LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Revue de presse internationale de Thomas Cluzel

4 min

Par Thomas CLUZEL

"Etant donné mon âge ... j’ai fait ce que je devais ... Je n’ai pas de regrets" ... C'était lundi dernier ... dans un entretien au journal italien IL TEMPO ... Ettore Scola annonçait sa décision de mettre un terme à sa carrière ... A 80 ans ... le réalisateur italien de "Nous nous sommes tant aimés" a jugé qu'il était temps de dire adieu au monde du cinéma ... Et de préciser ... "Je ne veux pas devenir l'une de ces vieilles dames qui mettent des talons aiguilles et du rouge à lèvres pour rester avec les jeunes" ... "A un certain stade ... il vaut mieux prendre sa retraite" ...

Alors en réalité si j'ai choisi de vous parler ce matin de la lettre d'adieu du Maestro ... et bien c'est parce qu'on attend toujours en revanche celle de l'homme qui depuis près de 20 ans maintenant occupe le premier rôle à la télévision ... et notamment pour son goût prononcé justement pour les talons aiguilles et le rouge à lèvre ... j'ai nommé Silvio Berlusconi ... Cet été deux journaux pourtant l'avaient déjà chaleureusement invité à prendre sa retraite ... Le premier le FINANCIAL TIMES avait écrit en une c'était le 15 juillet dernier : "Dans un monde idéal ... Silvio Berlusconi aurait déjà démissionné" ... Quelques jours plus tard à peine ... LA REPUBBLICA lançait à son tour un appel au Cavalière : "Berlusconi peut enfin faire quelque chose d'utile pour l'Italie : démissionner au plus vite" ... Alors depuis ... et bien depuis deux mois ont passé ... et force est de constater que le chef du gouvernement italien est toujours en place ...

Hier pourtant ... la journée ... "Une journée particulière" avait plutôt mal commencé ... La police a arrêté un proche de Silvio Berlusconi dans l'affaire du scandale sexuel impliquant la call girl Patrizia D'Addario ... Selon le parquet de Naples ... cité par l'hebdomadaire PANORAMA ... Berlusconi aurait payé cet homme pour éviter un déballage pour le moins embarrassant ... Giampaolo Tarantini c'est son nom ... jeune entrepreneur de 34 ans aurait en effet selon ses propres déclarations mis à la disposition du chef du gouvernement une trentaine de femmes ... toutes prêtes à lui accorder leurs faveurs si le besoin s’en faisait sentir ... et ce à 18 reprises lors des fameuses soirées bunga bunga données par Silvio Berlusconi entre septembre 2008 et janvier 2009 ... Seulement voilà ... alors que Tarantini affirmait en 2009que toutes ces femmes étaient payées par ses propres soins ... et que Berlusconi ignorait tout de ce marchandage ... et bien le parquet de Naples lui désormais a des doutes ... Il pense au contraire que le chef du gouvernement était bel et bien au courant ... Et que c'est précisément la raison pour laquelle Berlusconi aurait versé plus de 500 000 euros à Tarantini pour ce que celui-ci continue à dire dans son procès que le Cavaliere n’était pas au courant du fait que les jeunes femmes étaient des prostituées ...

Alors suite à ces révélations précise THE GUARDIAN ce matin ... Silvio Berlusconi s'est défendu d'avoir été victime d'une extorsion ... Il a affirmé avoir aidé Tarantini et sa famille qui se trouvaient et se trouvent dans de graves difficultés économiques ... En l'occurrence Tarantini a été arrêté hier avec son épouse dans son luxueux appartement tout près de la Via Veneto ... l'artère chic de la capitale ... Et puis l'affaire ne s'arrête pas là ... puisqu'un mandat d'arrêt a par ailleurs été délivré contre un autre homme ... Valter Lavitola ... soupçonné par la justice d'avoir joué le rôle d'intermédiaire dans ces versements entre Berlusconi et Tarantini et d'en avoir prélevé bien sûr au passage une petite partie.

Enfin petite cerise sur le gâteau ce matin ... il se trouve que dans un entretien téléphonique avec cet homme donc Valter Lavitola placé sur écoutes par la justice ... Silvio Berlusconi s'est également laissé aller à des remarques disons amères sur son pays ... Dans ses écoutes rendues publiques hier ... le président du Conseil italien déclare : «Je suis transparent ... tellement propre dans mes affaires qu’il n’y a rien qui puisse me gêner ... Je ne fais rien qui puisse être considéré comme un délit ... On peut dire de moi que je baise ... c’est la seule chose que l’on puisse dire ... Dans quelques mois je m’en vais pour m’occuper de mes oignons ailleurs ... je m’en vais de ce pays de merde qui me donne envie de vomir» ... Alors sans doute Silvio Berlusconi n'est-il pas réputé pour son langage châtié ... reste que ces paroles inimaginables de la part d’un chef d’Etat ont bel et bien été prononcées ... Et le moins qu'on puisse dire est qu'elles ne sont pas très flatteuses pour l'Italie et ses électeurs ... en somme la famille.

Alors pour terminer je vous rappellerai ce que disais justement de la famille ... le génial Nino Manfredi ... patriarche radin aigri et acariâtre chez Ettore Scola ..."La famille disait-il ... c'est comme la merde : plus c'est proche et plus ça pue ... Le titre du film ... prix de la mise en scène à Cannes en 1976 ... vous l'avez sans doute reconnu : "Affreux sales et méchants".

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......