LE DIRECT

Visite d'Obama en Afrique : CNN fâche les Kenyans

5 min

PAR LUDOVIC PIEDTENU NICOLAS MARTIN : A la Une de la presse ce matin, la visite de Barack Obama au Kenya... LUDOVIC PIEDTENU : Cela fait déjà plus d'une semaine que les journaux kenyans ne parlent que de cela : le retour d'Obama dans la patrie de son père.La nouvelle sensation de la presse à Nairobi s'appelle XNews, c'est le premier journal gratuit de l'histoire du pays, de la région est-africaine, et sans doute du continent et ce quotidien en est à sa 9ème Une ce matin sur la visite du Président américain.Le sujet du jour : la chaîne américaine CNN et sa vision du Kenya, qualifié sur l'antenne de "foyer du terrorisme".Réactions immédiates des kenyans, parmi les plus connectés en Afrique, les plus grands utilisateurs de Twitter et de Facebook par exemple."La communauté est furieuse" rapporte le journal. Le mot clé "Quelqu'un dit à CNN"' #SomeoneTellCNN devient l'un des plus utilisés. Au point qu'hier matin, 6 heures après la première publication sur son site, fait remarquer le quotidien kenyan, capture d'images à l'appui, la chaîne américaine modifie et nuance la titraille : "le voyage d'Obama soulève des préoccupations en matière de sécurité".NICOLAS MARTIN : Vous avez trouvé également un dessin... LUDOVIC PIEDTENU : Dessin à la une d'un autre quotidien kenyan Daily Nation, moquant l'expression utilisée sur CNN. "Foyer du terrorisme", en anglais dans le texte : "Terror Hotbed". Sur ce dessin, la lettre "T" tombe. Sous le gros logo CNN, on peut désormais lire "Error Hotbed", CNN, "le foyer de l'erreur".A droite, un personnage tient un micro semblant répéter à l'envie de grosses bêtises. C'est un mignon, ça ne vous parlera peut-être pas, ce personnage du film d'animation "Moi, moche et méchant", ces petits soldats stupides, le journalisme au niveau du plancher, semble dire le dessinateur.

Dessin moquant CNN - Daily Nation (Kenya)
Dessin moquant CNN - Daily Nation (Kenya) Crédits : Daily Nation - Radio France

NICOLAS MARTIN : Ce qui entraîne aussi chez quelques éditorialistes une plume acide... LUDOVIC PIEDTENU : Oui, toujours dans le Daily Nation, Peter Mwaura nous explique, je cite, qu'Obama "en qualité de grand communiquant a souvent l'habitude de tancer les journalistes quand il considère qu'ils posent des questions stupides". "Il châtie aussi les médias pour ce qu'il appelle le journalisme irresponsable, le sensationnalisme, la négativité, la trivialité, et le manque d'équilibre et d'équité.""Nos politiciens kenyans, écrit-il, et certains de nos lecteurs, se plaignent des mêmes problèmes."Une critique recevable, des "plaintes justifiées" écrit l'éditorialiste, "ce qui veut aussi dire que les médias sont libres"."Obama, nuance-t-il, comme nos politiciens au Kenya, savent aussi très bien utiliser les médias pour faire avancer leurs propres causes politiques."Peter Mwaura de rappeler ce qu'écrivait Obama en 2006 dans son second livre "The Audacity of Hope", "L'audace d'espérer"."Pour le grand public, je suis ce que les médias disent que je suis. Je dis ce qu'ils veulent que je dise. Je deviens celui qu'ils disent que je suis devenu.""C'est non seulement, écrit l'éditorialiste kenyan, une critique subtile des médias, mais aussi la reconnaissance de l'importance des médias dans la formation de l'image des politiciens."NICOLAS MARTIN : Et quelle image soignée que celle d'Obama dans une interview exclusive accordée ce matin à la BBC. LUDOVIC PIEDTENU : Barack Obama dans une lumière diffuse, tamisée, nous sommes dans un bureau chaleureux, drapeaux américains en arrière plan.Il répond aux questions de Jon Sopel, confie entre autres, de manière presque concomitante avec la fusillade de la nuit dans un cinéma aux Etats-Unis, que "sa plus grande frustration à la Maison Blanche, c'est de ne pas avoir pu réglementer les armes à feu."Barack Obama évoque son voyage au Kenya et les critiques qu'il a reçu au sujet de la légalisation du mariage gay.Il affirme qu'il ne se taira pas sur cette question. "Je ne suis pas un fan, dit-il, de la discrimination et de l'intimidation de quiconque sur la base de l'origine ethnique, de la religion, de l'orientation sexuelle ou du genre".NICOLAS MARTIN : Dans l'ensemble, le traitement de cette visite d'Obama tourne plutôt autour des sujets économiques. LUDOVIC PIEDTENU : "Karibu Obama", en swahili Bienvenue, Bonjour Obama à la Une de Daily Nation.The East African reprend les termes d'Obama. Selon lui, "l'Afrique a le potentiel pour être le prochain centre de la croissance économique mondiale". Parce que "ce continent, ajoute-t-il, a une grande capacité de résilience."La "résilience", c'est le terme qu'utilise aussi l'éditorialiste du gratuit kenyan XNews pour résumer l'histoire du Kenya.Depuis le 7 août 1998, date de l'attentat de l'Ambassade des Etats-Unis à Nairobi, 213 morts, plus de 4 000 blessés. "Depuis ce jour, écrit le journaliste, nous vivons dans une autre réalité"."Même si de l'autre côté de la frontière en Somalie, il y a les terroristes shebabs avec qui nous sommes en guerre, nous avons réussi à faire face. On continue de se lever tous les matins et à faire ce que l'on doit faire. Il y a eu l'attaque du Westgate, il y a eu l'université de Garissa, des vies ont été perdues. Toute l'attention du monde était sur nous mais nous nous sommes repris et nous avançons en souriant."

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......