LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Une catastrophe qui fait exploser les certitudes !

5 min

par Cécile de Kervasdoué

Choc… catastrophe… tragédie … cauchemar...

Les unes des journaux du monde entier se ressemblent ce matin... partout: de l'Afghanistan à l'Argentine en passant par la Suède le Brésil ou le Canada... partout les mêmes mots et les mêmes photos... la grande vague noire du tsunami ... les larmes des survivants... les 300 mille déplacés... les visages masqués des équipes de secours et bien sûr... les visions aériennes de ce désastre impressionnant…

« le pire qu'ait connu le japon depuis 1945 » titrent tant le Times of India que l'International Herald Tribune américain

et la presse étrangère se délecte presque ce matin encore de cette catastrophe japonaise si spectaculaire

« C’est vrai qu'on dirait un film catastrophe » ... confie une femme de cinquante ans au reporter du grand quotidien de Tokyo le Asahi Shimbun…voir des têtes d'avion ou des proues de bateau encastrés dans le bois des maisons... des débris partout, de la poussière noire dans le port de Sendai... et à deux heures de route de là, des hommes et des femmes masquées et en costumes blancs qui arrêtent par milliers les habitants pour vérifier s'ils sont ou non porteurs de radiations

« C’est un mauvais rêve » dit encore cette habitante... « quand je suis seule je n'arrête pas de me pincer les joues, pour être sûre que c'est la réalité »

et l’article japonais continue…un million de personnes affluent aujourd'hui vers les décombres pour tenter de sauver ce qui reste de leurs proches ou de leurs biens...

mais pendant ce temps là ...continue le Asahi japonais le pays est en train d'être englouti non par un nouveau tsunami comme on l'a cru un moment, mais par une grande peur !

le jour d'après continue l'Asian Age en Inde... c'est le nucléaire

Après le tremblement de terre est venu le tsunami et maintenant une catastrophe nucléaire risque de s'attaquer au Japon

durant des années confie un survivant toujours dans les colonnes du Asahi... le gouvernement nous a assuré que les centrales nucléaires pouvaient résister aux séismes qui caractérisent cette région du monde... mais aujourd'hui on n'en est plus sûr du tout

D’autant rajoute Nikkei le grand quotidien économique japonais que les explosions se multiplient dans les centrales nucléaires... tôt ce matin une explosion d'hydrogène vient de toucher le 3ème réacteur de la centrale de Fukushima

le gouvernement demande aux 600 résidents de la centrale de rester chez eux à 20 kilomètres à la ronde

et la compagnie qui gère la centrale, Tepco, tente de rassurer les esprits... « nous ne sommes pas devant un Tchernobyl... nous nous attendions à l'explosion de ce 3ème réacteur... ne vous inquiétez pas…nous allons rafraichir les installations avec de l'eau de mer »

sauf prévient encore le Asahi que de nombreuses voix commencent à s'élever pour dire que Tepco n'a pas voulu prendre ces mesures nécessaires avant, par peur d'endommager ses installations !

mais à part ces petits commentaires, l'heure n'est pas du tout à la polémique ce matin dans les pages japonaises…qui sont teintées d’un fort fatalisme d’ailleurs applaudi par la presse étrangère tout le week end qui saluait la philosophie de vie de ce peuple si noble comme le titre la Repubblica italienne

Dans la bataille classique qui oppose l'homme à la nature... la nature a gagné comme toujours ... titre le Japan Today qui rappelle qu'il semble que toutes les alertes, les installations anti sismiques aient fonctionné comme prévu... et c'est même ce qui explique que le nombre de morts, pour l'instant, reste réduit par rapport à l'ampleur de la catastrophe...

bien sûr rajoute le Yomiuri toujours au Japon... l'urgence c'est maintenant de porter assistance à ces centaines de milliers de personnes qui sont privées de tout... d'eau potable d'électricité de nourriture d'assistance médicale et psychologique...

mais s’il y a des histoires terribles il y a aussi des petits miracles raconte encore le Asahi... comme une naissance miraculeuse samedi matin... bref dit le journal japonais, c’est la vie en fait !

Pourtant une question occupe les commentateurs japonais sans cesse ce matin encore comme d'ailleurs tous les éditorialistes du monde... c'est cette grande peur...l'expression qui barre la une de la Repubblica en Italie... comme celle du Chossun Ilbo en Corée du sud ce matin…

cette grande peur du nucléaire...

est ce que le Japon qui est installé sur une zone de failles peut se permettre de coexister avec des centrales nucléaires ? Interroge ce matin les pages débat du quotidien Asahi

parce que c'est finalement cette grande question là que pose la catastrophe de vendredi... les procédures d'urgence avec notamment cette eau froide qui doit rafraichir les réacteurs en cas de séisme ont toujours été présentées comme la solution, la grande protection après les catastrophes de 1979 et de 1999

sauf que là le problème est venu d'une coupure massive de courant dûe au séisme... alors? Interroge le quotidien japonais…il y aura toujours un risque... à nous maintenant de nous poser réellement la question de l'alternative au nucléaire

et c'est une question que le monde entier se pose ce matin

car le Japon est le tube à essai de l'humanité! lance el Pais

un tube à essai en terme de catastrophe naturelle mais aussi pour le nucléaire et pour l'économie

Certains experts au Japon sont déjà en train de répéter que cette catastrophe pourrait avoir un effet bénéfique sur la croissance japonaise qui risque d'être dopée par les efforts de reconstruction, la chute du yen et les emprunts de la banque du japon...

Une vision a prendre avec prudence ... rajoute el Pais parce que pour l'instant le Japon est au bord d'une catastrophe nucléaire

Il aura fallu cette improbable catastrophe pour que toute les certitudes technique sur le nucléaire s'effondrent... rappelle le Temps en Suisse

et partout le débat fait rage du Chossun Ilbo Sd coréen au spiegel en Allemagne à la France ou la Grande Bretagne

il faut s'interroger sur nos économies qui s'appuient sur des sources limitées comme le pétrole ou peu fiables comme le nucléaire...

mais nous vivons dans un monde nucléaire... il faut s'y résoudre répond le Financial Times britannique... il s'agit juste de faire progresser les règles, mesures et systèmes de sécurité…

sauf qu'il y aura toujours une faille dans ces procédures et cette catastrophe nous le montre alors nous avons aujourd'hui le devoir de nous interroger collectivement sur le nucléaire continue le Repubblica en Italie... n'est ce pas jouer avec le feu que d'en faire une source majeure d'énergie? et le quotidien italien de gauche donne la parole à Daniel Cohn Bendit...pour le député européen « l'adieu à l'atome est un devoir civil... pour l'humanité toute entière aujourd'hui et pour les générations futures » ... il s'agirait de se poser enfin la vraie question de l'énergie et d'en tirer des mesures concrètes... plutôt que de vaines promesses !

C’est cela le devoir de s'interroger dit la Repubblica juste au côté d'une indignation nécessaire !

Bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......