LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des Berlinois commémorent les victimes de l'attentat de lundi

2016 : la pire année de l'Histoire ?

4 min

Après l'attentat terroriste de Berlin et l'assassinat de l'ambassadeur russe en Turquie, les médias internationaux se posent la question : cette année 2016 est-elle la pire que nous ayons vécu ?

Des Berlinois commémorent les victimes de l'attentat de lundi
Des Berlinois commémorent les victimes de l'attentat de lundi Crédits : JOHN MACDOUGALL - AFP

"Le cauchemar est devenu réalité" selon le quotidien FAZ qui s'interroge : "quelqu'un peut-il encore simplement dire "Joyeux Noël" aujourd'hui ? Après cet attentat, c'est désormais impossible pour bon nombre d'entre nous." DIE WELT va même plus loin et compare l'attentat de lundi au "11 septembre allemand" ... "La terreur est désormais de plus en plus proche" prophétise le quotidien

Avec cet attentat, l'Allemagne vit un carnage similaire à l'attentat de Nice affirment les journaux allemands qui soulignent la solidarité française dans cette épreuve. Et en Allemagne, se posent désormais les mêmes questions qu'en France au lendemain des attentats. Comment vivre avec cette menace permanente ? "Nous ne voulons pas vivre avec la peur qui nous paralyse" a affirmé hier Angela Merkel, la chancelière allemande. "Mais l'esprit de Noël a été mis de côté par la force" affirme le WASHINGTON POST. Selon Joby Warrick, l'attaque a atteint l'un des objectifs de l'État islamique: "répandre la peur et le chaos dans un pays occidental dans l'espoir de creuser le fossé entre les musulmans et tous les autres." DIE WELT confirme cette analyse : "cette escalade du conflit pourrait être la fin de l'ancienne "Nouvelle Europe" de l'après guerre."

Une crainte qui est également relayée dans le NY TIMES, dans un article intitulé "la réalisation des peurs" Tim Arrango fait le parallèle entre l'attentat de Berlin et l'assassinat de l'ambassadeur russe en Turquie. Deux attaques terroristes qui sont venues conclure une année terrible et qui ont montré l'ère moderne du terrorisme. 2016 a vu les guerres au Moyen Orient métastaser toute l'Europe et droitiser les mouvements politiques, continue le NY TIMES. "La menace d'attentats est devenu un fait de la vie quotidienne. Nos sociétés ne sont pas habituées à cela."

Pourtant, comme le dit Alison Pearson dans THE TELEGRAPH, "Berlin ne sera pas la dernière victime de la guerre inavouable de l'Europe avec l'Islam radical" Une guerre que les droites extremes en Europe aimeraient orienter en guerre contre l'Islam tout court explique Owen Jones dans THE GUARDIAN dans une excellente tribune : "Les terroristes commettent des atrocités que l’extrême droite utilise pour générer la peur et la haine des musulmans. Les fanatiques terroristes et les droites populistes travaillent finalement en tandem. Ils sont inter dépendants. Plus les attaques vont continuer, plus la haine va croître. L'Occident continuera son déclin, pas à cause de la menace de l'islamisation mais plutôt en raison des politiques qui découlent de la peur des étrangers. A moins que le bon sens ne l'emporte sur la haine, 2016 marquera le début d'une ère sombre"

Le comité de rédaction du NY TIMES fait un constat : "à chaque nouvelle attaque ... le défi de l'Europe pour défendre la tolérance, l'égalité et la raison devient plus ardu." Ce qui fait dire à Boris Mabillard dans le journal suisse LE TEMPS que les terroristes ont gagné : "Comment prétendre le contraire ? Les discours sécuritaires et identitaires se sont imposés dans les agendas politiques alors qu'ils étaient avant l'apanage de quelques partis infréquentables. Il y a deux options face au désastre : utiliser le terrorisme pour justifier une chimérique guerre de civilisation ou garder la raison."

A ces deux options, le sociologue François Chérix penche dans le négatif. Il affirme sans ambages au même quotidien suisse : "Notre temps a une furieuse odeur d'années 30. La tempête fait rage. Le Brexit a été voté. La présidence Trump est en marche. Parce qu'elle est sur nous, la tempête a disparu des écrans radar. Elle devient progressivement la normalité. La liberté, si chèrement payée au siècle dernier, fait aujourd'hui sourire. Entre les mâchoires populistes, l'espace ne cesse de se réduire."

2016 a en effet été marquée par le terrorisme et ces événements comme l’élection de Trump, le Brexit ... Ce qui pose une question pour certains : 2016 est elle la pire année de l'Histoire ? SLATE a tenté de compiler un top 10 des pires années. On se rappellera entre autres qu'en 1348 la grande peste a ravagé un tiers de l'Europe ou qu'en 1943, 1,3 million de juifs furent déportés.

THE TELEGRAPH tente aussi de positiver : "le monde d'aujourd'hui est beaucoup plus sain, plus riche et plus heureux qu'il ne l'était il y a encore un demi siècle" Alors non, ce n'était pas mieux avant ! C'est une simple impression pour THE TELEGRAPH qui explique qu'avec les réseaux sociaux, et l'information en continu, on peut revoir en boucle les mêmes images de guerre à l'infini. Harry Mount conclut : "si vous vivez en Syrie, vous pouvez dire que 2016 est la pire année de l'Histoire. Si vous avez la chance de vivre dans un pays riche du Nord, rappelez vous que les temps ont été pires"

Le problème selon Tom Welsh de CITY AM, c'est qu'on se concentre sur les aspects négatifs alors que le progrès, lui, est comme un iceberg : les changements les plus importants ne sont pas à la surface.

Maria Konnikova dans le NEW YORKER se pose tout de même cette question : comment construire une machine à remonter le temps ? Afin de répondre à cette angoissante question "What if ... ? Et si tout s'était passé autrement ? Il est impossible de revenir en arrière, conclut-elle sans surprise. Tout ce que nous pouvons faire est d'apprendre de ce qui est arrivé et attendre la chance de pouvoir le faire mieux." Il faut pour cela, comme le dit le sociologue François Chérix que "dans un monde à l'envers, l'on puisse conserver un cœur à l'endroit"

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......