LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Revue de presse internationale de Thomas Cluzel

5 min

Par Thomas CLUZEL

L'élite chinoise s'agite après l'éviction de son étoile montante ... Le titre barre ce matin la une de la version globale du NEW YORK TIMES ... Le Parti Communiste au pouvoir cherche à resserrer les rangs ... après l'annonce d'un nouveau scandale menaçant de mettre à nu la corruption parmi les membres les plus élevés du parti ... Hier le QUOTIDIEN DU PEUPLE a en effet publié un commentaire ordonnant à ses membres d'unifier ses pensées ...

Mais alors que s'est-il donc passé ? Mardi en fin de journée … les sites des réseaux sociaux chinois ont littéralement explosé précise son confrère du WALL STREET JOURNAL … lorsque les médias officiels ont annoncé que Bo Xilai … le chef déchu du PC de Chongqing avait été démis de ses fonctions au sein du Parti … et que son épouse était par ailleurs soupçonnée d'être impliquée dans la mort d'un homme d'affaires britannique … Il faut dire que tout le monde ... et tout particulièrement la communauté des internautes s’attendait à ce qu'une annonce soit faite à la télévision d'Etat à une heure de grande écoute … dans le journal de 19 heures … Sauf que la nouvelle n'a finalement pas été communiquée lors de ces informations ... "Comme il fallait s'y attendre : il est 19 heures et tout est harmonie" s'est notamment lamenté … ironique un internaute … Alors l’information a finalement été rapportée par l’agence de presse officielle mais à 23heures … Et depuis ... et bien Pékin fait pression sur tous les sites de micro blogging pour qu'ils s'efforcent d’interdire les commentaires en ligne … Même des posts relativement inoffensifs ont apparemment suscité l'ire des cerbères ... dont l'un issu du quotidien de Canton le SOUTHERN METROPOLIS DAILY qui affichait simplement une photo de Bo Xilai … tête baissée accompagnée de la mention : "Au revoir, tout le monde."

Il faut dire précise toujours le WALL STREET JOURNAL … qu’il s’agit là de la crise politique la plus grave que connaît Pékin depuis la répression militaire des manifestations de la place Tiananmen … Alors de quoi s'agit-il ? ... Petit rappel des faits ... avec pour commencer ce portrait signé du FINANCIAL TIMES en 2010 et republié sur le site du courrier international ... A l'époque ... Bo Xilai ... fils d’un héros de la révolution ... étoile montante du parti était secrétaire du PC de Chongqing ... la quatrième ­agglomération du pays ... avec tout de même 31 millions d’habitants ... et depuis plusieurs mois déjà il faisait les gros titres des journaux avec sa croisade contre le crime organisé ... une campagne féroce ... puisqu'ayant entraîné plus de 3 000 arrestations ... M. Bo comme on l'appelle avait en effet réussi à mettre au jour les liens entre les cadres locaux du Parti ... et les milieux mafieux de la province ... Or sa croisade commençait à susciter un peu partout des appels à étendre au reste du pays ... la chasse aux criminels et aux corrompus de sorte que ses coups d’éclat auraient pu même lancer la campagne de 2012 pour le renouvellement du Bureau politique ... le saint des saints du Parti programmé en octobre prochain ... Mieux encore ... selon un professeur de l’Université de Singapour ... interrogé toujours dans les colonnes du journal britannique ... Bo Xilai jouissait à l'époque d’une telle popularité que les 3 000 délégués du Parti étaient prêts à l’élire président sur-le-champ ... “C’est un véritable phénomène ... comme le phénomène Obama en 2008 ... Et le professeur de préciser donc déjà en 2010 ... aujourd’hui en Chine tout le monde ne parle que de Bo Xilai” ...

Et puis ... et puis en février dernier ... la carrière de Monsieur Bo a commencé donc à battre de l'aile ... lorsque des blogueurs ont révélé que son bras droit ... après avoir été démis de ses fonctions avait directement filé au consulat des Etats-Unis ... Or c'est à cette occasion précise ce matin le NEW YORK TIMES qu'il aurait accusé donc l'épouse de Bo Xilai d'avoir organiser l'assassinat d'un homme d'affaire britannique ... mais aussi révélé aux diplomates américains une mine d'information sur les luttes internes du Parti au plus haut niveau et dénoncé notamment les malversations supposées de Bo Xilai ...

Alors c'est vrai qu'avec le temps ... la campagne anti-mafia de Monsieur Bo ... très appréciée de la population a été passée au peigne fin ... et il s'est avéré selon le CHRISTIAN SCIENCE MONITOR qu'elle avait servi essentiellement à masquer une offensive ... contre les entrepreneurs privés ... dont les profits étaient réinjectés dans les sociétés d'Etat ... Mais plus encore ... c'est surtout le style à la fois flamboyant et arrogant ... parfois qualifié de populiste de Bo Xilai ... et ses ambitions politiques assumées qui lui ont causé du tort poursuit le journal américain ... Il avait le don d'irriter ses futurs collègues ... inquiets de la manière dont il se comporterait s'il accédait au comité permanent du bureau politique ... et inquiets surtout qu'il ne lance une vaste opération de lutte contre la corruption au comité permanent ...

Et voilà comment le charismatique Bo promis à un brillant avenir a vu sa carrière donc stoppée nette mardi dernier ... Le prince rouge de Chongqing ... pressenti il y a peu pour rejoindre la poignée de hiérarques qui dirige le pays se retrouve à présent non seulement ... rayé des cadres mais aussi sous le coup d'une enquête ... Et son épouse donc serait par ailleurs compromise on l'a appris hier ... dans la mort d'un hommes d'affaires britannique ... Alors selon le GLOBAL TIMES la version anglophone du journal officiel ...la décision du Parti contre Bo souligne que personne n’est au-dessus des lois en Chine ... et que les abus de pouvoir ne sont pas autorisés quelle que soit votre position hiérarchique ...

En réalité ... tout ceci n'est surtout que le début de grandes luttes de pouvoir présume pour sa part le quotidien de centre-gauche madrilène EL PAIS ... Les différents camps qui se font concurrence en Chine ont aujourd'hui des visions totalement différentes de l'avenir du pays ... Et même s'il est pratiquement acquis que lors du changement de pouvoir en octobre ... ce qu'on appelle la cinquième génération prendra les rênes ... et bien le limogeage de Bo montre clairement que des luttes intestines vont encore battre leur plein pendant des mois.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......