LE DIRECT

Revue de presse internationale de Thomas Cluzel

5 min

Par Thomas CLUZEL

Alors ce matin ... j'ai choisi de vous parler d'un fait d'actualité absolument majeur ... puisque rarement une décision aura eu des conséquences aussi directement palpables sur le quotidien de l'ensemble des citoyens ... Mais alors de quoi s'agit-il ? ... Va-t-on taxer l'air que l'on respire proportionnellement à l'émotion que pourrait susciter en chacun d'entre nous ... une parade amoureuse au pays de Mickey ... ou bien ... le visage d'un enfant qui découvrirait subrepticement l'existence d'une identité homosexuelle dans un manuel scolaire .... ou pire ... la douloureuse expérience d'une multimilliardaire réduite à devoir placer ses économies dans des enveloppes en kraft crise financière oblige ? ... Et bien non rien de tout cela ... L'actualité de ce jeudi 1er septembre c'est : la disparition à partir d'aujourd'hui et dans toute l'Union Européenne des ampoules à incandescence de plus de 40 watts ... Alors ... rassurez vous ... leur utilisation ne sera pas interdite ... mais ces ampoules ne pourront plus faire l’objet d’une "mise sur le marché" ... selon le jargon de la bureaucratie ... Une mesure dont l'impact sera particulièrement ressenti notamment en Suède ... lorsque les soirées seront encore plus lugubres que d’habitude ... éclairées par la seule lumière blafarde des ampoules à faible consommation d’énergie ... D'où cette question posée par le quotidien libéral DAGENS NYHETER : mais qui a bien pu élaborer un tel changement dans nos vies quotidiennes ? ... Sans compter ... poursuit l'article qu'on est en droit de se demander s’il était judicieux d’ordonner la disparition des ampoules classiques ... pour commercialiser à la place des ampoules qui consomment moins d’énergie certes ... mais qui peuvent contenir du mercure ... un élément chimique dangereux ? ... Nul besoin d’être un expert pour voir que cette décision risque en effet de poser de nouveaux problèmes sur le plan environnemental ... Et voilà pourquoi on s’étonne précise le journal que ces décisions de première importance soient prises sans aucun débat public ... Car le sort des ampoules classiques n’a pas été scellé par les politiques ... mais par les fonctionnaires de Bruxelles ... Alors comment cela s’est-il passé ?

A la fin de l’été 2003 raconte toujours le quotidien de Stockholm ... Margot Wallström ... qui était alors commissaire européenne à l’Environnement a présenté une nouvelle directive sur l’"écoconception" .. . dans laquelle elle appelait notamment de ses vœux une loi imposant la mise en place d’éclairages moins énergivores dans l’ensemble de l’UE ... Sauf que la dite directive ne divulguait aucun détail ... Alors à l’époque ... cette proposition a reçu un accueil plutôt favorable ... Et après des négociations en conseil des ministres ... puis le vote du Parlement européen et bien la législation communautaire sur l’écoconception a donc été adoptée ... Alors jusque-là c'est vrai les politiques étaient donc parties prenantes ... Ils ont donné leur accord ... Seulement voilà ... c’est toujours sur les petites choses que ça coince ... Quel flux lumineux ... quelle puissance ... quels seuils l’UE devait-elle fixer pour les ampoules ? ... Comment devait-elle organiser l’éventuelle disparition des produits défendus ? ... Autant de questions en apparence techniques ... mais en réalité hautement politiques et qui toutes ont été confiées à un comité de fonctionnaires à Bruxelles.

Autrement dit regrette le journal ... jamais aucun débat public n'a été lancé autour de cette question ... débat qui aurait permis par exemple d’évoquer et de soupeser les avantages et les inconvénients d'un tel changement ... Or une multitude de lois ont vu le jour de la sorte en Europe ... Y compris les plus absurdes d'ailleurs ... C'est ainsi par exemple écrivait récemment DIE TAGESZEITUNG que toute banane commercialisée sur le territoire de l’Union européenne doit mesurer au minimum ... 14 centimètres de longueur et 27 millimètres d’épaisseur ... C’est en tous les cas ce que l’on peut lire dans le règlement européen sur les normes de qualité pour les bananes ... En revanche ... en revanche pour les centrales nucléaires exploitées dans l’Union ... là ... il n’existe aucune norme de sécurité commune .... Chaque pays fait exactement ce qui lui plaît ... et l’appareil communautaire d’ordinaire obnubilé par l’uniformisation apparaît soudain dépourvu de toute compétence formelle.

Alors après les ampoules ... et bien d’autres réglementations sont en attente .... Désormais les aspirateurs ... les ventilateurs ... les cafetières ... devront à leur tour recevoir le fameux label "écoconception" ... Et le quotidien de Stockholm DAGENS NYHETER de conclure ... Si l’on ne veut pas voir s'éteindre la flamme de la démocratie ... et bien il serait temps que les citoyens puissent prendre part aux décisions qui ont une incidence à la fois sur leur quotidien direct ... mais aussi sur l’avenir de l’Union.

Alors c'est là justement l'objet d'un essai ... le dernier ouvrage d'Hans Magnus Enzensberger ... qui n'a pas encore été traduit d'ailleurs en français ... sorte de pendant allemand du pamphlet de Stéphane Hessel "Indignez-vous" ... Son titre ... on pourrait le traduire ainsi : "Le doux monstre de Bruxelles" ... Alors de quoi s'agit-il ? ... Récemment la FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG avait résumé le livre ainsi ... Tandis que les peuples du monde arabe se soulèvent pour réclamer l'autodétermination et la démocratie ... l'Europe elle sombre dans la dictature ... Sa tradition démocratique est usée et ses citoyens brimés ... Qui tire les ficelles ? Où ? Et dans quel but ? Nul ne le sait ... On promulgue des lois et des règlements ... mais les habitants du Vieux Monde n'en comprennent plus les termes ... Grisée par son pouvoir réglementaire l'UE développe des caractéristiques de plus en plus autoritaires ... et est en passe de mettre ses citoyens sous tutelle en faisant fi des règles de base de sa propre constitution ... comme le montre régulièrement le traitement réservé au pacte de stabilité et de croissance.

Alors pour terminer rapidement et parce l'absurdité n'a pas de frontières ... sachez qu'au Japon une entreprise de BTP à recommandé à ses 2700 salariés une coupe de cheveux court et dégradé pour les femmes et rasé au-dessus des oreilles pour les hommes ... des coiffures “économes en électricité” ... puisqu'elles restent impeccables malgré le port du casque de protection ... Du coup pas de brushing ... c’est autant d’énergie économisée.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......