LE DIRECT

Sarkozy cherche un place à l'international: la question colombienne.

5 min

Bonjour Ali bonjour à tous « Quand Sarkozy veut rapidement faire sensation sur la scène internationale »... le titre est ce matin dans le Guardian en Grande Bretagne qui explique : « en trois semaines le nouveau président français est parvenu à convaincre la Colombie de libérer des guérilleros... à rallier différents chefs d'état européen autour de son projet de réforme accélérée de l'Union Européenne ....et à faire du Darfour une priorité diplomatique !...On l'aura compris, dit le quotidien britannique... Nicolas Sarkozy qui se rend aujourd'hui au sommet du G8 veut faire la différence et le plus vite possible... C'est ainsi qu'il se consacre d'abord aux questions qui peuvent trouver une solution rapide... il délaisse le proche orient et l'Iran pour la Colombie qui peut lui apporter un regain immédiat de reconnaissance en France... afin d'obtenir la libération de la candidate franco colombienne anti corruption Ingrid Betancourt, il a donc demandé et obtenu hier du gouvernement colombien la libération de 56 guérilleros qui doivent servir de monnaie d'échange avec 60 otages détenus par les Farc (les forces armées révolutionnaires de Colombie)... il obtient ainsi une victoire sur le plan intérieur en France... mais conclut le Guardian reste à savoir si cette petite victoire sera transformée à l'international. C'est vrai que c'est « un petit succès français sur le front des otages des Farc » titre ce matin le Temps en Suisse... Un des chefs rebelles marxistes Rodrigo Granda a été libéré à la demande du président Sarkozy... afin d'obtenir un accord humanitaire entre Bogota et les Farc... accord que l'Espagne la France et la Suisse cherchent depuis des années... cette libération précise le Temps, a été demandée comme « un service » par le président français en échange officiellement de son soutien à la politique de fermeté de Bogota jusque dans les couloirs du G8... sauf que rien ne dit qu'elle permettra la libération des otages...écrit le quotidien suisse... car les Farc qui n'ont pas réagit officiellement donnent des signes peu encourageants... après avoir traité ces libérables de déserteurs, la guérilla a enlevé un commandant de police et a répété ses exigences: il n'y aura de libération des otages qu'avec le retrait des troupes gouvernementales d'une zone montagneuse de 200 km carrés dans le sud ouest du pays... un retrait que le président colombien refuse absolument... alors le temps conclut... rien ne sert donc pour l'instant de fanfaronner en France... l'accord humanitaire est toujours au point mort ! d'autant que Granda ne veut pas se laisser instrumentalisé... rajoute le Diario de Noticias au Portugal... tout en remerciant Nicolas Sarkozy de reconnaitre la légitimité de la guérilla Farc... il dit avoir été libéré "contre sa volonté" ... il refuse de renoncer aux Farc comme c'est prévu dans ce processus de libération de ces 200 guérilleros... et surtout il rejette toute mission de médiation avec les Farc... en critiquant durement le président Uribe notamment pour l'implication de son gouvernement dans des affaires de corruption avec les narco-trafiquants et là où ça se complique encore ...continue el Pais c'est que les pays voisins de la Colombie dont le Paraguay ont promis de tout faire pour obtenir l'arrestation et l'extradition de Granda reconnu coupable du meurtre de la fille de l'ancien président paraguayen... et le quotidien espagnol publie ce matin un portrait de ce Granda... le numéro deux des Farc à l'international, en précisant bien que l'homme de 57 ans a c'est certain du sang d'innocents sur les mains Alors en Colombie l'affaire fait écrire les éditorialistes qui restent très perplexes c'est comme si les fous avaient pris le pouvoir ...titre el Tiempo... le processus de paix engagé par le gouvernement est un bazar incompréhensible... un jour le président veut bombarder les Farc... le suivant il libère des centaines de guérilleros ; un jour il les traite de bandits le lendemain il les relache pour faire plaisir au président français alors qu'il venait juste de dire qu'il prendrait ses décisions concernant la guerilla sans tenir compte des pressions internationales ... c'est à n'y rien comprendre Mais si au contraire, c'est une manoeuvre très fine et très habile du président Uribe ... écrit el Colombiano... d'abord parce qu'elle place la balle de l'accord humanitaire dans le camps de la guérilla qui doit maintenant répondre à ce geste d'apaisement apparent du gouvernement pour ne pas perdre sa légitimité...et puis poursuit le journal... dans le même temps cette manoeuvre écarte l'attention des média d'une affaire qui embarrasse grandement le président colombien, à savoir son implications et celle de ses ministres dans des affaires douteuses liées aux paramilitaires d'extrême droite... tout d'un coup l'actualité colombienne change de visage, la question des paramilitaires et de la corruption est reléguée en dernières pages des journaux et l'on se met à parler de paix, d'accord humanitaire et de libération de prisonniers... de quoi faire oublier au moins à l'international, les graves atteintes dont souffre la démocratie colombienne dit le quotidien de Bogota ... de quoi faire oublier que des membres de son gouvernement ont fait partie ou collaboré avec des escadrons de la mort responsables d'atrocités inacceptables... des escadrons précise l'article dont certains membres sont d'ailleurs en prison et attendent par la même occasion d'être libérés comme l'ont été les Farc... alors conclut el Colombiano... ce faisant le gouvernement qui ne regarde qu'à court terme parvient peut être à se sortir d'une situation embarrassante ... mais il est certes en train de planter et de cultiver les principales critiques et pressions dont souffrira la Colombie dans le futur. et pour les otages? S'interroge aussi la presse... et bien nous serons fixés dans quelques heures... écrit el Tiempo... peut être la manoeuvre d'Uribe s'avèrera géniale parce que le gouvernement n'aura pas seulement contenté la France, il aura aussi libéré des centaines de personnes... Si le dénouement est heureux alors tant pis pour le magma mystérieux que nous vivons actuellement ... tant pis pour les manquements à la justice et à la vérité... l'histoire sera éternellement reconnaissante à notre président et au président français... Oui, mais sinon?...si les otages ne sont pas libérés et que les Farc campent sur leurs positions? s'interroge encore el Tiempo... alors ce sera au contraire une catastrophe et le gouvernement devra reconnaitre son échec, il faudra enfin mettre ce problème de la guérilla colombienne dans des mains plus habiles et plus justes... celle de l'ONU par exemple ou celles d'une autre organisation internationale... mais surtout conclut l'article, surtout loin des mains de Monsieur Sarkozy!

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......