LE DIRECT

Revue de presse internationale

5 min

Aujourd'hui Hamdam vous nous annoncez une bonne nouvelle

Oui et ça concerne le Liban. L'Orient-le Jour, quotidien de Beyrouth, nous apprend une nouvelle tout à fait surprenante. Jusqu'à hier, le code pénal contenait un article qui permettait d'alléger les peines des personnes coupables de crimes d'honneurs, ces crimes qui visent généralement des femmes et qui visent à venger de façon archaïque l'honneur de la famille, qui aurait été enfreint dans des situations liés à des rapports sexuels considérés comme illégitimes. Ces crimes d'un autre âge ont encore lieu, on le sait, dans plusieurs pays, et même si plus rarement le cas au Liban cela est arrivé encore en mars dernier, et les députés se sont enfin dits hier qu'il était temps de supprimer l'article qui fournit des circonstances atténuantes au coupable. Cet article stipulait: « Pourra bénéficier d’une excuse absolutoire quiconque, ayant surpris son conjoint, son ascendant, son descendant ou sa sœur en flagrant délit d’adultère ou de rapports sexuels illégitimes avec un tiers, se sera rendu coupable sur ces personnes d’homicide ou de lésion. » Ca laisse entendre un caractère systématique de l'allègement de la peine. En 1999 déjà, cette législation avait été un peu changée pour que cet allègement de peine ne soit plus systématique, et que les choses à l'appréciation du juge, mais on pouvait observer que les peines étaient généralement allégées jusqu'à durer seulement trois ans, pour des crimes qui sont passibles de la peine capitale ou de lourdes peines. Mais cet article est enfin supprimé, s'en est finit de tout cela, du moins dans le code pénal, et c'est une excellente nouvelle pour tout le monde, affirme le journal de Beyrouth.

On part en Suisse, avec un coup de gueule à la une du quotidien de Genève, Le Temps Oui, c'est celui des policiers suisses en ont assez d'avoir le mauvais rôle dans les affaires d'expulsions forcées des immigrants. Je rappelle l'affaire : début juillet, une émission diffusée à la télévision suisse avait choqué le pays puisqu'elle montrait des policiers en train de tabasser un immigrant qui devait embarquer sur ce vol spécial. Il faut savoir que les Suisses avaient été très marqués par la mort d'un immigrant en cours d'expulsion en 2010 et cette nouvelle exposition médiatique ne fait pas les affaires de la police, qui depuis cette diffusion est très vivement critiqué pour sa brutalité. Du coup, la fédération nationale suisse des fonctionnaires de police a décidé de se défendre et pour se faire elle a adressé une lettre à l'Office fédéral des migrations pour se plaindre des conditions de travail lors des expulsions forcées. Surtout, les policiers accusent l'office de mensonge, puisque celle-ci a déclaré à plusieurs reprises que ces vols retour se passent bien, ou avec des problèmes mineurs, alors que, dit la police dans sa lettre à l'office, « cela ne correspond pas à la vérité et vous le savez. Nous nous demandons qui peut se permettre de tirer un tel bilan et de débiter un tel mensonge aux médias et – en fin de compte – à la population. » Ce que nous explique le quotidien Le Temps en mettant ce sujet à la une, c'est que l'office des migrations fait face à des critiques de plus en plus fortes vis-à-vis des vols spéciaux. Avec les policiers d'un côté, mais aussi les ONG qui dénoncent régulièrement le «caractère inhumain» de ces expulsions.

Un peu plus loin en Europe, il est toujours question de migration. C'est en Roumanie, ou plus exactement en Moldavie que l'on se rend. Savez-vous où se trouve la Moldavie Martin ? C'est un petit Etat coincé entre la Roumanie et l'Ukraine, et qui fête en ce mois d'aôut ces vingt ans d'indépendance. C'est l'occasion pour l' hebdomadaire roumain , Dilema Veche, de consacrer un grand reportage à son voisin. Et on découvre que le grand rêve des Moldaves, c'est tout simplement de devenir roumain. Et je vais vous compliquer un peu plus l'affaire en vous disant que jusqu'en 1940, les Moldaves étaient Roumains. Vous suivez ? Tout simplement, avant que les Russes n'arrivent, la région de Moldavie était intégré à la Roumanie. Aujourd'hui, si les Moldaves indépendants partent à la recherche de leurs racines roumaines, ce n'est pas par amour soudain de la mamaliga – un plat traditionnel roumain – mais c'est parce que s'ils prouvent qu'ils sont nés dans un endroit qui faisait techniquement partie du territoire roumain jusqu'en 1940, alors ils peuvent obtenir un passeport roumain, évidemment un sésame maintenant que le pays fait partie de l'Union européenne. Bon cela peut donner quelques situations assez comiques quand il s'agit de faire faire son passeport roumain. L'article nous raconte l'histoire de Tamara : lorsqu'elle est allée à Bucarest, l'employé lui a demandé d'acquitter des taxes pour les impôts, et comme ce mot est assez proche du mot coiffeur ' Frizerie' en VO, elle s'est mise consciencieusement en tête de trouver un coiffeur ! Voilà pour les quiproquos mais l'article explique bien sûr que c'est souvent l'intérêt économique et le besoin d'aller travailler à l'étranger qui justifie cette quête du graal roumain

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......