LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Revue de presse internationale de Thomas Cluzel

5 min

Par Thomas CLUZEL

« Je m’adresse aux jeunes qui doivent prendre le témoin car ma génération a fait son temps … L’heure de la retraite a sonné pour les anciens … Nous n’avons plus les forces pour continuer ... Le pays est entre vos mains … prenez en soin ... Voilà ce qu’a déclaré hier … le Président algérien Bouteflika à l'occasion de la commémoration des massacres du 8 mai 1945 à Sétif ...

D’où cette question soulevée ce matin par LA NOUVELLE REPUBLIQUE d’Alger : était-ce là le discours d’adieu du président ? … Alors en croire la presse algérienne il n'en est rien ... L’objectif de Bouteflika et du cortège de figurants qui l’accompagnaient dans cette mise en scène macabre écrit le journal LE MATIN était évidemment ailleurs ... Mais alors de quoi pouvait bien parler Bouteflika dans ce discours à la fois grave et émouvant ? ... Réponse ... Bouteflika avait besoin d'une foule décorative ... pour vendre l'image d’une population enthousiaste devant un président faisant l’éloge de l’acte patriotique par excellence : voter ... Car demain ... jeudi se tiendront en effet en Algérie des élections législatives ... que tout le monde promet de boycotter ... Alors que certains partis estiment que le niveau de participation sera appréciable ... et même supérieur à celui de 2007 ... les politologues eux tablent sur un taux de participation de moins de 20% ... Or le président Bouteflika et son Premier ministre voulaient faire de ce scrutin un "printemps arabe sans le désordre" ... Et le problème ... et bien c'est qu'il risque surtout de révéler la défiance des citoyens pour leurs élites politiques ... Le message du président hier était donc celui-ci : Votez pour qui vous voulez ... mais votez ! ...

Et pourtant précise son confrère de L'EXPRESSION ... c'est vrai qu'il n'est pas franchement dans les habitudes du chef de l'Etat de haranguer ainsi les foules pour aller voter pour telle ou telle formation politique ... ou pour tel ou tel député ... Sauf ... sauf qu'il en va cette fois-ci de la crédibilité même du pays ... Les résultats qui seront issus des élections en matière de participation ... c'est à dire d’adhésion populaire aux règles du jeu seront en effet déterminants quant aux appréciations des pays occidentaux sur la légitimité intérieure du régime en place ... Et voilà pourquoi le président donc ... craignant un désaveu humiliant par une démobilisation générale aurait ... ni plus ni moins profité de la commémoration d'hier pour mettre en œuvre une propagande populiste ...

Depuis des semaines en réalité ... les ministres de la République ... au mépris de toute déontologie sont en campagne pour la participation renchérit LE SOIR ... Chacun à leur manière ... ils tentent de mobiliser un électorat potentiel qui a affiché une indifférence inédite à la campagne électorale ... Et en la matière tous les moyens sont bons ... vaines promesses ou culpabilisation ... Il faut dire qu'il y va de la crédibilité de la consultation ... et au-delà ... du pouvoir qui ne cesse de donner des gages d’honnêteté ... L’Algérie a en effet ouvert grandes ses portes aux observateurs étrangers ... adopté des urnes transparentes ... et même impliqué directement les magistrats pour balayer tout soupçon qui pourraient entacher ces législatives ...

Sauf que la réalité que Bouteflika ne veut pas voir reprend l'éditorialiste du MATIN ... c’est que la rupture du peuple avec le pouvoir et sa perte de confiance en lui est consommée depuis déjà plus de deux décennies ... ce qui donnent bien évidemment aux dernières gesticulations du président quelque chose de donquichottesque ... et qui ne peuvent que le couvrir de ridicule ...

Je suis rentré d'Algérie il y a une semaine ... et à l'évidence les Algériens sont fatigués confie pour sa part l'écrivain Yasmina Khadra dans un entretien accordé au site d'information SLATE AFRIQUE ... Ils ne croient plus en rien dit-il ... Les candidats aux législatives sont d'illustres inconnus ... Leurs discours sont creux et ils n'ont pas plus de programmes que de crédibilité ... Et d'ajouter la pseudo-démocratie ne nous a porté que du vent ... le vent funeste de la corruption ... du népotisme ... du trafic d'influence et des incertitudes ... Voilà pourquoi le déficit de confiance a atteint aujourd'hui les abysses du renoncement ... Alors bien sûr il existe encore des foyers de résistances ... des franges sociales hostiles à l'obscurantisme et au totalitarisme idéologique ... mais elles sont disloquées dit-il ... poussées dans leurs derniers retranchements ... Les bonnes volontés sont chahutées ... découragées ... et les forces vives de la nation s'épuisent d'expectative intenable et d'encanaillement ...

D'où ce titre donc à la une de L'EXPRESSION à Alger : Demain s'ouvriront près de 7000 bureaux de vote pour recevoir d'éventuels électeurs ... Les quelque 21 millions d'électeurs que d'aucuns diraient peu enthousiastes ... voire qu'ils ont la tête ailleurs auront pourtant l'embarras du choix face aux 44 partis et listes d'indépendants en lice ... Sauf que la pléthore de partis présentée comme un signe d’ouverture aura eu tout l’effet contraire ... Au lendemain de cette consultation poursuit l'article ... les Algériens risquent surtout de découvrir une Assemblée mosaïque ... où les rapports de force ne seront pas évidents ... Et le journal encore d'interroger : Les députés qui y siégeront auront-ils pour autant plus de légitimité que ceux ayant siégé les cinq dernières années ? ... Pour le savoir dit-il ... rendez-vous au lendemain de la consultation mais d'ores et déjà ... le réveil risque d’être dur …

Même constat pour son confrère du SOIR ... Nous avons toujours eu à choisir dit-il entre la peste et le choléra ... Et en l’absence de toute autre perspective telle que l’installation par exemple d’un pouvoir démocratique ... et bien le choléra a toujours remporté notre adhésion parce qu’il reste plus supportable que la peste ironise le journal avant d'ajouter ... mais nous y voilà : demain le choléra peut encore être vaincu par la peste ... même s'il a plus d'un tour dans son sac : nul doute qu'une fois de plus ... il s’alliera à la peste comme il l’a si bien fait durant ces dernières années … Ainsi nous aurons la peste et ... le choléra ... Unis ils ne feront qu’une bouchée de nos pauvres corps harassés ... déglingués ... ratatinés ... éreintés par tant d’épidémies … Mais tant pis conclue le journal ... car on aura quand même l’occasion de bien rigoler demain avec la propagation foudroyante d’une épidémie qui ferait pâlir et la peste et le choléra justement ... j'ai nommé : la «boycottite» !

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......