LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Revue de presse internationale de Ludovic Piedtenu

4 min

Ils l'ont littéralement "cuisiné" ."Le juge d'instruction bordelais a ferraillé avec l'ex-chef de l'Etat" .Voilà pêle-mêle des expressions que l'on retrouve dans la presse étrangère ce matin après "l'audition marathon de Nicolas Sarkozy" , titre Le Temps en Suisse."L'interrogatoire s'est déroulé tandis que la confusion s'emparait de l'UMP" peut-on lire outre-manche dans The Financial Times ou encore dans The Daily Telegraph apprendre que "M. Sarkozy est sorti soulagé et heureux selon Patrick Balkany, député UMP et l'un de ses proches amis, qui lui a rétorqué : "tu vois, tu dois avoir confiance en la justice de ton pays". "Comme un petit granule d'arnica. En entrant, à Bordeaux, dans le bureau du juge Gentil qui devait l'interroger sur l'affaire Bettencourt, Nicolas Sarkozy aura au moins pris connaissance d'une nouvelle susceptible d'apaiser un (tout petit) peu sa douleur. Le peuple de droite l'aime toujours !" écrit Joëlle Meskens dans le quotidien suisse. "Selon un sondage CSA, 52% des sympathisants de l'UMP jugent qu'il serait le mieux à même de concourir à la présidentielle de 2017. Renvoyés à leur marigot, les crocodiles François Fillon et Jean-François Copé qu'un médiateur nommé Alain Juppé devra départager d'ici à dix jours ! Si seulement Nicolas Sarkozy avait pu savourer ce petit plaisir !" conclut la journaliste du Temps ."C'est vrai qu'en ce moment la droite française souffre. Elle affronte des jours parmi les plus misérables de l'histoire des partis politiques dans le monde démocratique" s'amuse John Lichfield dans The Independent à Londres."Finalement, tard hier soir, l'ancien président, l'ancien leader de cette droite a échappé à l'accusation formelle qui était largement prédit" dont la presse étrangère s'était d'ailleurs largement fait lécho hier mais qu'on sent déçue ce matin de ce statut de "témoin assisté", ce statut signifie que les magistrats croient qu'il y a des preuves de son implication, mais pas assez pour justifier une mise en examen", explique The Independent . "L'ancien président pourrait être rappelé pour un nouvel interrogatoire" , conclut le journaliste britannique.Plus que cette audition, c'est bien "le désordre" à droite qui fait la Une.En Allemagne, Die Frankfurter Allgemeine Zeitung , titre sur "l'échec" ."La droite française est divisée au point qu'il s'agit peut-être d'un retour à l'époque Giscard et Chirac, en tant que deux partis bourgeois presque aussi forts l'un que l'autre et qui se font concurrence." "Chaos" , "débacle" et "crise" sont les mots qui reviennent le plus pour définir l'état de la droite française. "Un processus incroyablement sale" , titre The Economist ."Surréaliste" ajoute La Razon en Espagne."On croit toucher le fond à chaque nouvel épisode, mais ils montrent chaque jour que l'on peut tomber encore plus bas" , écrit le journaliste à Madrid.Madrid où l'on peut lire ce matin l'édito d'une française : Christine Ockrent dans El Pais , éditorial titré "le double héritage de Sarkozy" ."Aujourd'hui, la droite traditionnelle nage en plein psychodrame. Après une campagne sanglante et interminable pour obtenir la présidence de l'UMP, François Fillon et Jean-François Copé sont debouts mais KO, comme deux boxeurs tuméfiés. A leurs pieds, dispersés, éparpillés, les fragments d'une famille politique habituée au culte du chef, recomposée il y a dix ans par Jacques Chirac pour élargir la base du RPR et utilisée par Nicolas Sarkozy pour son propre bénéfice jusqu'à sa défaite du mois de mai." "Un héritage qui n'est guère brillant" ajoute Christine Ockrent y compris sur le front des réformes structurelles. "Mais peu importe, conclut-elle, jusque dans ses excés, l'ex-président a laissé un vide que son successeur, convaincu qu'il lui suffisait d'être normal, a sous-estimé pendant trop longtemps. Les Français, bien qu'ils aient moins souffert que d'autres, ont longtemps été le pays le plus pessimiste en Europe. Et maintenant, ils sont convaincus que le pays est entré dans une longue crise. Avec une présidence hésitante et une opposition aussi remarquablement fragmentée, divisée, il faudra beaucoup de travail pour les rassurer." Ces Français dont on pourrait douter qu'ils soient "normaux" s'amuse cette semaine Courrier International dont je signale la sortie d'un Hors-série."33 raisons de douter" de la normalité des Français "selon la presse internationale" .De la "grève" à la "laïcité" en passant par le "vin" ou la "Vème République" , "ce pays de la révolution a décapité son roi mais il voue un culte à son président" peut-on lire page 40, et en écho au vaudeville de cette semaine, on s'amuse de ce papier qui commence ainsi : "l'histoire de France est riche en séismes politiques." La preuve !

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......