LE DIRECT

Revue de presse internationale de Thomas Cluzel

5 min

Par Thomas CLUZEL

Au secours Kadhafi arrive ! ... C’était le titre qu’avait choisi en 2009 le site d’information en ligne JEUNE AFRIQUE lors de l’accession du Guide à la tête de l’Union africaine ... L'Afrique humiliée mais l'Afrique libérée … Voilà à présent ce que l’on peut lire à la une du journal … On ne le répétera jamais assez écrit l’éditorialiste … pour l’image … la respectabilité ... et la crédibilité de l’Afrique et de son organisation fédératrice … la chute de Kaddafi est une bénédiction ... Tout comme l’Europe ne pouvait en son temps imaginé se construire autour des Franco et autres colonels grecs … l’Afrique dit-il ne peut qu’être soulagée de voir son plus grand commun diviseur débarrasser enfin ses sommets de sa smala de dromadaires et de tentes bédouines … Reste que cette opinion … même si elle est pour nous une évidence ... et pour nos lecteurs une banalité tant nous l’exprimons dans ces colonnes depuis des décennies ... choque … agace et irrite encore certains ... Alors nous aurions certes préféré que la révolution libyenne ressemblât à ses soeurs tunisienne et égyptienne … et que l’idole fût déboulonnée sans que les ex-colonisateurs y prissent la part déterminante que l’on sait ... Mais un homme … par son comportement criminel et provocateur en avait décidé autrement … Et si cette libération a pour certains c'est vrai un arrière-goût d’humiliation … la responsabilité en incombe d'abord et surtout à Kaddafi lui-même.

D'ailleurs depuis que son régime est aux abois ... et bien les dénégations dont il fait l’objet de la part de certains de ses homologues africains ne se sont pas fait attendre … Kadhafi doit se rendre à l’évidence écrit notamment le quotidien burkinabé LE PAYS : nombre de ses pairs africains qu’il prenait autrefois pour ses alliés ... le craignaient probablement davantage en réalité qu’ils ne l’appréciaient véritablement … Preuve en est ... Kadhafi est devenu si encombrant aujourd'hui que la simple évocation de sa probable présence dans un pays suscite imédiatement un démenti savamment pondu par les autorités en place.

Alors c'est le cas justement du Burkina Faso qui dit aujourd’hui ne pas vouloir de Kadhafi … après avoir tenu pourtant il y a quelques jours seulement un discours beaucoup plus bienveillant à l'égard du Guide .... En clair … accorder un refuge à un dirigeant vomi par la communauté internationale pourrait désormais être considéré comme un crime .... Et l’on comprend mieux pourquoi poursuit le journal … le gouvernement burkinabè a donc tenu à remettre en cause toutes les allégations citant son pays comme étant l’une des destinations probables de Kadhafi ... Alors certes ... aucune information fiable n’est disponible sur le point de chute du Guide ... et sa difficile localisation ne fait que rajouter au flou déjà suscité par le foisonnement des hypothèses contradictoires ... Sans compter que le jeu de pingpong auquel se livre le pouvoir de Ouagadougou en termes de communication sur cette affaire brouille les cartes … Il y a à peine deux semaines … le ministre burkinabè des Affaires étrangères émettait la possibilité pour son pays d’accorder l’asile à Kadhafi ... Or voilà qu’à présent son collègue de la Communication cette fois-ci estime qu’il est absolument impossible pour le Burkina de l’accepter sur son territoire ... Du coup ... et bien on ne sait plus à quel ministre et surtout à quelle version se fier ... D’autant que pendant le laps de temps qui s’est écoulé entre ces deux sorties … aucun coup de théâtre n’a été observé dans le conflit libyen ... La donne n’a donc pas changé au point de nécessiter une reconsidération de la position du pays ... Espérons toutefois que la dernière version gouvernementale sera définitive conclue le journal … et constituera le début donc d’une autre politique qui viserait à ne plus laisser des personnalités infréquentables venir se la couler douce au pays des Hommes intègres.

Kadhafi n’est donc pas le bienvenu chez Blaise Compaoré et ce ... en dépit donc de la longue amitié qui a lié les deux hommes renchérit son confrère du quotidien en ligne FASOZINE ... Longue amitité au nom de laquelle le colonel a investi beaucoup de pétrodollars au Burkina Faso ... A présent il doit donc aller voir ailleurs ... au risque de mettre sa liberté ou ce qui en reste en danger ... Mais sait-on jamais nuance aussitôt le journaliste ... La diplomatie secrète a parfois ses raisons que le public et les médias ignorent.

Décidément c’est donc bel et bien dans ses pires moments que l’on reconnaît ses vrais amis … tranche ironiquement le quotidien burkinabé LE PAYS … Et puis fort heureusement il y a aussi les autres ... tous les autres pour qui Kaddafi n’a jamais été un héros précise de son côté le site JEUNE AFRQUE ce matin ... A ceux là le départ du colonel ne les chagrine pas ... En revanche ... en revanche c'est vrai que la manière avec laquelle l’Afrique a été dans cette affaire marginalisée par les puissances blanches les a blessés ... Consultés pour la forme et accueillis généralement avec condescendance quand ils pensaient tenir une solution de compromis ... l’Union Africaine et les chefs d’État impliqués ont été mis devant le fait accompli ... et n’ont jamais eu en réalité leur mot à dire ... même si ce mot était sans doute déjà dépassé par l’accélération de l’Histoire ... Pour eux donc ... « l’année des progrès majeurs de la démocratie en Afrique » célébrée par un Nicolas Sarkozy triomphant aura surtout été celle de l’impuissance et de l’amertume.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......