LE DIRECT

Revue de presse internationale de Thomas Cluzel

5 min

Par Thomas CLUZEL

L’une des illusions tragiques de l'espèce humaine est probablement de croire que le progrès est inéluctable ... Et pourquoi interrogeait il y a quelques jours le DAILY TELEGRAPH ? ... Et bien parce que lorsque nous regardons tout autour de nous ... nous sommes convaincus que les homos impitoyables que nous sommes sont de plus en plus sapiens ... Partout c'est vrai nous voyons désormais des Snickers glacés ... des bébés-éprouvettes ... de superbes tablettes numériques sur lesquelles nous pouvons peindre du bout des doigts et ... des valises à roulettes ... N’est-ce pas là une invention merveilleuse ? ... Fini la vieille valise que vous traîniez haletant sur les quais de la gare ... Désormais ... la vie semble même impossible sans elle ... et elle sera d'ailleurs sans nul doute rejointe d’ici peu par une foule d’autres inventions qui nous conforteront donc dans l’idée que l’histoire est une crémaillère à sens unique ... dont le cliquetis incessant nous amène au nirvana d’une fraternité d’hommes libérale ... démocratique ... et adepte du marché libre ... N’est-ce pas là ce que l’histoire nous enseigne ... que l’humanité est prise dans l’engrenage d’une ascension irréversible ? ... Et bien non ... Au contraire écrit le quotidien de Londres ... L’histoire nous enseigne que le vent peut tourner soudainement et de manière inexplicable... et que les sociétés peuvent retourner à l’obscurantisme la misère et une violence effroyable ... Regardez la Grèce : chaque jour qui passe apporte son lot de nouvelles terrifiantes ... des familles bourgeoises jadis altières font la queue pour acheter du pain ... des gens vivent dans l’angoisse parce que le gouvernement n’a plus de quoi payer les médicaments pour soigner leur cancer ... Les retraites sont revues à la baisse ... le niveau de vie dévisse ... le chômage grimpe ... et le taux de suicide est aujourd’hui le plus élevé de l’Union européenne après avoir été l’un des plus bas ... De toute évidence ... nous sommes là en train d’assister à l’humiliation économique et politique durable d’une nation toute entière ...

Or la contagion s'étend puisqu'après la Grèce ... l'Irlande ... le Portugal ... l'Espagne ... voilà que le tour de l'Italie serait arrivé ... Cela faisait des semaines que la rumeur courrait ... et ce n'est qu'à la clôture du sommet du G20 avant hier que le journal britannique a finalement brisé le tabou en révélant que l'Italie et l'Espagne étaient sur le point de bénéficier d'un plan de sauvetage européen ... Bientôt un plan de sauvetage européen pour l'Italie et l'Espagne titrait ainsi le TELEGRAPH ... après avoir appris que les dirigeants de l'UE se préparaient à annoncer un plan de 750 milliards pour les deux économies les plus menacées dans la zone euro ... A Turin LA STAMPA elle aussi faisait de même annonçant un plan de sauvetage pour l'Italie et l'Espagne ... Le GUARDIAN ajoutait même qu'on s'attendait à une annonce officielle des dirigeants de la zone euro dans les tous prochains jours ... peut-être lors de l'Eurogroupe aujourd'hui ... ou de la rencontre Monti-Merkel-Hollande-Rajoy prévu demain à Rome ... Et puis ... et puis finalement patatras ... L'Italie n'a pas besoin d'aide a fini par rétorquer à sa une le quotidien milanais CORRIERE ... reprenant les mots du premier ministre Mario Monti ... Ou plus exactement ... que la possibilité offerte par le fonds d'assistance européen d'acheter la dette souveraine d'un Etat est clairement distincte de l'idée d'un renflouement ... Sauf ... sauf que c'est là jouer sur les mots car l'Allemagne ... soucieuse du respect des règles rappellera à coup sûr que la facilité réclamée par Rome est solidement encadrée par les traités ... et qu'elle se paie de sérieuses conditions de politique économique ... En clair qu'il ne s'agit pas là d'un robinet ouvert ...

Alors bien sûr ... cette manière d'éviter à tout prix de prononcer le mot qui fâche ... “sauvetage” ... qui supposerait de nouveaux sacrifices pour le pays n'est pas sans rappeler les récentes acrobaties sémantiques du premier ministre espagnol ... une tactique qui de l'aveu du quotidien catalan EL PAIS n'a suscité que l'hilarité et les moqueries des médias étrangers qui s'en sont donné à cœur joie ... C'est ainsi par exemple raconte le courrier international que le titre du magazine TIME résumait récemment avec beaucoup d'esprit ces hésitations sémantiques : "You say Tomato" Tu dis tomate ... "I Say Bailout" je dis plan de sauvetage ... allusion bien évidemment aux paroles de la célèbre chanson américaine écrite par les deux frères Gershwin "Let's call the whole thing off" ... Car le fait est écrit encore le magazine américain que tout a été dit ... "voies de crédit" ... "prêt préférentiel" ... "aide européenne" sauf ... sauf le mot sauvetage ...

D'où la conclusion ce matin du DAILY TELEGRAPH : Entre rumeurs et démentis ... et en l’absence de résolution et de transparence j’ai bien peur que ces tourments ne perdurent ... Le meilleur moyen d’avancer écrit le journal de Londres serait de pratiquer une bissection méthodique ... entre d’un côté la zone euro historique ... et de l’autre la nouvelle zone euro à sa périphérie ... Chaque mois perdu en tergiversations retarde la perspective d’un redressement mondial ... Et les effets dévastateurs d’une cure d’austérité nous rappellent que l’histoire n’est pas une marche inéluctable vers le progrès et la connaissance ... Les civilisations elles aussi peuvent s’effondrer … Décidément non … ne croyez pas que l’âge des ténèbres est derrière nous ... Car les choses les plus simples sont aussi parfois les plus difficiles à concevoir ... Songez que nous sommes arrivés à envoyer un homme sur la Lune près de 35 années avant d’inventer la fameuse valise à roulettes.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......