LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Revue de presse internationale de Crile Graziani - Revue de presse internationale 31/01/11

4 min

Par Thomas CLUZEL

Barak Obama ... Vladimir Poutine ... et Hosni Moubarak discutent lorsque Dieu apparait soudain devant eux ... Je suis venu vous dire que la fin du monde est dans deux jours ... dites le à vos peuples ... Chaque chef d'Etat retourne alors dans son pays et prépare donc un discours télévisée ... A Washington ... Obama explique : Mes chers concitoyens ... j'ai une bonne et une mauvaise nouvelle ... La bonne c'est que je peux vous confirmer que Dieu existe ... La mauvaise c'est qu'il m'a prévenu que la fin du monde est dans deux jours ... A Moscou Poutine lui déclare : Peuple de Russie ... j'ai le regret de devoir vous annoncer deux mauvaises nouvelles ... D'abord Dieu existe ... ce qui signifie que tout ce en quoi notre pays a cru depuis un siècle est faux ... Et ensuite la fin du monde est dans deux jours ... Enfin au Caire cette fois-ci ... Moubarak annonce ... Ô Egyptiens je m'adresse à vous aujourd'hui car j'ai deux bonnes nouvelles ... La première c'es que Dieu et moi venons d'avoir une discussion importante ... Et la deuxième c'est qu'il m'a dit que je serai votre président jusqu'à la fin des temps ...

Voilà ce que l'on peut lire aujourd'hui sur le site du magazine américain FOREIGN POLICY ... qui recense donc les 10 meilleures blagues sur Moubarak ... Alors bien entendu ... sur place la situation ne prête pas vraiment à rire ... tout juste à sourire ... Des manifestations monstres à travers tout le pays ... la police qui s’éclipse ... insécurité et anarchie ... plus de cent morts déjà ... et une armée qui n’arrive même pas à faire respecter le couvre-feu .... A première vue on n’est plus vraiment loin du chaos ... peut-on lire ce matin dans les colonnes du SOIR D'ALGERIE ... Et pourtant ... et pourtant Moubarak ne cède pas ... Il a certes limogé le gouvernement mais il refuse d’écouter la rue qui demande son départ et rien d’autre ... Il y avait même quelque chose de pathétique dans le discours d'un Moubarak offrant son gouvernement en sacrifice ... écrit de son côté le QUOTIDIEN D'ORAN ... L'impression d'un phénoménal décalage spatio temporel entre des égyptiens qui ont décidé d'un coup de rein de se mettre à jour ... et un président dont le logiciel est passablement périmé ...

Seulement voilà ... si la rue elle réclame rien moins que le départ du régime dans son intégralité ... la Maison Blanche elle opte pour une transition en bon ordre ... La phrase est signée de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton ... autrement dit commente LE SOIR D'ALGERIE une transition qui se ferait avec Moubarak ... Les Etats-Unis donnent l'impression de juste presser le raïs à annoncer des réformes politiques ... "Nous avons besoin de mesures concrètes qui font avancer les droits du peuple égyptien" a d'ailleurs déclaré Barack Obama ... le président américain qui doit en réalité gérer l'une des situations les plus ardues en politique étrangère écrit le quotidien américain USA TODAY ... Alors qu'il surveille l'évolution des manifestations Obama veut afficher sa foi dans la démocratie et ne pas être perçu comme un partisan de l'autoritarisme ... Mais d'un autre côté le chef de la Maison Blanche ne veut pas passer pour celui qui aide à faire tomber un gouvernement ... surtout si celui qui lui succède vient à se montrer anti-américain comme cela a été le cas en Iran à la fin des années 70.

Si vous voulez savoir pourquoi les Etats-Unis n’ont aucune crédibilité dans le Moyen Orient ... vous avez ici précisément la réponse lance pour sa part Mohamed El Baradei dans un plaidoyer pour l'Egypte publié par NEWSWEEK ... Lorsque vous affirmez que le gouvernement égyptien cherche les moyens de répondre aux besoins du peuple j’ai envie de dire "c’est trop tard !" ... Ce n’est même pas de la realpolitik ... Il ne peut y avoir de stabilité dit-il qu’à condition d’avoir un gouvernement librement choisi par son peuple ...

A force d'avoir été encensé, courtisé et soutenu par les Etats-Unis, l'Europe et ses «frères arabes», Moubarak en est arrivé à la conviction d'être un acteur indispensable sur l'échiquier international et régional et, à ce titre, bénéficier de l'appui de ces mondes-là pour son maintien au pouvoir, malgré l'ampleur de son rejet qu'exprime le peuple égyptien écrit de son côté ORIENT LE JOUR ... Sauf que la situation est devenue telle que les partenaires sur lesquels le pharaon du Nil compte pour se maintenir appliqueront inévitablement contre lui la règle d'or qui veut que les Etats n'ont que des intérêts et pas d'amis précise l'éditorialiste libanais ... Et d'ajouter ... à n'en point douter ils ont déjà pris des garanties pour leurs intérêts auprès de l'armée égyptienne.

Car c'est vrai que le véritable centre du pouvoir en Egypte c’est bien l’armée ... Alors jusqu'à présent elle n'a pas encore franchi le pas qu'avait franchi l'armée tunisienne en poussant le président Ben Ali à partir ... Sera-t-elle avec ou contre la rue interroge son confrère du TEMPS en Suisse ? Sera-t-elle républicaine ou loyaliste ? ... C’est ce qui se joue en ce moment même ... Pour répondre à la rue les généraux devront très vite promettre un calendrier électoral et faire comprendre que la famille Moubarak se retire d’une façon ou d’une autre ... Elle devra donc sacrifier Moubarak pour préserver le système dont elle est à nouveau le principal pilier ... et ainsi garantir la stabilité ... Sa direction aura-t-elle cette clairvoyance? ... Rien ne l’assure.

Alors pour terminer je ne résiste pas à vous lire une autre des fameuses blagues à lire sur le site du magazine américain FOREIGN POLICY ... Moubarak et trois de ses conseillers sont dans un avion qui survole le Caire ... Moubarak sort une liasse de 1000 dollars d'une valise et leur demande ce qu'il devrait faire de cet argent pour que les égyptiens soient plus heureux ... Le premier suggère ... Monsieur le président si vous jetez cette liasse par le hublot vous ferez le bonheur d'une famille égyptienne ... Le second explique .. Et bien monsieur le président si vous voulez faire le bonheur de deux familles divisez l'argent en deux liasses égales et jetez les par le hublot ... Enfin vient le tour du troisième lequel déclare ... J'ai une meilleure idée qui fera le bonheur de tout le peuple égyptien ... mettez l'argent dans votre poche et jetez vous par la fenêtre.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......