LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

un milliardaire pour sauver la Démocratie?

5 min

par Cécile de K

Ce qui compte vraiment dans la vie ... ce n'est pas ce que nous possédons c'est ce que nous créons, ce que nous développons...nous ne sommes ici bas que pour un temps très court mais ce sont nos actions et nos décisions qui comptent et qui durent ... c'est là la vraie valeur de notre existence "

Oui c'est vrai en ce moment je m'interroge sur mon existence ... je traverse la fameuse crise de la quarantaine et je voudrais laisser une marque, une trace de mon existence... j'ai tout le luxe dont on peut rêver... je possède une fortune qui s'élève à plus d'un milliard et demi d'euros... mais ça n'a aucune valeur pour moi...

ce que je veux moi c'est créer un monde meilleur pour l'humanité

celui qui parle ainsi dans les colonnes du Spiegel allemand ce matin a 49 ans… des yeux bleus profonds, une barbe de deux jours, la chemise pas tout a fait déboutonnée, avec un col limé... il a le genre dégingandé chic des super riches alternatifs écrit le journaliste allemand... de ceux qui n'ont pas à arborer le costume du parfait capitaliste puisqu'ils sont tellement capitalistes qu'ils n'ont plus rien à prouver... qu'ils peuvent être imparfaits

ce milliardaire c'est Nicolas Berggruen... le propriétaire des supermarchés allemands Karstadt... fils d'un marchand d'art et d'une actrice allemande, élevé à sa demande apparemment dans un pensionnat suisse où il se passionne pour Marx Lenine Sartre et Camus... après des études de commerce, il a fait fortune aux Etats Unis... achetant et revendant des biens immobiliers ou des entreprises... mais il rajoute, en fait, tout est parti d'une somme de 2000 dollars qu'il a emprunté pour spéculer en bourse

En 2000 il a décidé de vendre toutes ses possessions... sa maison, ses appartements, ses voitures... il ne possède aujourd’hui qu'un jet privé pour se déplacer et vit sans domicile fixe dans des hôtels 5 étoiles à travers le monde... ses affaires personnelles tiennent dans un sac en papier... sa vie pèse le poids de ce sac en papier ... Nicolas Berggruen est un homme triste dit le spiegel... un peu perdu... un nomade à l'ère du capitalisme mondialisé…pour qui les valeurs suprêmes sont la flexibilité et le détachement

Est ce pour cette raison interroge le journal qu'il s'est donné pour mission de sauver la démocratie ? Rien de moins...

et là il s'enflamme... mais oui nos démocraties sont en danger tout simplement parce qu'elle s'appuie sur cette idée qui est de croire que la volonté des masses produira le meilleur des résultat... mais c’est une idée fausse les électeurs votent par égoïsme, par ignorance et à court terme... la démocratie est une bonne chose du moment que la responsabilité est placée entre les mains de ceux qui ont le plus de connaissance et le plus sagesse

C’est pour cette raison qu'il a créé en Californie un prototype politique.... un club de sages qui réunit entre autre Condoleezza Rice et Arnold Schwarzenegger pour repenser la politique, et surtout la contrôler et la rendre notamment plus morale plus éthique... son arme : son carnet d'adresse et ses fonds qu'il investira bientôt en Europe

parce que comme de nombreux businessmen Berggruen est désespéré par l'inefficacité et l'absurdité autodestructrice des démocraties multipartites de l'ouest... sauf que lui n'applaudit pas les régimes autoritaires comme la Chine ou Singapour, très efficaces en terme de business mais pas en terme de droits de l'homme... ce qu'il veut c'est sauver les démocraties occidentales en les rendant plus efficaces mais tout aussi légitimes

Sauver les démocraties occidentales !... à lire la presse asiatique notamment on se dit qu'effectivement elles en ont peut être besoin parce que l'Egypte le montre... l'occident décline écrit les global times en Chine

trop timide dans son soutient aux démocratex égyptiens ... écrit le Guardian

les Etats Unis et l'Union Européenne jouent un jeu dangereux en soutenant Moubarak le moribon... écrit l'international herald tribune

Non seulement les services secret occidentaux ont montré leur faiblesse en ne sachant pas voir ce qui allait se passer dans le monde arabe… mais ils persistent à ne pas comprendre que la révolte des égyptiens n'a rien de contextuel.. écrit pour sa part la deutsche welle en Allemagne

il s'agirait pour l’Europe notamment de soutenir ces démocrates qui crient depuis la place Tahrir « on y est on y reste »... dit encore le site allemand qui explique : tout simplement parce qu'il n'y a pas de contradiction à défendre nos intérêts économiques dans la région tout en défendant les droits de l'homme c'est cela que l'Europe doit comprendre

Ce serait donc cela aussi les deux visages de la contestation égyptienne interroge la Vanguardia espagnole

la voix du peuple résonne en Egypte titre la Repubblica... elle demande la liberté oui mais aussi les moyens de l'être... les moyens économiques de la liberté

nous sommes donc bien dans le même monde commente alors le Guardian ; celui qui se divise non entre pro et anti Moubarak mais plus largement entre politiciens et banquiers... chacun cherchant à obtenir le pouvoir de l'autre

à l'heure où les places boursières fusionnent... la bourse de New York avec celle de Frankfort et celle de Londres avec Toronto... l'info est à la une du Financial Times comme de nombreux journaux étrangers … les égyptiens le clament sur d'autres titres: ce n'est pas terminé... n'enterrez pas notre révolution et ses martyrs trop vite... ils demandent des comptes peut on lire sur les site d'al Jazeera et de la BBC mais il faut qu'il comprennent rajoute le Global times en Chine que l'économie est le nerf de la guerre

et le Guardian renchérit: démocratie et économie de marché sont intimement liés... à moins, à moins que les égyptiens inventent autre chose?

ervasdoué

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......