LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Revue de presse internationale de Thomas Cluzel du 26/04/11

5 min

Par Thomas CLUZEL

Alors je vous invite à aller ce matin sur le site du journal britannique THE GUARDIAN où vous trouverez un bien étrange trombinoscope ... Des centaines de portraits ... aucune femme ... uniquement des hommes ... tous étrangement barbus ... autant de portraits interactifs puisque si vous cliquez sur l'un d'entre eux et bien vous obtiendrez non seulement le nom et le pays d'origine de l'intéressé bien entendu ... mais également son identifiant ... un long numéro composé de 6 lettres et 7 chiffres ... les circonstances de son arrestation ... ou bien encore la date et surtout les raisons de son transfert à la prison de Guantanamo ...

Dimanche dernier en effet le site WikiLeaks a livré à plusieurs médias occidentaux une nouvelle série de documents secrets relatifs aux dossiers de 779 personnes détenues depuis 2002 sur la base navale américaine ...

En réalité ... deux groupes de médias se sont visiblement livrés à une course au scoop un peu sordide ... une course médiatique détaillée d'ailleurs par le quotidien HUFFINGTON POST et montrant ainsi les relations parfois tendues qu’entretient l’organisation de Julian Assange avec ses partenaires d’autrefois et notamment THE GARDIAN au Royaume-Uni ou bien THE NEW YORK TIMES aux États-Unis ... Alors il n’en reste pas moins que ces documents permettent donc au public de plonger le regard avec une acuité inédite sur cette prison devenue vous le savez le symbole internationalement critiqué des effets pervers d’une « guerre contre la terreur » ...

Des détails accablants ... à la fois sur les raisons pour lesquelles cette prison a été installée dans une zone de non droit .... mais aussi sur les dysfonctionnements de la justice militaire américaine ... et bien évidemment sur les mauvais traitements subis par les prisonniers ... Ainsi le quotidien américain NEW YORK TIMES nous apprend notamment comment Mohammed Qahtani ... un Saoudien considéré comme ayant pu être le 20ème terroriste manquant lors des attaques du 11 septembre a été attaché ... comme un chien ... humilié ... sexuellement ... et contraint de s'uriner dessus ... Sharbat lui est un afghan dénommé le prisonnier 1051 ... Durant toutes ses années de détention il n'a cessé d'affirmer qu'il était un berger ... Les interrogateurs de Guantanamo ont d'ailleurs confirmé sa version des faits ... Et pourtant ... et pourtant un tribunal militaire l'a considéré comme étant un «ennemi combattant» et il n'a pas été libéré avant 2006 ... En réalité tous ces documents de WikiLeaks révèlent qu'un tiers seulement des 600 détenus passés par Guantanamo ont été classés dans la catégorie des prisonniers à «hauts risques» ... tous les autres ... tous les autres étant généralement des hommes tombés par hasard entre les mains des forces afghanes ... ou victimes de règlements de compte ... Certains d’entre eux étaient retenus sur la foi de renseignements souvent incorrects ... notamment quand ils avaient été obtenus de détenus malades ou après des aveux extorqués sous la torture peut-on lire toujours dans les colonnes du quotidien américain ... Le journal qui précise par ailleurs que sur les centaines de documents à publier le mot « possibly » ... « éventuellement » ... revient 387 fois ... un signe supplémentaire sans doute du degré de subjectivité avec lequel étaient évaluées les prisonniers.

Ainsi le quotidien LA REPUBBLICA nous apprend ce matin qu'une montre d’un certain type portée au poignet par des islamistes pouvait être un signe d’appartenance à Al-Qaïda ... Selon les services secrets américains cette montre de marque Casio ... le modèle F-91W était considérée comme un indice d’appartenance à l’organisation islamiste d’Oussama Ben Laden ... Plus de 50 dossiers concernant des détenus cités font ainsi référence à cette fameuse montre Casio affirme le journal italien.

Et puis ces dossiers Guantanamo comme on les appelle désormais nous donne non seulement des informations sur les prisonniers mais aussi sur la nébuleuse Al-Qaïda ... Ainsi le WASHINGTON POST nous explique qu'au moment des attaques du 11 septembre 2001 ... le cœur de l'organisation djihadiste était regroupé au Pakistan à Karachi ... C'était le cas notamment de celui qui se décrira un peu plus tard comme le cerveau des attentats Khalid Sheikh Mohammed qui regardait à la télévision ses kamikazes précipiter leurs avions sur les villes américaines ... Toujours au Pakistan ... le cerveau cette fois-ci de l'attaque contre le destroyer américain USS Cole au Yémen se remettait lui d'une opération aux amygdales.

Alors à la lecture de ces nouveaux câbles révélés par WikiLeaks ... impossible bien entendu d'oublier que la fermeture de la prison de Guantánamo était l’une des promesses de campagne de Barack Obama ... Et nul doute écrit ce matin l'éditorialiste du quotidien espagnol EL PAIS que si le président avait toujours l'intention de fermer la prison il trouverait dans ces documents nombre d'arguments pour le faire ... Et pourtant es nouvelles informations ne devraient pas mettre fin à la controverse renchérit son confrère du SOIR en Belgique puisqu’elles sont susceptibles d’être utilisées de part et d’autre du champ politique américain : les uns renforçant leurs craintes de voir certains détenus libérés alors qu’ils pourraient constituer une menace relative et puis les autres se demandant s’il est justifié de les garder enfermés alors que la plupart n’ont pas eu droit à un procès équitable ... Et d'ailleurs rappelle toujours EL PAIS ce matin ... Washington s'est empressé de regretter ces divulgations en invoquant on ne sait trop quels préjudices à sa sécurité alors même qu'ils révèlent un système propre aux régimes totalitaires ... Guantánamo écrit l'éditorialiste est une prison incompatible avec un pays qui se présente comme le champion de la justice ... C'est incontestablement l'un des grands échecs d'Obama et l'une des déceptions profondes quant à son mandat à moitié plein et surtout à moitié vide ... La preuve aussi sans doute que la Maison Blanche ne juge pas la création de Bush aussi abominable qu'elle le prétend ... Et le journal de conclure en rappelant qu'Obama ne s'est toujours pas élevé pour critiquer les conditions inadmissibles dans lesquelles est toujours maintenu prisonnier le soldat Bradley Manning, l'informateur supposé de WikiLeaks.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......