LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Revue de presse internationale de Thomas Cluzel

5 min

Par Thomas CLUZEL

Ami burkinabé … toi qui dans le Sahel jouis entre deux mutineries d’une démocratie confortable … toi qui es assuré de gagner ton élection à 80% des suffrages exprimés ... sais tu seulement combien ton ancien colon souffre ? ... Ne vois-tu pas ce politicien français efflanqué qui peine à financer sa campagne électorale ? ... Alors s’il te plaît donne … donne ... parraine un présidentiable français ... et la coopération te le rendra et surtout … surtout n’aie pas honte de ne donner que trois millions d’euros ... C’est toujours mieux que rien … Alors bien sûr une question se lit déjà sur tes lèvres émues : comment procéder ? … Et bien ... pour envoyer cette contribution déductible bien entendu des impôts que tu ne paies pas … évite les virements bancaires trop longs … et les mandats postaux trop visibles … Oublie aussi les enveloppes en kraft et les mallettes franchement trop désuètes ... Non personnalise plutôt ton offrande ... en ravivant tes souvenirs d’éducation manuelle et technique ... Ton destinataire est mélomane et il aime qui plus est l’art africain ? ... Alors de tes petits doigts habiles … fabrique-lui un djembé typique de ta terre natale ... Quoi de plus discret c'est vrai qu’un tam-tam sur le dos d’un Toubab quittant le Burkina Faso ? ... Et surtout quoi de plus naturel qu’un des cinq pays les pauvres de la planète finançant un vieux politicien européen ? ...

Alors cet édito dont je vous invite à poursuivre la lecture savoureuse en une du site d'information en ligne SLATE témoigne à lui seul donc de la colère qui s'est emparée toute cette semaine de la presse africaine ... après les accusations fracassantes de Robert Bourgi dans l’affaire des valises de billets ... Alors à l'exception de la Côte d'Ivoire qui confirme elle explicitement les dites accusations ... partout ailleurs les dénégations des autorités à la fois burkinabés ... sénégalaises et gabonaises font sourire mais surtout peinent à convaincre ... Et pour cause écrit le journal congolais DNCB ... ce jeu de mallettes et de valises pleines est aussi vieux que nos indépendances à deux sous ... Voilà pourquoi ... la négation catégorique des faits est aujourd'hui trop facile renchérit son confrère du journal burkinabé LE PAYS ... Selon toute vraisemblance ... certains dirigeants africains du pré carré français ont rivalisé d’ardeur et d’ingéniosité pour faire la transaction avec le plus de discrétion possible ... Alors dans quel but ? ... Par de telles pratiques les chefs d’Etat visaient tout simplement à entrer dans les bonnes grâces du locataire de l’Elysée ... comme un enfant en somme qui offre son bonbon contre la protection d’une personne plus puissante ... Sauf que dans le cas présent le bonbon n’appartient pas à l’enfant seul ... Ce sont les fonds du contribuable qui ont ainsi été dilapidés ... Et le quotidien de Ouagadougou de préciser encore : l'attitude des dirigeants français ressemble fort à une levée d’impôts ... Ils préfèrent avoir dans leurs ex-colonies des dictateurs ... pour peu qu’ils soient dociles et paient leur dû ... plutôt que des patriotes sincères ... défenseurs des intérêts de leurs populations ... Quant aux dirigeants africains cette fois-ci ... ces accusations sont tout aussi accablantes à leur égard ... Ils sont nombreux en effet ceux qui sont prêts à payer pour perdurer au pouvoir ... et ce même si à cause des travers de leur dictature leurs populations croupissent dans la misère ... Et le journal burkinabé de conclure : Il ne faut pas se voiler la face ... La corruption et la mauvaise gestion des biens publics dit-il sont ancrées dans les systèmes de gouvernance sous nos tropiques ... et le destin des peuples colonisés d’Afrique se décide encore pour une large part à l’Elysée ...

Alors à ce propos le site d'information en ligne GUINEE CONAKRY se demande si cette pratique s'est arrêtée ... comme le prétend Robert Bourgi qui essaie de faire passer aujourd'hui Nicolas Sarkozy pour l'homme de la rupture ... Et le site d'apporter sa réponse : Rien ne l'indique ... surtout si l'on en juge par le contenu de "La République des mallettes" le nouveau livre de Pierre Péan ...

Dans cet ouvrage au vitriol précise son confrère du site DAKAR ACTU ... Michel de Bonnecorse ... l’ex-Monsieur Afrique de Jacques Chirac fait un témoignage on ne peut plus compromettant contre l’actuel chef de l’Etat français ... « Il semblait évident qu’il y aurait deux candidats à droite dit-il ... Robert Bourgi a donc estimé qu’il était temps de tendre la sébile pour les deux ... Dès lors il obtient de Sassou Nguesso et de Bongo des sommes conséquentes ... Sauf ... sauf que quand il rentre à Paris Dominique de Villepin est à terre après l’échec retentissant du CPE ... Tout logiquement Bourgi estime alors que la route est désormais dégagée pour Sarkozy … Et donc au lieu de distribuer une mallette à chacun ... il n’en fait qu’une seule ... plus grosse ... et la dépose aux pieds du ministre de l’Intérieur de l’époque Nicolas Sarkozy ... Et Michel de Bonnecorse de conclure ses confidences par ces mots : Le retour sur investissement a été immédiat après l’élection de Nicolas Sarkozy ... puisqu'Omar Bongo a été l'un des tout premiers sinon le premier chef d’Etat appelé par le nouveau président ... Et surtout Omar Bongo a obtenu alors un prêt pour l’Etat gabonais de 40 millions ... prêt que Chirac lui refusait jusqu'à présent ...

Alors bien entendu ce passage de l'ouvrage de Péan poursuit le site d'information DAKAR ACTU aurait fait l’effet d’un séisme dans une démocratie polémique comme la France ... s’il n’était d’ores et déjà noyé par la polémique sciemment soulevée par Bourgi ... qui anticipe donc la dénégation pour contrer Péan ... Et l'article de poursuivre ... Sarkozy avait bien besoin d’un tel coup de main de son ami ... surtout après les dégâts causés par la juge Isabelle Prevost-Desprez qui dans son livre « Sarko m’a tuer » l’a accusé d’avoir reçu d’importantes sommes d’argent en liquide de Liliane Bettencourt ... Les spécialistes de la communication de masse connaissent bien la technique mise en œuvre par l’ami de Nicolas Sarkozy et de son ministre de l’Intérieur Claude Guéant ... Elle consiste à allumer un contre-feu pour détourner l’attention de l’opinion ... sur l’incendie.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......