LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Revue de presse internationale par Thomas Cluzel

5 min

Par Thomas CLUZEL

A chacun son festival ... Celui de la campagne républicaine aux Etats-Unis s’est achevé hier ... Clap de fin peut-on lire notamment dans les colonnes du WASHINGTON POST après l’annonce du retrait des primaires de Ron Paul ... Et même si pour être honnête ... depuis que Santorum et Gingrich ne figuraient plus au casting ... plus personne ne pouvait douter que le tapis rouge ne soit pas entièrement réservé à Mitt Romney ... et bien la voie est désormais libre écrit encore le quotidien américain pour que celui-ci obtienne l’investiture du Parti Républicain … Ce sera en août prochain …

Romney seul face à Obama ... Conforté dans le rôle de candidat inévitable du Parti républicain ... l’ex-gouverneur du Massachusetts est prêt désormais à croiser le fer avec le président ... Un duel que le NEW YORK TIMES dans un article à lire ou relire sur le site du courrier international qualifiait déjà il y a quelques temps de duel de l'élite ... Leur quotient intellectuel combiné sera certainement l’un des plus hauts jamais enregistrés lors d’une campagne électorale ... écrivait alors le journal de New York ... Il s’agit en effet de deux hommes extrêmement intelligents ... de deux bosseurs qui excellent dans les choix complexes ... Alors bien entendu il existe de profondes différences entre ces deux candidats ... L’un est un Afro-Américain de 50 ans qui vient d’une famille éclatée ... L’autre en revanche est un mormon de 64 ans né dans une famille aisée et politiquement influente ... Reste que les deux hommes ont des styles étonnamment similaires ...

Tout d'abord l'un et l'autre ont fait leurs études de droit à Harvard ... Ensuite ils semblent plutôt distants et froids ... Aucun d'eux notamment ne semble attacher une importance particulière aux relations tant personnelles que politiques ... La culture du réseau n'est pas leur fort ... Les deux hommes ... là encore semblent tous les deux plus à l’aise avec le compromis et le consensus qu’avec la confrontation ... Bien que considéré comme trop à gauche par les républicains et les milieux d’affaires ... Obama a manifesté à maintes reprises la volonté de se rapprocher du centre ... Et pendant son mandat de gouverneur du Massachusetts ... Romney a dû lui aussi faire preuve de souplesse et travailler avec un Parlement dominé par les démocrates ...

Enfin poursuit toujours le NEW YORK TIMES ... c'est vrai que les deux hommes se tournent autour depuis déjà un certain temps ... Il y a sept ans ... en 2004 ... ils ont tous les deux été invités à prendre la parole à l’occasion du prestigieux club de la presse de Washington et leurs deux discours avaient remporté un franc succès ... Romney avait notamment terminé le sien avec une chanson ... ce qui avait d'ailleurs fait une forte impression sur Obama ... de sorte qu'un an plus tard au même dîner ... il avait lui-même interprété une chanson ... en avouant s’être inspiré de la performance réalisée l’année précédente par Romney ...

Alors s'agissant à présent de leur campagne respective ... marketing politique oblige on le sait les deux hommes se devaient d’avoir un slogan phare ... Et dans cette élection qui s’annonce déjà disputée écrit ce matin LE SOIR de Bruxelles ... tandis qu’Obama tentera de convaincre avec son nouveau cri de ralliement "forward" ... "en avant" ... Romney lui misera sur sa foi inébranlable en l’Amérique ... "Believe in America" ... Cette petite phrase d'ailleurs rappellera peut être aux cinéphiles ... l’introduction du premier épisode du parrain ... la trilogie culte de Coppola ... Mais “Croire en l’Amérique” c'est donc aussi le crédo de campagne du canidat républicain ... ene formule qui joue sur la fibre patriotique et surtout qui ratisse large car chaque citoyen peut y trouver à peu près ce qu’il veut : terre promise pour certains ... espace de liberté ou paradis de la libre entreprise pour d’autres ... Le rêve américain y est plus vivace que jamais …

Côté démocrate cette fois-ci ... les “spins doctors” ont donc longtemps hésité avant de dévoiler le nouveau slogan de la campagne de réélection ... Il faut dire qu'il était a priori difficile d’égaler le fameux "Yes We Can" que martelaient des hordes de sympathisants à chaque apparition d’Obama en 2008 ... Une époque désormais révolue où le jeune sénateur incarnait mondialement les espoirs de changement ... A présent ... et laissant à Hollande le privilège de recycler la formule gagnante "le changement c’est maintenant" et bien différents slogans ont circulé depuis le début de l'année ... Et après de longues hésitations le nouveau cri de guerre a donc été lancé ... "en avant" ... à l’image ... c'est selon ... du berger qui mène son troupeau d’électeurs ou du capitaine qui traverse la tempête de la crise économique ... Un message là aussi ... comme pour son adversaire républicain passe-partout ... optimiste ... et auquel tout le monde ne peut qu’adhérer ... Une manière aussi sans doute pour Obama ... en se positionnant comme le candidat de l’avenir de relèguer de facto Romney dans le rôle de l’homme du passé ... Du coup ... la réponse du camp républicain n’a évidemment pas tardé avec un spot télévisé intitulé “Backward” ... que l'on pourrait traduire par : aller à reculons ... vidéo dans laquelle on voit successivement un jeune cow-boy courrir à reculons puis une dinde bien dodue de Thanksgiving retirée de la table sous les yeux des convives ...

Alors quoi qu'il en soit ... tout cela prendra fin donc le 6 novembre prochain ... Or voilà que l'on a appris il y a quelques jours que le 6 novembre sera également la date de sortie officielle du prochain opus d’une des séries de jeux vidéo les plus vendues au monde ... Halo 4 ... Alors pas de quoi a priori mettre la démocratie américaine en danger mais tout de même ... le blog américain ThinkProgress en arrive à se poser la question : Alors que des milliers de gamers vont faire la queue à minuit pour arracher leur copie d’Halo 4 ... combien vont choisir de rester à la maison et jouer toute la journée ... au lieu d’aller voter ?

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......