LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Revue de presse internationale

5 min

Aujourd’hui je vous propose une revue de presse entièrement consacrée à la France. En fait, je suis tombé un peu par hasard sur un article du Los Angeles Times – excusez du peu – consacré à Rachida Dati.

Et un article comme la maire du VIIe arrondissement de Paris rêverait d’en trouver un de temps en temps dans la presse française. Visiblement la journaliste californienne qui a enquêté est tombée sous le charme.

Ca commence par une comparaison qui m’a laissé pantois : selon le LA Times, Rachida Dati serait la Barack Obama française !

Mieux encore : « avec ses hauts talons, ses robes griffées, son ambition assumée, Rachida Dati apporte un ‘je-ne-sais-quoi’ d’irrésistible à cette version française du rêve américain ».

« Alors bien sûr, son ascension politique a été au moins aussi rapide que sa chute. Et la meilleure preuve, c’est que Nicolas Sarkozy l’a envoyé au Parlement européen, le bagne pour les politiques français ».

« Mais Rachida Dati a de la ressource et compte bien faire son come-back ». La journaliste a même trouvé quelqu’un pour lui expliquer combien l’ex ministre de la Justice était « fine politique, autoritaire et brillante ».

Enfin, ajoute cette fine analyste de la vie politique française que notre enquêtrice américaine est allée dégoter à Gala, « Rachida Dati parvient aussi belle et intéressante qu’une star ».

N’en jetez plus ! Il ne manquait plus que la question qui tue à savoir : avez-vous l’intention de vous présenter un jour à la présidentielle ? Et là, j’ai un peu retrouvé la Rachida Dati que je croyais connaître.

Soufflée par la question, Rachadi Dati répond : euh… C’est compliqué… Ca ne marche pas comme ça, vous voyez ». Et puis, elle ajoute : « Cela dit, pourquoi pas, si je peux être utile à mon pays. Mais c’est compliqué ».

Une autre Française a eu l’honneur de la presse américaine : Anne Sinclair

Un long papier dans Newsweek , qui tente au travers de l’épouse de DSK de percer le mystère de toutes les Françaises. « On ne peut pas comprendre A. Sinclair si l’on ne sait que la France est une société hautement sexualisée »

« Si l’on ne sait pas, par exemple, qu’en France tout est séduction : les femmes connaissent les règles du jeu et les journalistes couchent avec les hommes de pouvoir par plaisir et parce que ça facilite le travail ».

« Les Françaises savent repousser les avances avec un bon mot ou une gifle métaphorique. De plus, en France, on fait la différence entre l’amour véritable et le plaisir sensuel, à la façon de Sartre et de Beauvoir ».

Pour Newsweek, en France, Anne Sinclair c’est Simone de Beauvoir et DSK, Sartre. « Elle aime et elle est même fière de la puissance phallique de son homme. Quant à la fidélité, c’est, en France, un point mineur du mariage ».

Bref les Françaises sont des séductrices et nous, leur jouet. Il suffit pour s’en convaincre d’observer ce que Carla Bruni a réussi à faire du Président de la République. Cette fois, c’est le Telegraph de Londres qui est à la manœuvre.

« Voilà un homme dont on moquait l’amour pour Elvis Presley et les films comiques et qui aujourd’hui multiplie les soirées à l’Elysée pour épater le tout Paris avec sa nouvelle passion pour la littérature et les films d’auteur ».

« On murmure », c’est toujours le Telegraph de Londres qui l’assure, « que le président avalerait des volumes entiers de Maupassant et passerait tout son temps libre à lire du Stendhal, du Balzac et autres classiques ».

« Et tout ça, il le doit à Carla Bruni, qualifiée par le quotidien de femme cultivée, polyglotte et particulièrement bien introduite dans les milieux artistiques ». C’est un peu, « cherchez la femme », en somme.

Alors évidemment, beaucoup doutent de la sincérité de cette métamorphose, mais le correspondant à Paris du Telegraph a tout de même trouvé à Paris un écrivain impressionné par les performances présidentielles : Yann Moix.

« C’est certain, Carla lui a montré la voie. Mais elle a depuis longtemps retiré les béquilles du tricycle et aujourd’hui, Nicolas Sarkozy prend un véritable plaisir à pédaler tout seul ». Belle métaphore, non ?

Donc, les femmes peuvent tout en France. Enfin, pas tout à fait. Parce que Yann Moix ajoute : « le président vous reçoit pour vous montrer l’Etat de sa culture mais ne s’intéresse pas une seconde à ce que vous avez à dire ».

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......