LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Revue de presse internationale de Thomas Cluzel

5 min

Par Thomas CLUZEL

Souvenez-vous … il n’est pas si loin le temps où certains … lorsqu’il s’agissait d’évoquer l’Internet … se contentaient généralement d’employer l’image du fameux gros tuyau … sorte de vaste système de canalisation mondiale dernier cri à l’intérieur duquel on imaginait ainsi les informations courir les unes après les autres avec leurs dossiers sous le bras à la recherche d’un destinataire potentiel … Et bien … honte aujourd’hui à tous ceux qui se moquaient alors de cette facilité pédagogique puisque l’incident survenu en début de semaine au large des côtes kenyanes prouve qu’ils n’étaient pas si loin de la vérité …

Lundi dernier … le site de la BBC nous apprenait en effet qu’un navire croisant au large de Mombasa avait sectionné avec son ancre un câble de fibre optique sous marin … provoquant aussitôt l’interruption des connexions de milliers d’internautes de l’Afrique de l’Est … Et oui car le fameux câble devenu opérationnel en 2009 … mesure tout de même 4 500 kilomètres … et longe la côte des Emirats arabes unis jusqu’au Kenya … Alors pour être tout à fait exacte toutes les connexions n’ont pas été interrompues … Teams ... l'n des trois câbles sous-marins qui approvisionnent l'Afrique de l'Est en internet à haut débit ne fonctionne aujourd'hui qu'à 5 ou 10 % de sa capacité ... de sorte que depuis lundi le trafic dans la région a été ralenti d'environ 20 % dans de très nombreux pays … du Kenya au Burundi … en passant par le Rwanda et la Tanzanie …

Alors ce n'est pas non plus la première fois que des ruptures de câbles entraînent d'importantes baisses de trafic ... En janvier 2008 par exemple ... deux câbles sous-marins, qui assurent l'essentiel du trafic Internet entre l'Europe et l'Asie avaient été sectionnés en mer Méditerranée ... Et à l'époque plus de 70 % des connexions Internet tout de même avaient été aussitôt interrompues en Egypte et 50% en Inde ...

D'où ce commentaire à lire dans les pages du quotidien britannique THE GUARDIAN ... Autant la vieille théorie selon laquelle le battement d'aile d'un papillon pourrait provoquer un ouragan de l'autre côté de la planète est sans doute un peu tirée par les cheveux ... autant il apparait aujourd'hui douloureusement évident écrit le journaliste qu'un navire jetant son ancre puisse aussitôt perturber la vie de millions de personnes ...

Alors qui y a-t-il dans le fameux tuyau ? ... Les câbles à fibres optiques sont composés d'environ quatre fils ... chacun du diamètre d'un cheveu et capables de transporter des millions de coups de téléphone et de connexions simultanément ... Ils sont bien entendu protégés par une armure d'acier très épais ...Reste précise un spécialiste toujours dans les colonnes du journal britannique que cet incident révèle bien la fragilité de l'infrastructure pour l'accès à l'Internet en Afrique ... Car même si l''arrivée de deux nouveaux câbles sous-marins a sans aucun doute marqué une étape importante dans le développement du web en Afrique ... tous les obstacles à sa démocratisation sont loin d'être levés ... De l'explosion d'Internet à la fin des années 1990 à nos jours ... l'Afrique accuse toujours un important retard par rapport aux autres continents ... A l'intérieur des terres notamment les disparités demeurent considérables ... Ainsi au Liberia par exemple ... seul 0,5 % de la population se connecte aujourd'hui à Internet ... Le taux de pénétration moyen d'Internet en Afrique est estimé actuellement à 13,5 % ... alors que la moyenne mondiale est de 33 % ...

La fracture numérique qui handicape les pays d'Afrique est donc loin d'être réduite ... même si c'est vrai des investissements gigantesques devraient permettre à terme de multiplier la bande passante disponible ... c'est-à-dire la possibilité d'échanger des informations avec le réseau mondial ... Et puis au-delà du réseau disponible ... Internet y est toujours cher ... voire extrêmement cher ... Plus cher qu'en Asie ... Plus cher même qu'aux Etats-Unis ou en Europe ... Le prix de l'Internet en Afrique est tout simplement l'un des plus élevés du monde ... Il bat même tous les records quand on le rapporte au niveau de vie des populations ... Le site JEUNE AFRIQUE par exemple précise que l'abonnement mensuel haut débit est facturé aux particuliers 114 euros au Burkina Faso et en Côte d'Ivoire ... environ 130 euros au Bénin ... et plus de 150 euros au Cameroun ... Selon l’hebdomadaire britannique The Economist ... à Freetown ... capitale du Sierra Leone... l’absence de fibre optique oblige notamment les utilisateurs à se servir de l’unique bande passante fournie par une compagnie indienne de téléphonie mobile .... Or cette rareté fait que le prix de la connexion est 25 fois plus élevé qu’en Amérique ... Et non seulement la connexion est plus chère ... mais elle est qui plus est de moindre qualité ... Dans les cybercafés ... les pages Web chargent d’une manière atrocement léthargique écrit le journal ... Alors bien sûr ... ceux qui souhaitent avoir accès à une meilleure connexion peuvent s’offrir les services d'une technologie par satellite ... Sauf qu'elle coûte plus de 5.500 euros par mois ... Elle reste donc le privilège des ambassades ... des banques et des compagnies minières ... A titre de comparaison ... dans des pays comme en France ... il est possible d’avoir une connexion haut débit 20 fois plus rapide mais … 250 fois moins chère ...

Alors que l'on se rassure ... cette fracture numérique devrait nous dit-on se résorber en 2012 ... Des câbles sous marin qui doivent permettre l'accès à la fibre optique sont en train d’être installés en Afrique de l’Ouest ... Gageons en revanche qu'un navire ne vienne pas à nouveau sanctionner le tuyau et empêcher ainsi de faire reculer le désert numérique.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......