LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Une nouvelle affaire de caricature.

5 min

Bonjour thomas bonjour à tous Dites moi... jusqu'où peut aller votre sens de l'humour ?... Voilà la question qui revient ce matin dans toute la presse à propos d'une nouvelle affaire des caricatures car à moins que vous n'ayez passé les dernière 48 heures sous un rocher... commence le Washington Post vous savez sans aucun doute que le dernier épisode de la course à la présidence américaine est une couverture de l'hebdomadaire américain le New Yorker... sur celle ci... Barak Obama est coiffé d'un turban et habillé en militant islamiste alors sa femme Michelle est représentée en guerillera avec une kalachnikov en bandoulière... derrière eux le drapeau américain brûle dans la cheminée et au mur est accroché un portrait du chef d'al Quaïda, Oussama Ben Laden On imagine poursuit le Washington Post combien ce dessin a pu être repris par toutes les télévisions les journaux et les blogs... et l'histoire continue de faire du bruit même si aucun des candidats n'apportent de l'eau à ce moulin... car nous dit le journal... la réaction du camp démocrate a été sèche... « c'est insultant et de mauvais goût » un avis partagé par le camp opposé Mac Cain et Obama sont peu enclin à s'entendre sur quoi que ce soit durant cette campagne ... commente le New York Sun... mais là ils sont d'accord pour condamner ce dessin et c'est assez rare pour être relevé Pourtant rajoute le quotidien américain... chacun sait que le New Yorker... (le magazine préféré des intellectuels américains et plutôt classé à gauche) n'en est pas à sa première provocation... c'est même son fond de commerce que de dénoncer par ce type d'humour décalé et pince sans rire tous les travers de la société américaine... Alors de quoi le New Yorker se moque t il? C'est la question qu'il faut poser...des Obama...du discours politique...ou bien plus de notre façon stéréotypée de voir le monde ? Dans tous les cas... conclut le journal...chacun des intéressés doit apprendre ce sens de l'humour et surtout ce sens de l'autodérision ... qui n'est pas la moindre des qualités dont un président des états unis a besoin Car la satire est la plus fine des cordes raides... rajoute le San Francisco Chronicle... surtout dans notre monde actuel où en politique chaque image chaque mot chaque détail est décrypté analysé amplifié pour faire le tour du globe... c'est ainsi que depuis deux jours le New Yorker ne cesse d'être obligé de s'expliquer sur cette couverture... " ça n'est pas contre Obama... mais bien au contraire contre tous les préjugés dont il est victime... ce dessin vise à dénoncer la campagne de peur et de désinformation menée contre le candidat démocrate... car de nombreux sites d'extrême droite font d'Obama un musulman et Mac Cain lui même avait accusé il y a peu son adversaire d'être le « candidat du Hamas »" et il est vrai rajoute le quotidien de San Francisco que cette couverture arrive deux jours après un sondage paru dans Newsweek dans lequel 12% des interrogés croient qu'Obama (qui est chrétien) est un musulman et qu'il aurait juré sur le Coran au sénat américain... un sondage largement instrumentalisé par la droite pour faire d'Obama un mauvais patriote... en ce sens ... la controverse autour de ce dessin ne peut que servie les intérêts du candidat démocrate... considère le New York Times... puisqu'elle désamorce la rumeur... et puis ça fait du bien d'entendre railler ce candidat trop parfait... trop lisse... mais encore faut il comprendre la satire... rajoute encore le San Francisco Chronicle... car dans le cas présent elle est trop élitiste dit l'article... trop subtile... et finalement pas si drôle que ça ... parce qu'elle joue avec des symboles qui sont encore trop sensibles dans l'histoire récente des Etats Unis Incendiaire et peu brillante... renchérit le site de la chaine ABC... Stupide... explique le Kansas City Star... en tout cas pour beaucoup de lecteurs qui n'en perçoivent pas l'humour mais juste l'offense... pour beaucoup en effet... dépeindre Obama en islamiste c'est non seulement de mauvais goût mais c'est servir les rumeurs de l'extrême droite... car dans les esprits... Obama reste gravé avec son turban et sa kalachnikov... inquiétant donc... Sauf qu'ils oublient le principal... répond le Detroit Free Press... c'est qu'il y a un titre à cette couverture... et le titre c'est justement "la politique de la peur"... c'est donc bel et bien un miroir de nos préjugés de notre haine et de notre absurdité... Car ce qu'il faut retenir ... c'est que la satire par définition ça n'est pas de l'humour potache... mais c'est une forme d'humour cruel qui dénonce nos vices nos folies nos ridicules... car c'est avec l'ironie et le sarcasme qu'ils sont le mieux dénoncé se défend le New Yorker... et bla bla bla rajoute le journal de Detroit... mais reste un problème de taille... A quoi ça sert tout ça, tous ces discrous ces explication quand l'humour n'est pas perçu par tous tout simplement parce que la satire est de mauvaise qualité ... alors c'est est une arme qui peut se retournée contre son auteur et c'est bien normal...le New Yorker a été maladroit et provocant ... de quoi voulez vous qu'il se plaigne maintenant C'est que la première règle de l'humour... c'est qu'il faut savoir à qui on l'adresse... explique le site de poppolitic .com Surement que les abonnés du New Yorker ont tout de suite compris... le problème c'est que ça en fait une private joke... et que par la même beaucoup s'en sentent exclus et c'est cela dérange de nombreux américains... de ne pas rire avec les autres... Comme quoi le sens de l'humour est souvent chatouilleux... analyse le Washington Post... car ce dessin est finalement tout aussi satirique que de mauvais goût... voilà, ce qu'il faut comprendre il ne provoque pas l'hilarité générale ... pas de catharsis collective... non c'est de l'humour froid et cruel... de l'humour élitiste... mais c'est de l'humour quand même... pas forcément de bonne qualité d'ailleurs ... et qui a le mérite de tenter de toucher à ce que nous n'osons plus toucher... les spectres créés de toutes pièce par nos dirigeants... celui du terrorisme et celui de l'islamisme... et ce alors même que nous nous félicitons de voir se terminer la guerre internationale contre le terrorisme alors ce qu'il y a d'inquiétant la dedans... termine le Washington Post ça n'est pas que nous n'osions pas encore rire de ces illusions... ça n'est pas non plus que nous ayons perdu le sens de l'humour... non, c'est qu'à l'heure de You tube et consorts, qui nous font tant rire les uns des autres... nous sommes finalement terrifiés face au bon vieil humour imprimé... terrifiés de la trace qu'un dessin peut laisser... terrifiés que l'on puisse prendre ce dessin dans le mauvais sens... même si cette ambigüité est l'essence même de toute ironie... nous sommes terrifiés par l'humour noir... conclut l'article...comme quoi, nous n'en avons pas fini avec la terreur. Bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......