LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Scandale en Israël : une député noire n'a pas pu donner son sang

4 min

Par Marine de La Moissonnière "J'ai 32 ans. Je suis arrivée en Israël à l'âge de trois ans. J'ai fait mon service militaire et j'ai deux enfants. Il n'y aucune raison de me traiter de la sorte. " Propos indignés de Pnina Tamano-Shata sur la chaîne de télévision Channel 10. Pnina Tamano-Shata, c'est cette députée qui n'a pas pu donner son sang.Cela s'est passé hier après-midi, dans l'enceinte même de la Knesset, le parlement israélien, rapporte la Jewish Telegraphic Agency. La Maguen David Adom, l'équivalent de la Croix Rouge isréalienne, y avait installé un centre de dons provisoires. La députée s'y rend. Mais on refuse de l'accepter.L'argument utilisé ? Son sang est "spécial " car il est d'origine juive éthiopienne. Le ministère de la Santé n'autorise pas les ONG à l'accepter. Pour le site internet Ynet - le premier à avoir relayé l'affaire - il s'agit clairement d'un cas de discrimination. "Dans le passé, à chaque fois que la Maguen David Adom a refusé le sang de rédisents israéliens descendants d'Ethiopiens, elle a été traitée de raciste. Sa réponse ? Elle cherche juste à limiter les risques pour les transfusés sanguins. " En clair, les juifs d'origine éthiopienne qui ne sont pas nés en Israël sont susceptible de propager des maladies comme le sida.

Comme le précise la radio Arutz Sheva, cette mesure a été prise il y a plusieurs années quand il a été démontré que les immigrants présentaient des taux d'infection au VIH plus élevés que les Israéliens. En outre, explique la radio, les Ethiopiens ne sont pas les seuls visés. Sont également concernés les homosexuels, ainsi que toute personne né, ou ayant passé un an, dans un pays où le sida est fortement présent. Et on apprend que la Grande-Bretagne et l'Irlande figurent sur la liste des pays à risques. La députée, elle, ne s'est pas laissée faire, raconte toujours le site Ynet. "Je suis assez bonne pour servir le pays à la Knesset, mais en revanche, pour donner du sang, je ne fais pas l'affaire. C'est insultant. " Voilà comment Pnina Tamano-Shata s'est défendue. Réaction du responsable de la Maguen David Adom. On appréciera au passage le ton condescendant. "Mon p'tit, ne vous sentez pas insulter. Vous avez raison mais ce sont les ordres du ministère de la Santé. " Et un homme présent lors de la scène, d'ajouter : "Que voulez-vous ? C'est un pays raciste. "En fait, Pnina Tamano-Shata aurait pu donner son sang, explique le Times of Jerusalem. Mais il aurait été jeté ou congelé au cas où, si et seulement si son groupe sanguin avait été particulièrement rare. C'est ce que lui ont expliqué les responsables de la Maguen David Adom.Mais ça, la députée le savait sans doute avant, ce qui fait dire à l'organisation que la provocation était délibérée. Des propos rapportés par la radio Arutz Sheva qui précise : "Tamano-Shata devait bien savoir qu'elle allait être rejetée. L'un de ses amis a enregistré avec son téléphone portable toute sa conversation avec les responsables de la Maguen David Adom. " Une vidéo largement diffusée par les chaînes de télévision israéliennes et que l'on peut voir sur le site du Jérusalem Post.C'est vrai, explique Ynet, que ce n'est pas la première fois que Pnina Tamano-Shata s'oppose aux pratiques de la Maguen David Adom. Depuis qu'elle a 16 ans - elle en a aujourd'hui 32 - elle en a fait son cheval de bataille. En vain. Pnina Tamano Shata avait même pris la tête d'un vaste mouvement de protestation contre cette règle en 2006. "C'est triste qu'au bout de dizaines d'années, l'Etat continue à faire une distinction entre le sang des gens ", regrette la députée sur le site Ynet. "C'est une expérience humilliante qui me hante depuis que j'ai 16 ans, et j'espère que la ministre de la Santé va faire quelque chose. "Alors la ministre de la Santé, Yael German, qui appartient au même parti qu'elle (le parti de centre-droit Yesh Atid, membre de la coalition au pouvoir) va-t-elle intervenir ? Pour l'heure, elle a juste condamné ces pratiques. Elle a parlé d'une "situation absurde " qu'elle ne parvient pas à faire changer. Mais Pnina Tamano-Shata a également reçu le soutien de plusieurs personnalités politiques, et pas des moindres. Soutien recensé par le site internet Ynet qui nous apprend que le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, a appelé la députée pour lui faire part de son admiration. Il lui a affirmé qu'il fallait revoir les directives qui avaient conduit à cet incident.Même promesse de la part du président Shimon Peres, extrêmement mécontent. "Il ne peut y avoir de distinction entre un sang et un autre dans l'Etat d'Israël. Tous les citoyens sont égaux ", a martelé le chef de l'Etat. Et d'ajouter : "Les Ethiopiens sont précieux aux yeux d'Israël. Ils sont le sel de notre terre. " La semaine prochaine, une commission de la Knesset se réunira d'urgence sur le sujet. Depuis l'incident, les collectes de sang de la Maguen David Adom sont interdites au Parlement israélien.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......