LE DIRECT

Revue de presse internationale de Thomas Cluzel

6 min

Par Thomas CLUZEL

Mardi dernier … Angela Merkel a prévenu : le sommet européen de Bruxelles ne pourra pas «tout régler» ... Et pourtant nuance l'hebdomadaire allemand SPIEGEL sur son site la chancelière peut encore prouver qu'elle a confiance en l'Europe ... Et elle n'a d'ailleurs pas d'autre choix ... Car l'avenir de l'euro ne dépend pas de l'Italie ... Il ne dépend pas non plus de l'Espagne ... ni du Portugal ... de Chypre ... ou de la Grèce ... Non c'est en Allemagne et nulle part ailleurs prévient son confrère SÜDDEUTSCHE ZEITUNG que sera décidée la survie de la monnaie unique ... Berlin dit-il est désormais au cœur de la crise car seule l'Allemagne peut aujourd'hui supporter la grande partie des charges qui accompagneront le sauvetage de l'euro ... Or il est clair poursuit le journal de Munich ... que la stratégie adoptée jusqu'à présent par Angela Merkel a échoué au moins sur un point important : depuis 2010 la chancelière a acheté du temps dans le souci très compréhensible de garder la main pour contraindre ses partenaires à des réformes ...

La magie de l’austérité qui devait rendre la confiance à la zone euro n’a fait que plonger la monnaie unique dans une crise existentielle ... D'où ce commentaire cinglant d'EL PAIS : Jusqu’à présent l’Allemagne a fait preuve d’un leadership mesquin ... entaché de calculs politiques... de dogmatisme ... et de refus réitérés ... Pour autant reconnait l'éditorialiste madrilène les temps changent puisque Bruxelles a relevé le gant avec un ambitieux document qui vise à reconstruire l’édifice européen ... Autrement dit ... et même si la proposition elle-même n’est pas suffisamment claire ce qui laisse à penser que de profonds désaccords subsistent ... la bonne nouvelle tout de même écrit toujours EL PAIS ... c’est que l’Europe avance ... Alors de quoi s'agit-il ? Selon ce document ... Bruxelles ne se contenterait pas de fixer un plafond de dépenses et de dette publique : si un Etat membre voulait émettre davantage de dette que ce qui est autorisé ... il devrait le justifier et recevoir l’aval préalable des institutions européennes ... Une décision qui reviendrait à remettre en somme la clé du coffre-fort à une sorte de super-ministre des Finances ... et finalement à créer un Trésor public européen ce qui consacrerait c'est vrai in fine le triomphe des thèses fédéralistes lancées par l'Allemagne sauf qu'en contrepartie ... Berlin devrait accepter quelque chose d’encore tabou aujourd’hui : un certain degré de mutualisation de la dette ...

Dit autrement écrit son confrère britannique du GUARDIAN ... Berlin laisse entendre que s’il doit payer les pots cassés pour ce qu’il considère comme les défaillances des autres ... il va falloir se rapprocher de manière progressive mais néanmoins franche d’une union bancaire ... budgétaire ... et au bout du compte politique au sein de la zone euro ... D'où ce commentaire du journal de Londres : les Etats-Unis d’Europe sont de retour ... Le donnant-donnant proposé par Bruxelles paraît en effet très clair peut-on lire encore ce matin dans les colonnes du TEMPS de Genève : oui à des efforts immédiats de relance ... et oui pour débattre du sursaut fédéral désormais indispensable ... Sauf ... sauf que la question de l’intégration budgétaire et au-delà, celle d’un fédéralisme renforcé ... qui conduirait immanquablement à réformer les traités européens et à redéfinir les prérogatives parlements nationaux s’annoncent évidemment extrêmement délicates ... Car les répercussions de ce projet s'il voit le jour seront immenses ... Logiquement un nouveau traité européen devra être rédigé ... ce qui ne serait pas une mince affaire

Et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle le quotidien slovène de centre-gauche DELO ne place d'ores et déjà que peu d'espoir dans le sommet qui s'ouvre aujourd'hui à Bruxelles ... Dans le cadre d'une union bancaire budgétaire et politique dans laquelle les pays ne pourraient plus complètement décider de leur propre budget national ... la construction démocratique de l'Union aura besoin dit-il d'une nouvelle assise ... Avec le renforcement institutionnel de la zone euro l'UE sera dotée d'un noyau et d'un ensemble de pays tiers ... Or ce choix conclue le journal est mauvais ... Ce qui voit le jour à Bruxelles n'est absolument pas une réforme inévitable ... c'est un putsch silencieux qui châtre les Etats souverains commente pour sa part HOSPODARSKE NOVINY ... Sur fond de crise écrit le quotidien économique slovaque ... les partisans de cette tendance argumentent que l'intégration est inévitable faute de quoi l'union ne survivrait pas ... Mais si cette union en venait un jour à exploser alors cela sera dû à son côté factice ... artificiel ... et centralisé ... Sans compter qu'elle ne dispose pas en outre de l'approbation du peuple ... Et de conclure cette union est donc une construction illégale ...

Même analyse du GUARDIAN : le "déficit de démocratie" dont souffre la gouvernance de l’Union européenne se creuserait de manière exponentielle ... A quoi bon en effet élire un gouvernement ... par exemple en Slovénie ... si au sein d’une "union politique de la zone euro" les décisions politiques concernant la fiscalité ... le budget... les retraites ... et le marché du travail sont prises à Bruxelles interroge le journal de Londres ? ... Une Europe à deux vitesses émergerait et les décisions clés seraient tranchées dans la zone euro et non dans une Europe à 27 ou 28 ... L’UE a décidément un vrai problème aujourd'hui avec la démocratie écrit encore le quotidien de Varsovie GAZETA WYBORCZA ... et de préciser : l’une de ses nombreuses facettes est la technocratie qui fait qu'en Grèce par exemple ... ou en Italie les électeurs peuvent changer de gouvernement ... mais pas leur politique économique...

Quoi qu'il en soit ... après trois années de gestion laborieuse de la crise ... les choix auxquels sont confrontés les dirigeants européens on le voit se radicalisent : c’est soit la mort de l’euro ... soit la naissance d’une nouvelle fédération européenne ... Le dilemme actuel : désintégration de l'UE ou union politique est devenu cette fois-ci bel et bien réel ... Ce que la SÜDDEUTSCHE ZEITUNG résume pour sa part en ces termes : Pour l'euro ... les Allemands ont finalement le choix à présent entre deux solutions : la mauvaise et la catastrophique.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......