LE DIRECT

Revue de presse internationale de Thomas Cluzel

5 min

Par Thomas CLUZEL

Hier mercredi 18 janvier … vous ne l’avez sans doute pas remarqué … chanceux francophones que vous êtes … et pourtant … et pourtant le monde libre s’est brusquement mis à trembler … Et oui rendez-vous compte … pour des millions d’internautes anglophones … l’encyclopédie en ligne Wikipédia a soudain disparu de leur écran … 24h durant … Le black out total … En moins d’un click qu’il ne faut pour le dire … toute une congrégation de la communauté en ligne s’est ainsi retrouvée ... privée de sa première source d’information … Mais … Thanks God … Dieu soit loué c’était sans compter l’intervention providentielle du quotidien britannique THE GUARDIAN … lequel s’est aussitôt mobiliser pour pallier l’inaccessibilité du site … dans une opération ambitieuse intitulé Guardipedia … Le journal a en effet chargé l’un de ses journalistes … le jeune et courageux Patrick Kingsley de répondre toute la journée durant donc aux questions des internautes … Alors comment ? me direz vous … et bien grâce à une sorte de gros livre avec des pages en papier à l’intérieur et appelé : l’encyclopédie britannique … Alors la bonne nouvelle confiait hier le super héros avant de s’attaquer à sa mission … c’est que j’ai trouvé les 29 volumes de la dite encyclopédie à la bibliothèque de l’étage … et je vais donc pouvoir répondre à vos questions … En revanche ... elle date de 1989 … autant dire que si vous me demandez quel tatouage est représenté dans le coup de Megan Fox je ne pourrai pas vous répondre … Toute la journée d’hier … les internautes ont ainsi bombardé de questions ce pauvre Patrick … Ca a commencé avec : qui a tué JFK ? ... Après 13 minutes Patrick donnera finalement sa réponse tout en précisant … Voilà j’espère que ça va vous aider … Et si vous voulez en savoir plus … alors reportez vous à la page 501 ... du 12ème volume ... de la 15ème édition de l’Encyclopédie britannique … 10 minutes plus tard ... nouvelle épreuve : pourriez vous me lister les œuvres complètes de Charles Dickens dans un format pratique à copier coller ? ... Réponse aussitôt de Super Patrick : j’y travaille … j’y travaille les gars … bougez pas … Et ainsi de suite donc toute la journée …

Alors l'expérience du GUARDIAN bien entendu prête à sourire ... Le problème ... c'est que les raisons du black out du Wikipédia anglophone ... elles ... sont nettement drôles ... Car si le site a fermé temporairement hier ... c'est en réalité pour protester contre deux projets de loi présentés au Congrès américain destinés officiellement à combattre le piratage en ligne ... Deux propositions ... qui ont d'ailleurs reçu le soutien à la fois de Hollywood ... de l’industrie musicale ... et de la Chambre de commerce américaine ... Sauf ... sauf que plusieurs pionniers de l’internet ... comme Wikipédia ... mais aussi les fondateurs d’eBay ... Google ... Twitter ... Yahoo ... estiment eux que ces propositions à l’étude donneraient au gouvernement américain le pouvoir de censurer l’internet ... en utilisant des procédures similaires à celles employées par la Chine ... ou l’Iran ... C'est du moins ... ce qu'ils avaient signifié dans une lettre ouverte dès le mois dernier ... Alors la Maison Blanche s’est désolidarisée ce week-end des projets de loi examinés par le Congrès ... précise LE TEMPS en Suisse ... Mais le malaise reste entier ...

Dans un article publié sur le site du courrier international ce matin ... le quotidien canadien NATIONAL POST écrit : L'objectif de cette nouvelle législation est certes louable ... lutter contre la piraterie sur Internet ... Seulement voilà les Etats-Unis disposent déjà d'un arsenal contraignant de lois ... Par conséquent ces nouveaux projets sont complètement inutiles ... Pire ... ils représentent écrit le journal ... une grave menace pour Internet tel que nous le connaissons ... Non seulement ces deux lois obligeraient en effet les opérateurs de sites américains à passer en revue le moindre contenu produit par les utilisateurs sur leurs sites ... mais en outre elles permettraient aux détenteurs de copyright de forcer les sociétés en ligne à bloquer l'accès à des sites étrangers soupçonnés d'avoir violé les lois américaines sur la propriété intellectuelle ... Ainsi ... des décisions de justice pourraient par exemple servir à empêcher des moteurs de recherche comme Google à fournir des liens vers certains contenus ... Mais il y a plus inquiétant encore poursuit l'article ... puisque ces lois conféreraient au gouvernement américain l'autorité directe ... lui permettant de bloquer des domaines entiers et des séries d'adresses IP ... Autrement dit ... ces lois offriraient aux autorités américaines la possibilité d'employer les mêmes méthodes que les régimes autoritaires chinois ou iranien utilisent pour organiser la censure et la répression sur leur territoire ... Sans compter ... petite ironie de l'histoire ... que ces textes banniraient également l'usage de technologies dont se servent aujourd'hui les dissidents étrangers pour échapper à la censure ... et dont certaines ont été développées par le gouvernement américain lui même ...

Wikipédia défend en somme la liberté d'expression ... écrit pour sa part le journal suédois SVENSKA DAGBLADET ... Pour être sûr de rester dans la légalité dit-il ... il faudra vérifier à l'avance les contenus ... c'est-à-dire exercer la censure plutôt que de supprimer après coup comme c'était le cas jusqu'à maintenant ... Or pour les sites Internet dont le contenu est rédigé par les utilisateurs eux mêmes ... tels que Wikipédia ou Facebook ... et bien cela pourrait avoir des conséquences désastreuses … Le risque c'est bien entendu que le projet de loi limite la liberté d'expression ... Alors c'est vrai admet le journal ... les droits d'auteur sont une question importante ... mais la solution proposée par le Congrès américain est une proposition erronée ...

A son tour ... le NATIONAL POST ne dit pas autre chose : Le débat fait clairement apparaître un fossé entre anciens et nouveaux médias ... D'un côté ... nous avons les opposants à la loi parmi lesquels figurent les sociétés nées ... avec Internet ... Google ... Yahoo ... Facebook ... Wikipedia ... Et de l'autre ... des dinosaures comme l'industrie du disque et du cinéma qui peinent à s'adapter aux nouvelles réalités d'Internet ... et préfèrent appeler le gouvernement à l'aide plutôt que d'imaginer des solutions innovantes susceptibles de plaire aux consommateurs modernes.

Partout dans le monde ... nous voyons le développement de lois visant à réguler l’internet qui heurtent nos libertés sur le web ... Or nous voulons que l’internet reste libre et ouvert ... partout dans le monde ... et pour tout le monde ... Comme dirait l'autre : "En souvenir du futur".

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......