LE DIRECT

Révolution culturelle.

6 min

par Cécile de Kervasdoué

page 7 de l'International Herald Tribune ce matin

la scène a lieu sous un pont au bord d'un fleuve en ville... un groupe d'hommes en guenilles, ravagés par la pauvreté discutent des affres du destin…vous ne me croirez sans doute pas dit le premier mais... avant vous savez, j'ai été Barak Obama

pffff c'est rien du tout ça... moi j'étais Dominique Strauss Kahn alors...

tu parles!... rajoute le dernier tout au bout de la file... Moi j'étais Rupert Murdoch!

il y a quelque chose de rafraichissant ce matin dans les dessins de presse qui traitent ce que toute la presse européenne affiche grandiloquente à sa une

L’Europe le sommet de la dernière chance!

parce que quand vous allez dans le cœur des articles tout devient beaucoup plus technique...

la création d'euro obligations est le seul moyen de sortir de la crise explique le Financial Times

ou bien le défaut de paiement ! rajoute le Temps en Suisse

sortir de l'euro ne serait pas la pire des solutions ! propose encore la BBC en Grande Bretagne

ce qu'il faut surtout c'est fédérer les politiques fiscales et budgétaires lance el Pais en Espagne

il faut augmenter les impôts partout en Europe considère die Zeit en Allemagne... et surtout imposer un impôt sur les banques qui ont précipité cette crise!

alors il faut contrôler les banques centrales... rajoute le China Daily en Chine qui fustige tant les débordements de la banques centrale européenne que ceux de la Banque centrale américaine

en réalité rajoute l'International Herald Tribune ce qu'il faut à l'Europe c'est une révolution culturelle

et le journaliste américain raconte... une consœur de Kathimerini le quotidien grec me racontait l'autre jour... « il y a quelques semaines... des allemands sont venus rencontrer tout ce qui fait l'élite politique économique et intellectuelle grecque... j'étais là dans cette taverne à boire des coups avec des allemands qui nous posaient ces drôles de questions... combien d'heures par jour travaillez vous ici... combien de vacances avez vous l'habitude de prendre... comment se passent les relations avec la hiérarchie... quel partie de votre revenu épargnez vous ? Bref, un véritable interrogatoire à peine déguisé ... comme si nous devions persuader ces allemands de notre propre valeurs »...

c'est que nous vivons dans un monde globalisé commente le journaliste américain... où nous ne sommes plus simplement connectés ni même interconnectés mais interdépendants... ainsi les valeurs et l'attitude de chacun a un impact sur de plus en plus de gens... vous pouvez de moins en moins vous défaire de l'irresponsabilité de l'autre... alors la solution c'est évidemment l'union !

sauf que dans le cas de la Grèce et de l'Allemagne c'est un peu comme dans un couple qui divorce et dont on dit... « mais qu'est ce qui a pu leur faire croire que leur mariage était possible ? »

et l'IHT de vanter les mérites de l'économie allemande qui s'appuie sur la production alors que la Grèce s'est égarée en se gavant de subsides européens... car la vraie richesse de la Grèce c'était ça... une bulle de subventions européennes qui a poussé les citoyens à ne plus rêver que d'un petit emploi de fonctionnaire avec un petit salaire certes mais peu d'heures de travail et pleins d'avantages sociaux... une forme de dernier état soviétique européen en somme... et c'est cela qu'il faut changer

Vraiment ? s'énerve el Pais... vous ne croyez pas qu'il est temps peut être de renverser ces clichés devant l'ampleur de la crise ?

et le quotidien espagnol s'y attelle ce matin

et si on arrêtait de croire cette thèse officielle qui veut que le drame de la dette souveraine soit circonscrit à une crise individuelle... isolée de petits pays laxistes qui se sont surendettés... le cas de l'Italie montre combien c'est faux... et combien cette crise est d'abord la crise de l'euro... ou plutôt de la mise en place hâtive de l'Union monétaire... alors la crise peut toucher tous les pays de la zone... France et Allemagne inclues !

Arrêtons également de croire qu'il n'y a pas de solutions alternatives... et que nous nous orientons vers le chaos quoi qu'il adviennent

Même la Grèce peut s'en sortir... mais c'est une question de temps...et de solidarité européenne... il s'agit d’étaler la dette tout simplement

oui ce qui veut dire faire un choix cornélien renchérit Ta Nea en Grèce... car quelqu'un doit subir les pertes... et ce sera soient les contribuables européens du nord qui nous financeront soient les banquiers et les fonds de pensions qui ont acquis nos obligations et nous ont prêté de l'argent sans vérifier la solvabilité... Berlin veut faire payer les banquiers mais la BCE s'y oppose puisque ce serait admettre la faillite de facto

En attendant il faudrait prendre une décision car comme le dit le ministre des finances grec « même la pire des solutions c'est au moins une solution »... nous ici nous en avons assez d'observer le bras de fer entre les pays européens et les marchés… et assez de constater sans cesse la victoire des marchés

et el Pais, quotidien espagnol de gauche est sur la même ligne... c'est bien là le danger... les peuples s'opposent aux gouvernements mais pourquoi ne s'opposent ils pas aux marchés?

Parce que la plupart des gens vivent dans leur bulle... répond le Soir en Belgique qui rappelle que le patrimoine des belges n'a jamais été aussi élevé que cette année en pleine crise de toute l'euro zone... il a augmenté de 10 milliards d'euros rien qu'au premier trimestre... preuve que certains en profitent de cette crise.

et le Handelsblatt en Allemagne pointe ce chiffre improbable... 890 milliards d'euros ont été dépensés jusqu'ici par la politique de l'UE sans résultat... rien d'étonnant que plus personne ne croit aux fameux plans de sauvetage européens...

la crise est invisible rajoute Die Zeit toujours en Allemagne... et c'est bien, en cela qu'elle est dangereuse... à l'heure qu'il est des milliers d'allemands passent leurs vacances en Italie, se délassent sur les plages sans voir aucune pancarte anti allemands... et pourtant la catastrophe couve... celle de la fin de l'euro..... alors certains fustigent les marchés, ces spéculateurs qui précipitent la catastrophe mais ce n'est là qu'une partie de la vérité écrit Die Zeit... l'autre partie c'est que ce sont précisément les plans de sauvetage européens qui font fuir les investisseurs... seulement l'Europe contre les marchés abusifs c'est une histoire plus facile à vendre!

En attendant il y a une tendance de fond qui traverse toute l'Europe termine le Spiegel toujours en Allemagne... la pauvreté de longue durée généralisée... en Grèce des milliers de personnes viennent s'agglutiner devant les banques alimentaires et la foule est de plus en plus nombreuse... les gens crèvent de faim ici alors que d'autres s'en mettent plein les poches... or c'est l'injustice qui met les gens tellement en colère ! L’injustice plus que la pauvreté !

parce que vous savez conclut le site d'al Jazzera il y a une autre tendance qui se généralise dans le monde entier et qui va avec la généralisation de la pauvreté... c'est que le bonheur n'est plus lié au niveau du produit national brut... or le bonheur est ce que la plupart des gens recherchent alors il serait temps de ne plus fonder exclusivement ce bonheur sur la réussite économique... c'est là sans doute la vraie révolution culturelle à mener.

Bonne journée

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......