LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Une seconde de plus pour les 50 ans de la révolution cubaine.

5 min

Bonjour thomas bonjour à tous, 5 4 3 2 1 ... euh ... et après? et ben non ... encore un... c'est le titre du Guardian ce matin qui revient sur cette seconde supplémentaire dont nous héritons en 2008... une seconde de plus à minuit pétante pour ajuster nos horloges au temps solaire alors évidemment ça fait réagir la presse anglaise très friande de photos de Big Ben... mais surtout très encline en ce 31 décembre à réfléchir à ce petit temps suspendu les plus alcoolisés ou les plus euphoriques ne s'en rendront probablement pas compte ce soir écrit le Guardian... mais quand même une seconde de plus... la 25ème depuis 1972... ça a quelque chose de magique non?... surtout si l'on considère que toutes les horloges du monde vont s'accorder à la donner... quelle belle image d'harmonie universelle vous ne trouvez pas ?....fugitive certes ... mais extraordinaire dans un monde tellement marqué par le désarrois économiques et les confrontations sanglantes... si seulement cette seconde d'harmonie pouvait nous faire rêver et surtout inspirer à l'aube de cette année 2009! Ah ! la nouvelle année... c'est ce matin le sujet favori de vos journaux étrangers... prévisions résolutions bilans conseils... tout y passe... même cette phrase de Bernard Shaw dans les colonnes de la Stampa... la mission de chaque homme consiste à être une force de la nature et non un grumeau agité de couinements et de rancoeurs qui ne cesse de se plaindre parce que l'univers ne le rend pas heureux mais c'est que nous vivons un crise de confiance... répond le Soir en Belgique... et c'est ainsi que le président américain est l'homme de l'année parce qu'il a été élu sur un mot clé Espoir... et un encouragement Yes We Can... ça n'est pas fortuit... car tout semble contribuer à l'inquiétude et au doute... alors le monde contemporain de plus en plus instable est prêt à embrasser n'importe quel rêve n'importe quel révolution? car la révolution doit être notre objectif quotidien pour cette année encore... titre Granma le quotidien officiel de Cuba... « la dictature a été abolie ; la joie est immense et pourtant il reste encore tant à faire »... voilà ce que déclarait Fidel Castro le 8 janvier 1959... en entrant à la Havane... et cette phrase inspire tout l'article de Granma qui se matin salue... les 50 ans de la révolution cubaine... la lutte n'est pas terminée nous dit le journal... particulièrement en ces temps difficiles... les ennemis de Cuba n'ont pas disparus bien au contraire... dans ce monde où la politique est une caricature ... ils ne peuvent pas ou ne veulent pas comprendre que la révolution est un processus de continuité et que la permanence des chefs comme Fidel Castro est le meilleure moyen de produire le changement justement parce que ses idées transcendent le temps... voilà qui n'est pas du tout du goût de la presse internationale qui s'intéresse vivement à cette anniversaire ce matin avec un point de vue plutôt critique Cette révolution qui se fait vieille... titre la Vanguardia cette révolution perdue lui préfère el pais toujours en Espagne là où l'on attend toujours la sortie du Messie à barbe... lance le Globe and Mail au Canada là où l'on attend toujours l'aurore nouvelle titre plutôt le Spiegel en Allemagne car l'icone a fondue... rajoute l'Indian express en Inde... fondu avec les rêves des cubains c'est peut être pour cela continue la Libre Belgique que ces 50 ans de révolution sont célébrés sans grand faste mais dans l'incertitude face à l'évolution économique et politique de Cuba Cuba... tiens on l'avait presque oublié... résume la Tribune de Genève... et pourtant c'était il ya 50 ans le 1 er janvier 1959 se mettait en place à Cuba l'un des processus politique les plus controversés de l'histoire contemporaine Cuba est un paradoxe... renchérit l'Indian Express... pour la plupart d'entre nous la révolution cubaine est ce rêve graphique que nous renvoient les photographies d'époque... un rêve d'une société meilleure... que ternissent les murs délabrés de la Havane aujourd'hui et tous les scandales politiques qui ont émaillé cette révolution et la Tribune de Genève continue sur la même ligne... en fait un demi siècle après la révolution ...Cuba n'est ni un paradis socialiste ni un goulag sous les cocotiers... et comme tous ses confrères le quotidien suisse publie un reportage à Cuba... on y voit pas de misère comme aux Etats Unis écrit il... mais toutes les langues s'accordent à dire sur place que la vie est dure à Cuba « nous avons tous un travail mais le salaire est misérable... expliquent deux femmes dans un immeuble délabré de la Havane... nous recevons de la nourriture mais elle ne suffit que pour une dizaine de jours et au marché les aliments sont hors de prix... et elles concluent... enfin... ici remarque on est mieux que dans les pays voisins » le voilà le paradoxe de Cuba !... si en Europe le socialisme cubain polarise les positions idéologiques... la plupart des 11,2 millions de cubains sont plus pragmatiques et mesurés... ils se plaignent de la vie de chère, du manque de liberté politique mais saluent la qualité de l'éducation et leur plus longue espérance de vie de toute l'Amérique latine il faut donc arrêter de diaboliser ou d'idéaliser Cuba... c'est un pays comme un autre dit un université avec ses réussites et ses erreurs Alors rajoute le Time magazine... il est sans doute temps d'abandonner des crispations et des querelles issues de la guerre froide non ?... puisque c'est le premier janvier c'est l'heure des bonnes résolutions et la première devrait être celle ci... Washington doit tendre la main à Cuba et vice versa... oublier les peurs d'un autre âge et s'attarder sur le présent malgré les différences d'où la conclusion de la Vanguardia en Espagne conclusion sous forme de petite histoire... le journal se plait à rappeler l'expérience de Georges Orwell... pour expérimenter la pauvreté il a vécu à temps complet comme un SDF... et qu'est ce qu'il en a tiré comme conclusion?... que le temps s'amoindrit... plus de prévisions futiles, plus de déplacements dans le future... la vie se fait entre un repas et le suivant... dans le présent exclusivement... dans la nécessité et l'adaptation au monde qui nous entoure... voilà peut être ce qui manque le plus à notre époque conclut la Vanguardia.... nous avons perdu le sens du temps réel... de quoi nous inspirer ce soir au moment de vivre notre seconde supplémentaire non? Bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......