LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Revue de presse internationale de Thomas Cluzel

5 min

Par Thomas CLUZEL

Sur la première photo ... on le voit allongé dans un canapé une couverture sur lui … A l’époque il faisait la grève de la faim pour obtenir des élections anticipées ... Sur la deuxième ... il se gratte le nez et a l'air à l’évidence encore plus ridicule ... Enfin sur la troisième photo … là on le voit habillé d'un tee-shirt à l'effigie d’un leader ultranationaliste jugé aujourd’hui à La Haye pour crimes de guerre … Et c'est cet homme qui veut gouverner la Serbie interroge le journal de Zagreb JUTARNJI LIST ? … Tomislav Nikolic … c’est son nom … chef de l’opposition nationaliste serbe se présentera en effet dimanche à l’élection présidentielle … Alors ici tout le monde le connaît … et pour cause c’est la troisième fois qu’il entend briguer la magistrature suprême … Sauf que cette fois-ci … l’homme à la stature imposante … cheveux gris coiffés en brosse et visage carré … surnommé le fossoyeur a décidé de changer son discours … Sans abandonner la rhétorique populiste … lui qui s’était présenté pendant des années comme un ultranationaliste a choisi cette année de retourner sa veste pour offrir le visage recentré d’un parti conservateur et pro-européen ... D’où ces photos donc distribués ces derniers jours par ses opposants ... les militants du Parti Démocrate ... et destinées à rappeler ses diatribes d’autrefois contre l’UE … Idem d’ailleurs sur le petit écran où là encore ses anciennes déclarations belliqueuses défilent avec celles d’aujourd’hui affirmant que la Serbie n’a pas d’avenir sans Bruxelles … Au total … le parti au pouvoir aurait dit on investi 1,5 million d'euros dans cette campagne visuelle contre Nikolic ... Car même si la plupart des analystes considèrent que les campagnes négatives nuisent généralement à celui qui les mène ... et bien les conseillers en communication du président sortant Boris Tadic eux ne partagent pas visiblement ce point de vue ... En 2008 leur candidat avait gagné d'un cheveu contre Nikolic ... Or cette année la course à la présidentielle s’annonce encore plus incertaine ...

Alors à l'inverse de la campagne menée contre son principal adversaire ... le président sortant candidat à sa propre réélection apparait lui comme un homme sachant tout faire ... Ainsi dans ces spots télé de campagne ... on le voit tantôt conduire un tracteur ... tantôt grimper coiffé d’un casque jaune sur un échafaudage de chantier ... ou bien encore inspecter une usine propre et moderne ... Mais sera-ce suffisant ? ... Tous les récents sondages annoncent une bataille acharnée ... D’autant que selon une étude récente un tiers des jeunes de moins de 35 ans afficheraient aujourd’hui des tendances racistes et nationalistes … Il est évident écrit toujours le journal de Zagreb que les mouvements extrémistes et la violence des ultras du foot notamment ont bel et bien une base sociale … nourrit depuis 3 ans maintenant par la récession économique : la Serbie a perdu 400 000 emplois … le salaire moyen y est de 370 euros … et la pension de retraite d’à peine 200 ... Et même si les démocrates de Boris Tadic ... au pouvoir depuis la chute du régime Milosevic se persuadent qu’en temps de crise … les gens optent avant tout pour la stabilité … et bien rien ne dit qu’il remporteront à nouveau la partie après 12 années passées à la tête du pays …

Les Serbes déconcertés à l’approche des élections générales titre d'ailleurs ce matin LE TEMPS en Suisse ... Car en effet ce dimanche les électeurs ne devront pas seulement se choisir un président ... mais ils voteront également pour les législatives ... et les municipales ... D'où ce titre hier en une de l’hebdomadaire serbe VREME : 50 000 candidats et des citoyens qui ne savent pas pour qui voter ... Au total 12 candidats sont en lice pour la présidentielle ... et pas moins de 18 listes s’affrontent pour les parlementaires ... Voilà pourquoi et plus encore sans doute qu'à l'habitude reprend LE TEMPS de Genève ... l’abstention traditionnellement élevée en Serbie risque d’être la réponse de ces électeurs désemparés face à une offre politique pléthorique ... Quand Boris Tadic martèle son credo : intégration européenne et défense du Kosovo ... Tomislav Nikolic lui assure que la Serbie ne rentrera pas dans l’UE sans le Kosovo ... Mais ces figures rhétoriques habituelles ne convainquent plus grand monde poursuit l'article ... à l'instar de cette jeune belgradoise interrogée par le correspondant du journal ... Depuis la fin de ses études Natalia survit en accumulant des petits boulots provisoires et pense même à quitter son pays pour pouvoir enfin mener une vie normale ... Nous sommes fatigués dit-elle de la rhétorique et des grands discours sur l’avenir de la nation ... Les Serbes ont envie d’entendre des propositions concrètes ... Quoi qu'il en soit ... elle a déjà fait son choix pour dimanche prochain : elle mettra un bulletin nul dans l’urne ... barré d’une grande croix précise-t-elle pour que personne ne puisse voler mon vote ...

Je n’arrive plus à m’y retrouver dans cette déferlante de clips électoraux aussi dérisoires que vides ... renchérit de son côté l’éditorialiste du journal de Belgrade DANAS ... dans cet article publié ce matin sur le site du courrier international … On nous promet tout … rien que des belles choses … des montagnes … des avions … des camions et même des millions ... Mais la réalité est totalement absente de la campagne … Qui aura le courage de dire aux électeurs qu’on va devoir faire face à sept années de disette ? … Nos hommes politiques restent fidèles à la recette éprouvée : plus on promet de choses infaisables et mieux c’est ... Cette année poursuit l'article ... tout le monde et surtout n’importe qui a posé sa candidature à la présidentielle : un mufti … un médecin … même la minorité hongroise a son propre candidat ... Et tous comptent tous s’installer au palais présidentiel ... La stratégie générale est claire : disperser les voix au maximum au premier tour ... pour se placer en bonne position pour la suite ... Chaque voix compte … et le soutien au second tour se paie … En 2008 déjà c’était pareil … Les perdants se contenteront de postes haut placés dans l’administration ... la justice ou les ministères … Bref conclue l’éditorialiste désabusé : cette année encore … on s’arrangera.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......