LE DIRECT

vue d'ailleurs la banlieue s'embrase (suite)!

5 min

Bonjour, Ce matin encore les premières pages des journaux européens arborent des photos de rues enflammées ... de jeunes encagoulés face à des pompiers dépassés et des rangées de CRS ! Suit en plus petit le même graphique: une carte de France... mouchetée de petits pour désigner les villes secouées par des émeutes... Du côté des titres c'est surtout la réponse du gouvernement français qui fait réagir ce matin "Entre ordre et chienlit" dans les presse belge... "La France à l'heure des couvre-feux" chez les suisses... "Face à la contagion: plus de police et un couvre feu" ou bien "les politiques français tergiversent alors que paris est en feu" pour les britanniques... "Non à l'armée oui au couvre feu" pour les italiens ou encore "face au novembre français le recours au couvre feu!" chez les portugais!!! Symbole fort.... cette mesure annoncée par Dominique de Villepin hier fait réagir nos confrères... Le journal le Temps en suisse rappelle que cette mesure exceptionnelle avait été votée le 3 avril 1955 pour instaurer l'état d'urgence en Algérie... c'est pourquoi Jacques Chirac doit réunir ses ministres ce matin pour mettre en place ce régime d'exception... et le journaliste poursuit... "C'est donc par la fermeté que la France compte mettre fin au soulèvement... la recette est la suivante, couvre feu, CRS et comparution immédiate... même si Dominique de Villepin a tenté d'arrondir un peu les angles en annonçant quelques mesures en faveur des habitants des banlieues... Mais aucune n'est véritablement originale, il s'agit simplement de rallonges budgétaires accordées à des dispositifs déjà existants" "C'est déjà trop tard clame de son côté notre confrère portugais du Diario de Noticias... "Comment se fait il que Jacques Chirac ait attendu si longtemps pour prendre des mesures"... et le journaliste fait un parallèle avec les émeutes de Los Angeles dans les années 90 et avec la réaction trop tardive du président Bush père... " Ca lui a d'ailleurs coûté sa présidence... parce qu'il a mis trop de temps à réagir... dans le cas de Jacques Chirac... il n'y aura pas de troisième mandat mais son parti risque d'en payer le prix... il sera vu comme celui qui n'a pas su prévenir et comprendre les origines du soulèvement ni protéger les citoyens... " Mais il serait bon que chacun voit midi à sa porte... suggère l'International Herald Tribune ce matin, qui se fait l'écho des inquiétudes des voisins européens face aux violences françaises... l'Allemagne notamment a dû faire face à quelques incendies de voitures à Brême et à Berlin... mais hier écrit le journal.... "Les allemands se voulaient prudents et rassurants... les évènements français ne peuvent pas avoir lieu en Allemagne... Pourquoi? S'interroge le journal puisque l'Allemagne comme la France et comme de nombreux pays européens héberge elle aussi plusieurs larges communautés ethniques...relativement pauvres et souvent aliénées... " sauf que nous nous n'avons pas ces immenses ghettos d'immigrés aux alentours des villes... dit un conservateur membre du parlement relayé par un représentant de la communauté turque... les populations même si elles vivent en communautés sont peut être plus intégrées dans le tissu urbain... si l'on prend le quartier de Kreutzberg à Berlin... ça n'a rien à voir avec l'environnement déprimant de la banlieue française où il n'y a plus aucun espoir d'avenir!... et de conclure bien sûr les allemands n'ont pas à proprement parler de concept d'intégration mais au moins ils ne dénient pas sous couvert d'universalisme les particularismes et les identités des immigrés" Côté belge en revanche... la presse est beaucoup plus inquiète... le Soir en Ligne par exemple dans un article intitulé la France fait tâche d'huile s'inquiète des violences du week-end dans les quartiers de Bruxelles... mais il relaie le discours d'un des bourgmestres de la ville très vigilant avec ces évènements et qui rajoute... ces quartiers sont tous les jours quadrillés par les services de prévention et par les agents de quartier... contrairement à la France le contrôle social n'a jamais été perdu en Belgique dans les quartiers" Et l'article conclut en se faisant l'écho de l'appel des gouvernements européens à leurs ressortissants présents en France... un avertissement qui n'interdit pas encore le voyage en France mais conseille de ne pas séjourner dans les multiples communes à risque!" Le manque de contrôle social... c'est ainsi que la Tribune de Genève analyse les émeutes françaises... " le contrôle social demeurera toujours plus efficace que la plus matraqueuse des polices... parce que le contrôle social appartient aux citoyens qui se débrouillent pour élaborer le vivre ensemble... seulement il suppose un maillage de société sportive politique syndicale culturelle qui créent un sentiment d'appartenance commune à un territoire... et de poursuivre dans les années 50, 60 les banlieues qui s'enflamment n'étaient guère plus riantes... mais ces tensions trouvaient leur résolution dans l'encadrement que fournissait le parti communiste... aujourd'hui le communisme s'est effondré et dans les banlieues jadis rouges on vote souvent Le Pen incapable parce que xénophobe d'instaurer un nouveau maillage... et de conclure ... la France doit donc trouver une nouvelle forme de contrôle social" Car il s'agit bien d'inventer un autre système... c'est en tout cas le point de vue défendue par el Pais ce matin : " Cette rage incendiaire a des allures de révolte minoritaire mais ça n'en est pas une, écrit le quotidien espagnol... comme pour l'ouragan Kathrina à la Nouvelle-Orléans... cette révolte désordonnée de banlieusards aliénés révèle bel et bien la fracture sociale française... une fracture qui s'alimente de la dépression déjà pointée du doigt lors du référendum constitutionnel... alors Chirac peut lancer ses grands appels au rétablissement de l'ordre républicain... le fait est que la France ne sait pas comment cette révolte va finir... et peut être même que cette petite rébellion incontrôlée fera changer le cours de l'histoire"

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......