulier, « des gens », devant l'Etat, l'Intérêt de tous. Mais il y a plus grave encore écrit le quotidien hongrois, c'est que cette constitution s'appuie sur des principes révolutionnaires au XIXème siècle mais complètement dépassés aujourd'hui alors que la Hongrie fait partie de l'Union européenne.

Oui, mais l'Union Européenne ne bouge pas... comme avec l'affaire des réfugiés de Lampedusa elle se crispe dans sa désunion ! s'enflamme la Repubblica italienne... pendant que la Hongrie diffuse des mensonges à la société hongroise en lui faisant croire qu'elle est supérieure aux autres peuples... une aberration qui a condui en d'autre temps à des crimes contre l'humanité

Décidément, conclut alors le Soir en Belgique, l'Europe qui se tait devant tant d'absurdités manque encore le coche de son avenir... en refusant de miser sur l'immigration pour aller de l'avant... La faute à l'Europe donc ?... non répond le quotidien belge... ce n'est pas l'Europe de Monnet de Schuman ou de Delors qu'il faut fustiger mais bien les capitales qui la composent, si inventives pour laisser circuler librement les biens et les capitaux mais pas le nouvel arrivant perçu comme un fardeau... le problème conclut le journal belge c'est qu'à force de se crisper cette Europe d'aujourd’hui ne va plus faire envie à personne, ni aux étrangers ni même aux européens eux-mêmes. Avec tous ses jeux de dupe elle boude ainsi son avenir !

Bonne journée

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......