LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Revue de presse internationale de Thomas Cluzel

5 min

Par Thomas CLUZEL

A partir de quand déclare-t-on une guerre civile ouverte ? … Mille morts ? … Deux mille ? … Dix mille ? … En Syrie … la «pré-guerre civile» en cours écrit l’éditorialiste du TEMPS de Genève a déjà fait près de 12 000 morts en un peu plus d’un an … dont 800 depuis que le cessez-le-feu théorique est entré en vigueur … c’était le 12 avril dernier ... Or hier encore ... l'explosion d'une bombe au passage d'un convoi de l'ONU a fait 10 blessés ... et 11 personnes ont par ailleurs trouvé la mort dans le reste du pays ...

À la nuit tombante ... les rues de la capitale se vident désormais peu à peu de toute forme humaine ... peut-on lire ce matin dans les colonnes du journal libanais L'ORIENT LE JOUR ... Prémices de longues nuits blanches ... le déclenchement des explosions et le crépitement des balles caractérisent à présent le quotidien des habitants de la capitale ... Car si les troubles qui ont secoué le pays l’an dernier pendant des mois ont longtemps épargné Damas ... y compris lorsque les manifestations populaires ont dégénéré en affrontements armés ... aujourd’hui ... la vie des Damascènes a bel et bien changé ... La fièvre des combats gagne désormais les foyers ... et le malaise est plus que jamais tangible ...

Partout les mêmes témoignages terrifiants ... la volonté délibérée de terroriser les habitants ... des actes de représailles visant à venger les actions des rebelles ... Rondes punitives ... maisons brûlées ... exécutions sommaires ... Les soldats signent leur passage de graffitis : «Bachar ou la mort pour tous» ... «Si vous résistez on reviendra plus forts encore» ...

La chronique du carnage syrien vous accable interroge à nouveau le journal LE TEMPS ? ... Et bien au moment où la Syrie glisse dans une guerre civile qui ne dit pas son nom ... et à laquelle il est peu probable que le plan de Annan mette un terme il est bon de se plonger dans le journal d’une romancière syrienne ... l’une des plus importantes de sa génération ... Samar Yazbek aujourd'hui exilée en France et qui dans un livre bouleversant ... Feux croisées raconte les premières heures de la contestation ...C’était l’époque des rassemblements de masse guidés par une revendication limpide : la dignité ... A cette époque ... la militarisation de la révolte et le grand jeu diplomatique n’avaient pas encore compliqué la donne ... Horrifiée par les récits de tueries qui lui parviennent ... et méfiante à l’égard de la propagande du régime qui impute ces violences à des bandes armées» ... Samar Yazbek descend sur le terrain ... Elle y croise le regard haineux des nervis du régime ... qu’elle reconnaît immanquablement à la pesanteur de leur corps ... découvre les barrages militaires et les francs-tireurs sur les toits ... stigmates d’une armée d’occupation qui arrose de munitions le moindre rassemblement populaire ... Les insurgés n’auront pas d’état de grâce ... la répression leur interdisant de savourer leur audace ...

Alors aujourd'hui chacun le sait le temps presse ... Et pourtant ... Et pourtant les mesures prises tant par les Etats-Unis que l'Union européenne à l'encontre de Damas ne parviendront pas à faire tomber le régime syrien ... regrette avec amertume un éditorialiste libanais ... Il y a cinq ans déjà ... un certain Kim Jong Il ... dictateur de son état avait été privé de caviar ... de truffes et de vins d'importation par la grâce des sanctions européennes ... Et inutile de préciser qu'il a survécu sans trop de mal à cette cruelle épreuve ... de même que son odieux régime aujourd'hui incarné par son rejeton ... Or c'est à nouveau l'exportation de produits de luxe ... cette fois vers la Syrie que l'Union européenne a choisi d'interdire il y a quelques semaines à peine ... Et bien là aussi poursuit l'éditorialiste ... il est bien peu probable que la pénurie de sacs Vuitton ... de robes Dior et de montres Cartier ait quelque heureux effet sur le déroulement de la crise syrienne ... Car dans les palais présidentiels ... on ne se résignera pas à manger des biscuits faute de pain ...

Et puisque l'on est en pleine extravagance ... que dire encore de cette mission confiée à ces observateurs de l'ONU que l'on envoie désarmés ... et en nombre ridiculement restreint dans une Syrie où chaque ville est le théâtre d'une effroyable répression à l'artillerie lourde ? ... Ce ne sont pas 300 observateurs mais dix fois ... vingt fois plus qu'il eût fallu pour en faire des témoins crédibles ... pour contraindre le régime à honorer ses engagements à faire taire le canon ... à retirer ses troupes ... à libérer les milliers de détenus politiques ... sous peine de le dénoncer auprès des mêmes Nations unies qui ont jeté ces observateurs dans le chaudron syrien ... Voilà pourquoi et dans de telles conditions conclue l'article ... attendre des miracles du plan de sortie de crise de Kofi Annan paraît relever de l'angélisme ...

D'où ce commentaire de son confrère britannique THE GUARDIAN : Les Etats de l'OTAN doivent intervenir avec fermeté ... L'absurdité de l'argument de non-intervention selon lequel une intervention directe de l'Occident entraînerait une propagation du conflit a généré d'énormes manquements ... Aujourd'hui la Syrie brûle et l'incendie s'étend déjà … Tous les scénarii catastrophe restent dangereux ... préoccupants et imprévisibles ... Mais chaque journée de combat qui passe rend de plus en plus probable leur réalisation ...

Beaucoup d’interrogations … beaucoup d’inquiétudes donc … mais aussi une certitude conclue le journal de Beyrouth L’ORIENT LE JOUR … Quels que soient les aléas … les rebondissements … les inévitables divisions … trop de sang a été versé pour que Bachar el-Assad puisse y survivre ... Et l’heure venue … ce sera cette fois-ci à la rébellion et à la société civile qui la nourrit de prouver que tout est encore possible … et que le printemps n’annonce pas nécessairement l’automne de tous les gâchis.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......